CITY AND COLOUR AU THÉÂTRE SAINT-DENIS 2008-06-03

Par: Mlle Max / 07 juin 2008

C’est le 3 juin dernier qu’un Théâtre St-Denis sold out a accueilli le groupe canadien CITY AND COLOUR, projet mené par Dallas Green, toujours chanteur et guitariste dans la formation ALEXISONFIRE. Il est accompagné en tournée par les groupes BLACK LUNGS et SLEEPERCAR, qui assuraient la première partie.

BLACK LUNGS (Wade Macneil, aussi d’ALEXISONFIRE) nous a offert une très courte prestation d’à peine 20 minutes, un peu plus et ce n’était qu’un test de son! On a toutefois eu un bon aperçu de ce que le groupe a à offrir; les chansons folk punk comme Hold Fast Sink or Swim sont accrocheuses tandis que For Her nous amenait tranquillement vers le CITY AND COLOUR. Bref, groupe à surveiller, on en aurait pris plus que ça. SLEEPERCAR (Jim Ward, AT THE DRIVE-IN) a investi la scène avec son rock définitivement country et toute la mélancolie que ce type de musique peut amener. Le chanteur, qui a donné toute une performance, nous a servi les pièces du récent album du groupe, West Texas, et ça sonnait comme tel. Cependant, c’était pour le plat principal de Dine Alone Records que la foule trépignait. Dallas Green venait nous présenter son deuxième album solo, Bring Me Your Love, paru en février dernier.

Si sur papier et dans ses chansons Dallas Green dévoile toute son âme, je peux vous assurer qu’en spectacle c’est avec la vôtre qu’il va jouer. Sa guitare est votre colonne vertébrale et ses cordes, vos nerfs. Impossible de rester insensible à la voix envoûtante du chanteur, qui vous pénètre et vous emporte dans son univers doux et mélancolique. La musique et les textes, qui nous présentent sa vision très sensible de la vie et de l’amour, créent une atmosphère très cinématographique au spectacle. Dallas Green atteint l’exploit de créer une bulle uniquement entre lui et vous, même avec 1000 personnes autour. Vous ne pouvez et vous ne voulez pas y échapper.

À quelques reprises dans le spectacle Dallas Green a occupé seul la scène avec sa guitare pour interpréter des chansons de son récent album telles que Forgive Me, Waiting, The Girl, Sleeping Sickness, mais aussi Sometimes (I Wish), Save Your Scissors et Hello, I’m in Delaware, de quoi ravir les plus vieux fans de CITY AND COLOUR, encore accroc au premier album.

Les musiciens, présents sur les pièces plus rythmées (The Death of Me, Body in a Box), venaient ajouter à la prestation de Dallas avec des arrangements qui faisaient parfois penser aux sonorité des solos de guitares de PINK FLOYD (Casey’s Song), parfois à celles des BEATLES (As Mush As I Ever Could). Il faut aussi souligner la performance de l’éclairage recherché, qui venait soutenir la performance du chanteur en ajoutant une ambiance tantôt chaleureuse, tantôt satinée ou tout simplement suivait le rythme de la musique.

Le musicien a très peu parlé durant le spectacle, si ce n’est pour remercier d’innombrable fois le public d’être présent et l’inviter à chanter avec lui sur plusieurs chansons de son dernier album (Waiting, Constant Knot).

Le seul point négatif ne provient pas du show mais bien de la foule : on entendait souvent des gens crier les titres des chansons, ce qui venait altérer l’ambiance très douce et intime du spectacle, ce à quoi Dallas a gentiment répliqué : If you go see a movie and you yell movie titles at the screen, will it comes out? À partir de ce moment, je pense que le public a compris que le set était déjà prévu et que crier des titres ne servait à rien!

C’est finalement après un spectacle de 80 minutes que Dallas Green et ses musiciens ont quitté la scène en nous offrant, entre deux ovations debout, les pièces Against The Grain et Comin’ Home. Puis le Théâtre St-Denis s’est lentement vidé, les spectateurs sortant le sourire aux lèvres et une prestation inoubliable en tête.


En savoir plus Lire les commentaires (0)Ajouter un commentaire