EDGEFEST @ DOWNSVIEW PARK, TORONTO

Par: Isa / 08 août 2009

20 Juin 2009 - C'est au Downsview Park de Toronto que se tenait le 22 ième Edgefest ce 20 juin dernier. Le festival a été fondé en 1987 pour simplement remercier les nombreux auditeurs de la station de radio 102,1 The Edge pour leur être si fidèle. Ce qui devait n'être qu'un gros party pour leur dixième anniversaire, s'avéra un tel évènement qu'il est maintenant de renom pour tout les fanas de musique rock de la région torontoise. Cette année encore les organisateurs ont réussi avec brio à intégrer beaucoup de formations qui se relient à un large public. La scène locale underground ontarienne a été choyée de pouvoir se mêler à des grands noms du rock qui comme eux, ont fait leur début dans les bars trash et sales de la capitale ontarienne. Nous pouvons parler ainsi de ALEXISONFIRE, BILLY TALENT, ARKELLS, CANCER BATS, K-os et MONEEN, tous présents pour le concert. En tout, 19 groupes, 2 scènes, une belle journée de pluie et beaucoup, mais beaucoup de boue.

THE JOHNSTONES étaient les premiers à fouler les planches. Comme toujours, une prestation assez loufoque nous attendait. Les gars étaient les seuls de la journée à jouer du ska/punk et leur musique juvénile n'a pas l'air d'avoir charmer beaucoup de spectateurs. Par contre, j'ai trouvé qu'ils se prenaient moins au sérieux que les autres fois que je les avais vu, ce qui était chose très appréciable. Peut-être le fait de jouer chez eux et qu'il n'y ait pas trop de gens présents pour les voir, leur rapellent d'où ils proviennent. Beaucoup de matériel de leur récent album Sex a été joué ainsi que quelques plus vieilles chansons comme L.A.D.I.E.S, Bang Bang et en fermeture Gone For A Long Time.

Par la suite, une formation inconnue de nous jouait sur le petit stage. Très curieux, nous sommes donc allé voir. DINOSAUR BONES nous a simplement charmé. Avec leur indie rock simple et solide, ces musiciens ontariens ont un potentiel incroyable. La foule a été conquise dès les premiers accords. Les cinq musiciens avaient l'air de s'amuser à fond et avaient le sourire estampé sur leur visage. C'était vraiment rafraîchissant de voir des gens aussi enthousiastes sur scène. Pour vous dirigez un peu, leur son est comparable à
ATTACK IN BLACK. Ils ont joué plusieurs pièces et une d'entre elle s'intitule Royalty, tiré de leur EP parut l'an dernier.

K-os est le premier artiste que nous avons pu voir sur la grande scène. Il est entré en force avec le titre Electric Heat-The Seekwill, qui se retrouve sur son album Atlantis: Hymns For Disco, sorti en 2006. Dès son arrivé, il a commencé à pleuvoir, mais l'ambiance s'est ensoleillée car le hip/hop indie de ce dernier a tout pour vous réchauffer le coeur. Le public était de la partie et a chanté en coeur sur un des plus grands succès du rappeur, Sunday morning. Il y a eu une apparition surprise de Dallas Green de ALEXISONFIRE qui s'est joint de la partie pour le temps de la chanson Man I Used To Be. Le résultat était impeccable et l'atmosphère survoltée!

Un peu malgré nous, nous avons assisté à la prestation de METRIC, qui précédait celle d' Alexisonfire, afin de nous assurer d'avoir de bonnes places pour ces derniers. Même si l'intérêt manquait, c'était beau de voir tous ces gens vibrer à l'unisson avec Emily Haines et sa bande. Ils ont été efficace et ont permis de garder intact la belle énergie de la foule qui se cessait d'augmenter d'heure en heure.

Le moment tant attendu est finalement arrivé. C'est principalement pour eux que nous avons parcouru ce long trajet de 540 km, et on espérait que tout ce chemin en vaudrait la chandelle. 5:40, nous voilà, ALEXISONFIRE embarquait sur la grande scène. L'ambiance était quasi-indescriptible tellement les fans étaient fous. Ça faisait presque deux ans que la formation ne s'était pas produite au Canada donc beaucoup étaient plus qu'impatients de les revoir. Ils ont débuté en force avec leur nouveau single Young Cardinals. L'album n'est sorti que le 23 juin, soit 3 jours plus tard, et le vidéoclip pour celui-ci ne tournait à la télévision que depuis peu et malgré cela, l'assistance chantait en choeur. C'est impressionant comment les gens sont fidèles à ALEXISONFIRE et cela depuis sondébut. Beaucoup de pièces de l'album Crisis ont été interprétées, entre autres, Boiled Frogs, We Are The Sound, No Transitory, Drunks, Lovers, Sinners And Saints et la pièce titre Crisis. Pour les plus ancients d'entre nous, ils ont joué Waterwings (And Other Poolside Fashion Faux Pas) et Accidents. La barre est désormais très haute, et ça grâce à leur belle complicité et parce qu'ils ont tous donner leur 150%. Le tout s'est terminé avec This Could Be Anywhere In The World et avec une foule endiablée qui a chanté avec ses trippes du début jusqu'à la fin. Le programme était trop court, avec seulement dix chansons, nous sommes restés sur notre faim.

MONEEN suivait sur la liste. Plus modeste mais avec tout autant de talent, ils ont performé sur la petite scène. Nous les avons observés un peu en retrait mais nous avons pu capturer l'énergie qu'apporte ces musiciens et toute la passion qu'ils dégagent. Nous avons pu noter qu'ils ont jouer Bleed and Blister comme première pièce, ce qui a eu pour effet d'attiser les spectateurs. En gros, ça été une très belle performance!

Ils étaient les seuls non-canadiens de toute la journée. Pour AFI c'était tout un ''comeback''. Davey Havok, le chanteur, a même affirmé que cela faisait plus de six mois que le groupe ne s'était pas produit en concert et qu'ils ont tellement travaillé dur pour leur prochain album qu'il a avoué avoir presque perdu son aisance sur scène. C'est justement ce qui est arrivé. Tout l'assurance que devrait avoir un groupe comme eux ne s'est pas du tout manifesté. Ils ont été les moins professionels de la journée. Non pas dans l'interprétation, mais plutôt dans le déroulement. Davey parlait beaucoup entre les pièces et c'était facile de perdre l'intérêt. Il y avait de petites erreurs d'accords et le chanteur s'excusait sans cesse par le fait qu'ils n'étaients pas bien préparés. Malgré cela, ces californiens ont gagné leur audience en jouant Days Of The Phoenix, Silver And Cold, Girl's Not Grey, la très vieille Love Is A Many Splendored Thing, Bleed Black, Totalimmortal en terminant avec Love Like Winter. La foule était tout simplement sous le charme et absolument en délire total.

Pour clôturer l'évènement, les producteurs de l'évènement ont tout de suite pensé à BILLY TALENT. Ben Kowalewicz a affirmé qu'ils ont hésité avant d'accepter de faire parti du festival mais que finalement, l'entente s'est conclue par une promesse des organisateurs du Edgesfest. Cette dernière était qu'un dollar par billet vendu serait remis à la Downsview Park Foundation, qui s'occupera de replanter des arbres dans le parc. Ces rockers canadiens ont joué en dernier et même avec la pluie et la mauvaise température qui a su tester les plus durs d'entre nous, il restait une grande vitalité qui s'est quadruplé à l'arrivé sur scène des quatres musiciens. La très flamboyante Devil In A Midnight Mass a débuté le bal. L'électricité dans l'air était à son comble et tous avaient un sourire estampé au visage. Une belle palette de chansons a su ajouter du dynamisme à la soirée. Ils ont vraiment réussi a ressortir de plus anciennes pièces et les enchaîner avec de plus récentes. Un des moment fort a été quand ils ont fait Rusted From The Rain, que sûrement personne n'avaient encore eu le chance de voir live avant ça. C'était tout simplement marquant! La puissance que dégage cette chanson est dur à décrire. Pour vous en nommer que certaines, nous avons eu la chance de voir et d'entendre This Suffering, The River Below, This Is How It Goes, Pins And Needles, Line & Sinker et celle qui a propulser leur carrière, Try Honesty. En tout, BILLY TALENT s'en est donné à coeur joie avec dix-sept titres déchaînés et ont jouer Nothing To Lose en rappel.

Cette journée a été totalement mémorable. J'espère vous avoir convaincu que de faire toute cette route en a valu la peine. J'ai déjà hâte de savoir qui sera présent pour l'édition 2010 du Edgefest, car si la liste est aussi impressionante que cette année, gageons que je à nouveau présente!


En savoir plus Lire les commentaires (1)Ajouter un commentaire