FEST [email protected] GAINESVILLE PARTIE 2

Par: Julien / 01 décembre 2008

01 Novembre 2008 - Après une courte nuit (si l’on peut appeler ça ainsi), nous avons décidé de débuter la journée avec un petit remontant, c’est-à-dire une petite bière floridienne. Comme on dit si bien, il faut combattre le mal par le mal, alors on n’a pas perdu de temps afin de profiter de cette deuxième journée en sol américain. Nous avons donc rangé tous nos effets personnels dans notre super Ford Edge et avons pris la direction d’un événement classique du Fest 7 : le BBQ de No Idea Records. En arrivant, nous avons tous été surpris de la grandeur de l’établissement; une immense maison qui semblait contenir ma foi des millions de disques empilés les uns par-dessus les autres. Cependant, le tout se déroulait à l’extérieur question de profiter du soleil de plomb qui frappait la Floride. Il y avait un énorme BBQ où l’on pouvait se claquer des pièces de viandes assez agressives merci pour un prix très compétitif, plusieurs tentes où la compagnie de disques vendait sa marchandise, des boîtes de disques gratuits (et oui il fallait être là!) ainsi que de la bonne bière froide. Bref, tous les éléments étaient réunis pour un après-midi mémorable. C’est donc avec un ventre plein à craquer que nous nous sommes dirigé vers le marché aux puces qui se situait au quartier général du Fest. Bien sur tous les marchands présents sur place offraient plusieurs items alléchants et ce à des prix parfois ridicules. C’est donc avec quelques disques, vinyles et posters en plus que nous quittons cet endroit où nous aurions aimé dépenser davantage!

C’est bien beau boire de la bière et vider son portefeuille mais il y avait de la musique lors de cette deuxième journée et le tout débutait en force avec nos amis de THE LAWRENCE ARMS. Malheureusement pour nous, nous avons été obligé de se claquer le set de COALESCE qui nous a paru interminable avant d’entendre les premières notes de Brandon, Neil et Chris. Mine de rien, il s’agissait tout de même de la première fois de ma vie que j’assistais à un spectacle intérieur si tôt puisqu’il était à peine dix-sept heures, mais ce n’est certainement pas l’heure qui a empêché les gars du groupe d’être complètement défoncés et de nous offrir un spectacle assez explosif avec des pièces tels que On With The Show, 100 Resolutions et Turnstiles. La foule était simplement en feu pendant leur performance et la table était mise pour NONE MORE BLACK qui effectuait un retour sur scène très attendu. J’ai profité du moment entre les deux bands pour aller m’installer sur la scène tout près du batteur afin de ne rien manquer. Honnêtement, j’ai été époustouflé par leur performance! Ils étaient énergiques comme jamais et ils semblaient s’amuser sur scène comme si il s’agissait de leur premier spectacle à vie. À en juger par la réaction des gens, je n’étais pas le seul à tripper solide et ce quarante-cinq minutes de performance est mon coup de cœur du festival en entier.

Par la suite, nous avons quitté la salle principale pour aller voir le spectacle d’adieu de NEW MEXICAN DISASTER SQUAD. J’ai été un peu déçu de voir que la salle n’était pas pleine à craquer même s’il y avait tout de même beaucoup de gens. Il s’agissait de leur show d’adieu, ce n’est pas rien! Ils ont donné une prestation digne de leur nom et ont aussi profité de ces dernières minutes ensemble pour remercier tous leurs amis qui les ont aidés et suivis lors de leur carrière puisqu’ils y en avaient beaucoup sur place. Pour les fans de punk rock brute, NMDS devrait clairement se retrouver dans votre discographie. C’est avec excitation que nous sommes ensuite entrés au Market Street Pub afin de voir un groupe si peu connu en sol québécois, mais si talentueux, POLAR BEAR CLUB. La salle était sur le bord de fendre en deux tellement il y avait du monde dans la place et le tout a semblé fouetter la formation américaine. Dès les premières notes, le pit faisait des siennes tandis que les gens se donnaient cœur et âme en body-surfing. Le chanteur était abasourdi de voir une foule aussi enthousiaste et il a affirmé comment ça lui faisait plaisir de se produire au Fest après une tournée difficile où ils ont joué plusieurs spectacles devant très peu de gens. Les FLATLINERS avait donc beaucoup de pression puisqu’ils jouaient juste après, mais je ne m’en faisais pas vraiment pour eux. Fidèles à leur habitude, c’est avec quelques bières sous la cravate qu’ils se sont présentés sur la scène. Encore une fois, l’accueil fut excellent. Tout le monde présents entonnaient les Fred Got Slacks, Mother Teresa Chokeslams The World, Eulogy et This Respirator avec plaisir. Malgré que l’on aurait aimé en avoir plus que seulement trente minutes, leur set fut un des meilleurs de la fin de semaine.

C’est donc avec le sentiment de mission accomplie que nous nous dirigions vers notre charmant hôtel lorsqu’un certain jeune homme nous invita à un après spectacle avec quelques groupes. Toujours à la recherche d’un endroit pour boire plus de bière, nous décidons d’y aller. Le problème était que la place était très très très éloigné du centre-ville. Après plus de quarante-cinq minutes de recherche, nous arrivons finalement dans un vieil entrepôt situé en plein milieu d’un bois très louche... Nous débarquons et apercevons plusieurs ponks qui buvaient de la bière un peu partout au son d’un groupe non-identifié. Bien heureux, nous sortons notre bière et allons à leur rencontre. Le concept était simple: tous les bands qui voulaient jouer se présentaient et avaient la chance de jouer pendant vingt minutes. Nous sommes donc demeurés là jusqu’à cinq heures du matin en discutant avec une tonne de personnes qui avaient plusieurs bières de trop dans le corps. Et dire qu’il reste encore une journée, difficile de croire que nous allons pouvoir survivre à l’aventure!


En savoir plus Lire les commentaires (0)Ajouter un commentaire