FEST 7 PARTIE 1 @ GAINESVILLE,FL

Par: Julien / 08 novembre 2008

31 Octobre 2008 - Disons que l’excitation était à son comble vendredi le 31 octobre dernier puisqu’il s’agissait du départ tant attendu vers le festival de musique underground le plus imposant de la planète, c’est-à-dire le FEST 7. Le départ à 5h du matin était un peu agressif, mais vu que nous sommes un peu idiot et que nous n’avions pas fait imprimer le chemin pour l’aéroport, nous avons cherché quelque peu avant de mettre les pieds dans l’avion seulement trente minutes avant le départ! À notre arrivée à Orlando, nous avons opté pour la location d’une voiture qui ne fait pas vraiment punk avec un Edge de Ford qui nous a permis d’être très confortable pour le trajet d’environ deux heures qui nous séparait de Gainesville. Comme les États-unis savent si bien le faire, ils nous ont offert une panoplie de restaurants malpropres sur l’autoroute question que l’on puisse bien se goinfrer. Tant qu’à être dans le sud des États-unis, nous avons flanché pour un mets traditionnel avec le bon vieux poulet frit qui, en plus d’être plus gras qu’une canne de gras, nous a donné mal au ventre pendant presque toute la journée.

À notre arrivée à Gainesville, nous devions aller chercher nos passes au quartier général qui se situait dans un Holiday-Inn au centre-ville. Dès que nous êtes rentrés à l’hôtel, nous avons été frappé par l’ambiance : des fans de punk rock partout, une file de plus de quatre cents personnes qui attendaient pour recevoir la fameuse passe et l’élément le plus important est qu’il y avait de la bière à deux dollars un peu partout. Difficile de demander mieux! Après un court passage à notre propre hôtel qui, avouons-le, était tout de même ghetto, nous nous dirigeons vers notre premier spectacle pour voir THE FALCON qui malheureusement jouait en même temps que A WILHELM SCREAM. À notre grande surprise, il y avait une ligne de plusieurs personnes devant la salle, et après s’être informé à la porte, il était impossible pour nous d’entrer dans la salle puisqu’elle était déjà pleine. Disons que ça partait mal la fin de semaine puisque ce groupe était clairement dans le top cinq de moi et mes amis et était une des raisons pourquoi nous avons fait ce voyage jusqu’en Floride. C’est donc avec la tête basse que nous nous sommes ensuite dirigés vers le Venue, la salle principale du Fest, pour se rendre compte que nous avions aussi manqué le set de A WILHELM SCREAM. Seule solution dans ces moments difficiles, boire de la bière! Nous nous sommes donc plantés au bar en regardant ANN BERETTA et en attendant la prochaine performance de STRIKE ANYWHERE qui nous ont offert une prestation incroyable. Les centaines de personnes qui étaient dans la salle ont littéralement explosé lorsque le groupe est arrivé sur la scène pour nous offrir son punk rock mélodique. On a eu droit à un bon mélange de vieux et de nouveau matériel et la formation a profité du moment pour faire quelques pauses politiques en parlant des élections américaines. Il était clair pour eux que leur appui irait aux démocrates et la foule applaudissait chaque mot qui sortait de la bouche du chanteur. Bref, nous avons vite oublié nos malheurs d’il y a quelques heures.

Nous étions fort excités à l’idée de voir LESS THAN JAKE performer dans leur ville d’origine où ils sont bien évidemment populaire. Il était certain que le groupe ne manquerait pas l’occasion de se déguiser pour cette soirée de l’halloween et c’est avec un habit de police qu’ils se sont présentés sur scène. Honnêtement, je serais prêt à gager ma chemise que la salle avait dépassée de loin sa limite de capacité puisque nous avions à peine de l’espace pour respirer. La formation floridienne s’est vite chargée de nous faire oublier le tout en enfilant un classique par-dessus les autres. La réception des gens était encore plus intense lorsqu’ils ont joué quelques pièces de leur excellent album Losing Streak dont la très intense My Own Flag. Ensuite, nous avons eu la chance d’entendre Plastic Cup Politics, Handshake Meet Pokerface, The Science Of Selling Yourself Short, Last One Out Of The Liberty City et la très attendue Gainesville Rock City! Bref, pour vous donner une meilleure idée de l’intensité du spectacle, mon corps porte encore des marques de violence ainsi qu’un peu de poudre de beigne que les gars se sont amusées à lancer dans la foule !

Ensuite, on avait THE BOUNCING SOULS qui, malheureusement pour eux, jouait après ce qui fut le meilleur groupe de la soirée. La foule était tout de même en feu pour les quelques chansons que nous avons regardées, mais la fatigue nous a rattrapé et nous avons décidé de quitter pour aller manger une petite croûte. Notre destin s’est finalement arrêté au Checkers (restaurant de malbouffe se retrouvant à tous les coins de rue) où nous avons pu assister au chaos de Gainesville. Pour des raisons inconnues, il y avait des camions de pompiers qui allaient dans toutes les directions entrecoupés de sirènes de police (peut-être s’agissait-il des policiers qui ont eu le malheur de stopper le spectacle surprise de PAINT IN BLACK dans le stationnement en face de la salle principale). Juste à côté de nous gisait un homme qui s’était fait tabassé et on a même assisté à un massacre d’une voiture lorsqu’un gang s’est rué sur une automobile en lançant de grosses roches sur cette dernière jusqu’au moment où elle a pu quitter ! Intense vous me direz, et bien oui, plutôt étrange pour cette ville qui semblait si calme avant l’arrivée du Fest


En savoir plus Lire les commentaires (0)Ajouter un commentaire