NOFX @ MéTROPOLIS

Par: Julien / 20 octobre 2008

10 Octobre 2008 - Tout le monde avait son billet depuis des mois pour ce que l’on peut très certainement appelé l’événement punk rock de l’année. Quand NOFX est en ville, il y a une certaine magie qui flotte au-dessus de Montréal, et 2008 n’a pas fait exception à la règle.

Je n’ai pas vu grand chose des premières parties puisque nous avons flanché pour boire plus de bière avant de rentrer. Comme on le sait tous, plus tu te retrouves dans le même état que les membres du groupe, plus tu t’amuses. C’est donc avec quelques consommations sous la cravate que nous sommes arrivés à la fin de la prestation de DILLINGER FOUR qui, au premier coup d’œil, ne semblait pas vraiment faire lever la foule. Dès qu’ils ont quitté la scène, les gens se sont précipités à l’avant afin d’attendre les premières notes. L’ambiance au Métropolis était juste trop démente. Pouvez-vous me nommer un autre spectacle que vous êtes allez voir cette année où il y avait un pit dix minutes avant que le groupe monte sur la scène? Bien sur que non, puisque l’on ne se le cachera pas, NOFX joue clairement dans une classe à part. C’est avec plaisir que, après une courte attente, nous avons aperçu sur les planches le seul et unique Fat Mike et ses acolytes El Hefe, Smelly et Melvin. Comme à l’habitude, il ne cessait de déblatérer au début sur n’importe quoi avant même de jouer la première chanson de la soirée. Je suis pas mal certain que le toit du Métropolis a carrément sauté lorsque nous avons entendu les notes de Dinosaurs Will Die, pièce tirée de leur album Pump Up The Valuum.

On avait clairement l’impression que le groupe californien n’avait pas mis les pieds en sol québécois depuis environ dix ans même si ces derniers étaient de passage à Québec sur les Plaines d’Abraham pas plus tard que cet été. La suite des choses n’a pas été une surprise pour personne : beaucoup de blabla entre les chansons sur des thèmes parfois ridicules, des fausses notes à environ chaque pièce, un groupe qui ne cessait de répéter comment il aimait le Québec et de la boisson à profusion! Pour une rare fois, Fat Mike était en mesure de se tenir sur ses deux jambes au lieu de ramper sur scène. Peut être s’agissait-il d’un homme raisonnable sachant qu’il jouait un petit dix-huit de golf le lendemain matin avec Rej Laplanche? Voici donc ce qui nous a fait vibrer durant la soirée (s’il manque des pièces ne vous gênez pas pour nous contacter puisque nous n’avions pas de crayon dans le pit pour les noter!!!) :

Dinosaurs Will Die
Green Corn
Straight Edge
Stickin In My Eye
Bob
Linoleum
You're Wrong (en version rapide)
No Fun In Fundamentalism
The Quitter (nouvelle chanson)
The Brews
The Fleas
Perfect Government
Don't Call Me White
What's The Matter With Kids Today
Eat The Meek
Murder The Government
Bottles To The Ground
Theme From A NOFX Album
Radio
New Happy Birthday Song
Franco Unamerican
Leaving Jesusland
Kill All The White Man
The Quass
Dying Degree (mention spéciale à cette pièce pour le pit le plus violent de la planète !)
What Now My Love


Il était bien drôle de voir Fat Mike réagir lorsque la foule criait le Decline. Il est parti en rire en rappelant la loi pour cette pièce de dix-huit minutes : une seule fois dans chaque ville ! Il fallait être là, tout simplement, alors pour tous ceux qui l’ont manqué en 2005, commencer à magasiner vos billets d’avion pour aller les voir à l’extérieur. De plus, on a eu droit à une version peu commune de New Happy Birthday SongFat Mike se gâtait littéralement en disant n’importe quoi et surtout en insultant la jeune fille qui ne cessait de répéter que s’était sa fête. Je crois sincèrement que la prochaine fois elle gardera le tout sous silence !

En somme, une soirée incroyable qui s’est terminée un peu dans le chaos lorsque les gens situés au balcon ont décidé de lancer tous les verres qui traînaient au deuxième étage sur le parterre. Ce petit cirque a duré environ dix minutes, c’est-à-dire tout le temps que Melvin a joué de l’accordéon à la fin de Theme From A NOFX Album. C’est donc lorsque ce dernier a enfin quitté la scène que tout le monde est rentré à la maison avec le souvenir d’avoir assisté à une prestation incroyable de nos amis californiens.


En savoir plus Lire les commentaires (5)Ajouter un commentaire