A WILHELM SCREAM + LIVING WITH LIONS + WHISKEY TRENCH + OLD SCHOOL POLITICS @ GYMNASE

Par: Dave / 03 août 2008

C’était la première fois que la formation américaine A WILHELM SCREAM était la tête d’affiche d’un spectacle à Montréal. On avait pu voir le groupe en première partie de bien des grands noms du punk américain auparavant. Mais que nous réservait A WILHELM SCREAM pour cette soirée?

Commençons par le début, la salle. Le Gymnase peut accueillir 275 personnes avec ses grands espaces, son air climatisé et ses deux bars. L’endroit est fort bien décoré et l’atmosphère y est des plus intimes. Seul problème, la scène est au milieu de la pièce qui est faite en long : se déplacer au bar ou aux toilettes est toujours une aventure dangereuse, car on doit passer par le pit en avant pour y arriver… Mais cela n’était pas encore un problème au moment où OLD SCHOOL POLITICS ont pris d’assaut la scène. Jeunes mais étonnement à l’aise sur scène, les membres du groupe nous ont livré une prestation remplie de surprises : une bouteille en forme de pénis, un strip-tease, une reprise de NOFX et je dois l’avouer, quelques bonnes compositions de leur cru. Mélangeant les influences de MXPX et BLINK 182 entre autres, la formation en a surpris plusieurs par son dynamisme et sa joie de vivre. Le contraste était assez frappant quand on écoutait le groupe suivant, WHISKEY TRENCH. Une fois le bassiste arrivé (une minute avant que le groupe ne se lance sur scène!), on eut vite fait de découvrir ici un groupe punk aux influences plus vieilles, mais avec une intensité et une émotion qui n’est que très rarement égalée. Yannick, le chanteur du groupe, est une bête de scène quand il chante et le groupe est un véritable diamant brute. L’expérience des différents membres transpire dans chacune de leurs notes et on ne peut que respecter ce groupe.

LIVING WITH LIONS avait la lourde tâche de garder le public des groupes locaux et de les animer jusqu’à l’arrivée de A WILHELM SCREAM. Disons d’emblée que ce fut loin d’être difficile! La foule semblait déjà bien connaître le groupe. Des pièces comme Bottle Of Charades ont fait bondir littéralement les spectateurs. Le style vestimentaire des membres n’est peut-être pas très à la mode, mais quelle passion pour la musique et la scène! Chaque membre a un petit côté unique et attirant qui vous fait tomber en amour avec le groupe. Tout ce qu’il manquait était une reprise bien lancée et c'est ce qu’il nous offrit avec Shoulder To The Wheel de SAVES THE DAY. Rarement ai-je été aussi renversé par un groupe; si vous ne les connaissez pas, courrez à leur MySpace! La tâche s’annonçait donc difficile pour A WILHELM SCREAM. Après tant de bons groupes, il leur fallait montrer qui était au sommet. À voir le groupe avant le spectacle, je pensais cette tâche quasi-impossible : ils avaient fait la fête la vieille et l’énergie semblait assez basse en ce vendredi soir. Qu’à cela ne tienne, une fois les guitares et les micros allumés, c’est un torrent de distorsion et de guitares qui s’est abattu sur la foule. Pour la première fois de la soirée, nous avions droit à un vrai pit avec beaucoup, beaucoup d’action. Le groupe a su mélanger les classiques et les pièces plus récentes comme 5 To 9. À chaque nouvelle chanson, c’était un mur de brique qui nous assommait. Les fans sont tous repartis de ce spectacle le cœur gros et la tête pleine d’images. Pouvoir côtoyer ce groupe de si proche sur la petite scène du Gymnase était vraiment un honneur. Espérons qu’il se répètera en 2009!


En savoir plus Lire les commentaires (0)Ajouter un commentaire