Thrice (13 novembre 2005)



Cath et moi avons eu l’occasion de rencontrer Dustin Kensrue et Teppei Teranishi respectivement chanteur et guitariste du groupe THRICE dans le cadre de leur passage à Montréal en compagnie de plusieurs gros noms (SENSES FAIL, SAVES THE DAY et UNDEROATH entre autres) le 28 octobre dernier. En accédant au petit couloir menant à la loge des différents groupes, qui se veut en fait une sorte de cafétéria réaménagée, la première chose qui frappe est la présence bien sentie des agents de sécurité. Définitivement cette tournée n’est pas une petite affaire et ne s’approche pas des bands qui veut. Nous frayons tout de même notre chemin jusqu’à la petite pièce où nous attendent les deux membres, l’air fatigué, mais faisant tout de même (preuve?) d’une lucidité d’esprit et d’une approche terre-à-terre exemplaire. Par deux fois durant l’entrevue, Kensrue demandera aux gens de la pièce voisine de baisser le son afin de nous accorder toute son attention, une preuve de considération et de respect comme on en voit rarement…

Avec la sortie de Vheissu le 18 octobre dernier, THRICE a réussi, une fois de plus, à déstabiliser les fans en offrant un album différent de tout ce qui se fait dans le genre présentement. Si nous nous risquons à affirmer que le groupe pourrait, de façon générale, se classer dans la très large famille emo, un terme beaucoup trop général et douteux en soi, il va sans dire que le band est un pionnier dans le genre, laissant loin derrière les pâles copies ayant tenté de l’imiter, avec un succès la plupart du temps mitigé. L’explication derrière la façon qu’à eu THRICE, une fois de plus, de faire les choses de façon innovatrice se trouve fort probablement dans la décision, quelques mois après la sortie d’Artist In The Ambulance, de prendre un peu de recul afin de mettre les choses en perspective. « Pour Vheissu, nous n’avons pas été puiser nos influences dans ce qui se fait actuellement ou ce qui est à la mode ces jours-ci. Nous nous sommes plutôt inspiré d’albums et d’artistes plus anciens. Le choix de rester loin des médias et de ne pas se tenir au courant de ce qui se fait sur la scène, pour plutôt se recueillir avec nos amis et notre famille a été très bon pour nous et nous a fait beaucoup de bien » affirme Kensrue. C’est probablement ce refus de suivre la référence, et de sans cesse s’aventurer en terrains nouveaux qui assure le succès et l’authenticité du groupe. Malgré tout, il existe aussi un revers plus sombre à cette façon de faire les choses. Le virage plus éclectique amorcé par THRICE avec Artist In the Ambulance, et approfondi d’avantage avec Vheissu aura définitivement suscité le mécontentement de quelques fans de la première heure, préférant la vitesse et les riffs syncopés de Illusion of Safety aux breakdowns plus lents et aux expérimentations atmosphériques de Vheissu. Lorsqu’on demande au groupe son opinion sur le sujet, la réponse est sans équivoque : « On écrit la musique qui nous plaît. » affirme Kensrue. « Le nouvel album est aussi très lourd et heavy sur certains aspects. Nous tentons simplement de l’amener d’une façon plus progressive et constructive. Hold Fast Hope, entres autres, est une pièces très agressive, et nous sentions qu’elle s’harmonisait très bien avec le reste de l’album. On essaye de le faire le plus naturellement possible. » Teranishi a aussi son mot à dire sur le sujet : « Si on avait fait quoi que ce soit d’autre ce n’aurait pas été honnête. Vheissu vient du plus profond de notre coeur, et c’est le type de musique que nous désirons écrire présentement. On blague souvent en disant qu’on devrait tout simplement ré-enregistrer Illusion Of Safety et le donner aux fans qui veulent encore nous entendre jouer ce type de musique... Je comprends que les fans veulent entendre des riffs rapides et agressifs, on pourrait le faire encore, mais je n’en ai plus envie du tout. » Dustin de renchérir : « Et je te garantis que si nous faisions comme certains gens le veulent et que nous recommencions à écrire ce type de chanson de nouveau, il n’aimerait pas cela non plus.» Selon Kensrue, il y a aussi cet aspect de la valeur sentimentale que peut prendre un album : « Il n’y a pas seulement la musique, mais aussi l’époque de ta vie ou tu l’entends et comment elle interagis avec ton vécu personnel. S'il y a un album que tu juges comme étant un de tes favoris, c’est probablement autant à cause de sa sonorité que de sa signification par rapport à ce que tu vis a une certaine étape de ta vie. On ne peut pas essayer de forcer cela pour personne. Je crois qu’en tant que groupe, la meilleure attitude que l’on peut avoir est d’être le plus honnête possible. »

À voir le nombre de t-shirt aperçus à l’effigie du groupe ce soir là, nul ne pourrait mettre en doute sa popularité. Cette fameuse connection avec les fans dont parle Dustin est probablement un facteur dominant de ce succès. « Ce n’est pas quelque chose que l’on peut forcer. Je sais que ce que j’écris m’aide beaucoup, mais je ne peux jamais deviner comment cela affectera les autres, parce que chacun a son propre bagage, sa propre perception des choses. La façon dont la musique interagit avec les gens est belle et mystérieuse, ce n’est pas quelque chose sur lequel on a le contrôle à proprement dit. » Avec THRICE, il y a toujours aussi ce côté introspectif les poussant à analyser leur travail et à en partager les conclusions avec l’auditeur. Ceux ayant acheté l’édition spéciale de Vheissu auront constaté à quel point le groupe aime décortiquer et partager ses compositions. D’autant plus qu’avec Vheissu, les interprétations possibles sont nombreuses. « Cet album parle beaucoup de quête d’identité. Nous rapprocher de notre famille nous a fait voir les choses sous un angle différent. Pour nous ce fut un gros processus de changement en comparaison avec les années précédentes où nous étions constamment sur la route et en tournée. Vheissu tourne beaucoup autour de ces événements. » Au plan musical, l’album est aussi un grand pas en avant : structure plus complexe, diversité instrumentale et changement de tempo imprévisible sont à l’honneur sur Vheissu. À écouter Kensrue, le tout à demandé un grand travail : « Quand nous avons commencé le processus d’écriture, nous avions plus d’une centaine de riffs et parts différents et, peu à peu, nous avons fait le ménage dans tout ça. Earth Will Shake est une des première chanson sur laquelle nous avons travaillé et le résultat final nous plaisait beaucoup alors nous avons construit peu à peu à partir de cela. »

Nul ne peux prédire où en sera THRICE dans son parcours dans cinq ans, ni quel chemin la bande d’Orange County aura choisi d’emprunter, mais à voir la réaction des fans ce soir là, malgré la froide atmosphère du Centre Pierre-Charbonneau, nul doute que les fidèles seront toujours au rendez-vous.

Merci à J-F chez Universal pour avoir rendu cet entretien possible.



En savoir plus Entrevues les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire