Despised Icon (28 juin 2007)


Entrevue de Fred avec Alex Erian

Lors du passage de la formation montréalaise DESPISED ICON au Studio Juste Pour Rire le 28 juin dernier, on s’est entretenu avec un des chanteurs du groupe, Alex Erian, pour parler du nouvel album Ills Of Modern Man paru en mai et de la présente tournée avec THE RED CHORD.


[FRED] Vous avez lancé Ills Of Modern Man le mois dernier. Comment décrirais-tu l’album par rapport a Healing Process?

[ALEX] Mettons dans les deux trois dernières années, on a tourné pas mal – on tourne environ six mois par année – fait que, veut veut pas, tu joues a tous les soirs, tu t’améliores en tant que musicien, tu travailles sur tes lacunes. Pis j’te dirais, overall, tant sur le point de vue personnel que en tant que groupe, on s’est amélioré. Fait que ça, définitivement, tu peux voir ça au niveau du playing sur l’album. On a tous entre 23 pis 29 ans, fait que ça fait un bout d’temps qu’on fait ça. On a joué dans plein d’bands dans le passé, pis on s’entend tous sur le fait qu’on a jamais travaillé aussi fort sur un album. Au point de vue de la composition, le tout est un peu mieux structuré, le résultat est plus mature. Sauf que, en même temps – même si on trouve que c’est plus mature – on voulait aucunement sacrifier l’aspect extrême, chaotique de notre musique tsé. Fait que j’te dirais que c’est peut-être mieux structuré, comme les sections au lieu de stop-go, vite-pas vite dans une toune. J’te dirais que, overall, c’est ça la différence. Pis aussi, quand tu regardes chaque pièce sur l’album, j’te dirais qu’elles ont peut-être plus une identité - ben j’espère! Ben en tout cas, c’est ça que j’pense… Comme la toune, la pièce titre de l’album, Ills Of Modern Man, qui est la toune la plus extrême qu’on a jamais composé qui est quasiment juste de la grosse défonce, des blastbeat. Pis après t’as une toune comme Tears Of The Blameless qui a pas de blastbeat pis qui est un petit peu plus sur l’aspect metalcore. T’as des tounes que c’est des structures un p’tit peu plus répétitives pis y’en a que y’a aucun rythmes qui se répètent. J’te dirais que sur le nouvel album, on a pas mal plus de gang vocals. On a invité un paquet d’chums : tsé genre deux anciens chanteurs de NEURAXIS, l’ancien pis le nouveau chanteur d’ION DISSONANCE, Elliot, mon chum de BENEATH THE MASSACRE, qui gueule la dessus, t’as Chris de CRYPTOPSY, t’as Ben de CAMILLA RHODES, t’as… câline j’en oublie plein là… t’as Paul de PROFUGUS MORTIS, t’as Steve pis moi – les deux chanteurs – qui participent aussi… j’en oublie. En tout cas, y’en a pis c’est tous des bons dude, c’est tous des bon chums. T’as Fillion, le chanteur de ORPHANS IN COMA.

[FRED] Est-ce que c’est quelque chose que vous aviez planifié?

[ALEX] Bah, ça c’est un peu moi qui l’a imposé aux autres, mais tout le monde est vraiment satisfait avec le résultat. C’est ça, j’te dirais que on avait commencé à exploiter ça avec The Healing Process, notre deuxième album. Pis on a vraiment aimé le résultat pis c’que ça donnait, fait qu’on s’est dit on va pencher un petit peu plus la dessus. Pis live c’est l’fun, ça fait que y’a beaucoup de monde qui participent, les kids y’aiment ça gueuler pis d’plus en plus on les voit gueuler nos paroles pis j’trouve ça weird tsé. J’trouve ça l’fun, mais ça fait cinq ans qu’on joue pis on pensait pas s’rendre si loin qu’ça… Fait qu’on en profite, mais on est pas mal terre à terre aussi…

[FRED] En studio, vous avez produit avec Yannick St-Amand qui a aussi joue la guitare sur l’album?

[ALEX] Non, Yannick y’a joué d’la guitare dans notre groupe pendant cinq ans, pis c’est tout le temps plus impliqué au niveau des enregistrements pis du producing pis tout ça. La composition, c’est plus Éric, l’autre guitariste, moi pis Alex, le drummer. Mais Yannick tsé, y’a été dans le groupe pendant cinq ans, y’est habitué, y sait comment on travaille, y sait c’est quoi nos attentes, comment on veut sonner, etc. Fait que c’est tout le temps ben facile travailler avec. Tsé, y’est exigeant envers nous pareil, mais tsé, on a une méthode de travail à c’t’heure…

[FRED] C’est quoi l’impact de travailler avec lui versus quelqu’un que vous connaissez pas?

[ALEX] Sérieux, c’est dur à dire. J’ai joué dans un band qui s’appelle NEURAXIS dans le passé, j’ai fait deux CDs avec eux. J’ai joué dans un band qui s’appelait IN DYING DAYS dans le passé, j’ai fait un CD avec eux. Pis j’veux dire tous les affaires avec DESPISED, pis tout ce que j’viens de mentionner, ça toujours été avec Yannick. C’t’un chum que j’connaissais même avant que DESPISED existe tsé. Fait que, en fait, c’est pour ça qu’y est rentré dans l’band par la suite, parce qu’on s’connaissait déjà. Moi, j’t’habitué d’travailler avec lui, même que… j’ai fait des featuring par-ci par-là avec d’autres producer que j’connais pas, mais de façon générale j’suis vraiment à l’aise de travailler avec lui, même que d’une certaine manière j’sais pas vraiment c’est comment ailleurs tsé. J’ai travaillé avec Dagenais, le guitariste de KATAKLSYM, pis y’a fait des affaires pour nous autres. Mais j’aime ben, j’aime vraiment l’approche de Yannick; y’est travaillant pis y’est patient pis c’t’un bon chum, fait qu’ça rend les choses faciles. Fait que lui y’a producé tout, pis c’te fois-ci on a fait mixé le tout par Andy Sneap, au U.K. Pis Andy Sneap, lui, y’est habitué de faire des trucs un p’tit peu plus mélodique, genre AS I LAY DYING ou TRIVIUM ou KILLSWITCH ENGAGE, tsé des groupes comme ça. Fait que tsé, c’tait peut-être un nouveau challenge pour lui parce que y’est pas habitué de faire des groupes qui sont plus influences death metal comme nous autres. Fait qu’on sonne pas comme une production typiquement Sneap aussi, pis ça j’trouve ça intéressant. Mais le gars y’est malade tsé… y coute vraiment cher, mais nos ventes de l’album précédent ont justifié le fait que notre label ont doublé notre budget qui était sensé nous allouer. C’pour ça qu’on a pu prendre un mois d’studio pour tout enregistrer plus une semaine et demi de mixage. Fait qu’on est vraiment chanceux là-dessus. Pis j’touche du bois que ça va continuer d’même, pis on prend vraiment rien pour acquis. Pis aussi on travaille fort là, on tourne constamment – on fait six mois de tournée par année - pis tu check beaucoup de groupes qui sont pas vraiment dans l’underground, mais qui sont plus accessibles au public, pis tsé, y tournent pas autant qu’nous autres… On pourrait avoir l’air prétentieux, mais pour le style de musique qu’on joue, on a pas le choix de mettre les bouchées doubles pour se faire connaitre parce que souvent on a pas des gros médias mainstream qui veulent nous supporter, fait que c’est grâce a du monde comme toi que l’monde nous connaisse tsé…

[FRED] Justement, le fait de passer de Galy Records à Century Media, est-ce que ça fait une différence?

[ALEX] Ouais définitivement. Century Media pour le métal, c’est un des gros label, si on peut dire, mondialement. On est vraiment chanceux. Tsé r’garde, de façon générale, à c’t’heure, c’est notre label qui organise toutes les entrevues pour nous autres - j’viens d’en faire deux aujourd’hui, j’en ai fait sept hier. Mais, c’est cool, amenez-moi en. J’vais jamais être blasé de faire ça parce que souvent c’est du monde bénévole qui vont investir leur temps pour promouvoir la scène, pis moi j’adore la scène ici fait que j’suis content d’en parler. Pis côté pub, y’ont des budgets pour nous mettre dans les magasines - un paquet de magasines worldwide -, ils payent pour nos vidéos aussi, ils payent pour nos permis d’travail. Non, on est vraiment chanceux. Surtout à c’t’heure, ça va ben nos affaires, fait que s’occuper d’tout ça nous-mêmes, impossible… On est même pu capable de s’occuper d’notre MySpace nous-mêmes. Oops… J’ai dit le mot, désolé… On a de l’aide pis j’apprécie ben ça, pis c’est cool.

[FRED] Tu parlais de la scène. Comment tu comparerais la scène quand t’as commencé avec DESPISED, y’a cinq ans - ou toi, quand t’as commencé y’a dix ans - avec la scène aujourd’hui pis comment tu la vois évoluer dans le futur?

[ALEX] Ben check, moi j’ai vingt-six. J’ai commencé à faire des shows dans scène, icitte au Québec, quand j’avais dix-sept. Pis j’te dirais, de un, quand j’ai commencé, le métal était en déclin. C’tait pas mal plus dur de percer à ce moment-là. T’entendais toujours les même quatre noms tsé, CRYPTOPSY, KATAKLSYM, GORGUTS, VOIVOD. Pis j’suis super content qu’y étaient là, y’ont ouvert des portes pour nous autres. Sauf que là j’suis content que des groupes un peu plus jeunes comme nous-autres, ION DISSONANCE, BENEATH THE MASSACRE, pis un paquet de nos chums que tu vas entendre parler bientôt… pis enfin, c’est notre temps. Tsé, tous les bands que j’viens d’te parler, y tournent constamment, pis y commencent à faire leur nom aux États-Unis. Curieusement, où est-ce qu’on pogne le plus, c’est aux States. On vient d’vendre sept milles copies d’notre album en un mois aux States, pis au Québec, au Canada, j’suis sûr c’t’une fraction de ça. Mais le marché, c’est les États-Unis. En général, c’est la que ça pogne le plus tsé. Mais là, ça fait un mois qu’on est aux States, pis là à soir on est à Montréal, qu’y aille deux kids ou deux milles, ça va être le show le plus l’fun d’la tournée pour moi parce qu’on est a maison tsé.

[FRED] Justement, c’est le lancement officiel de l’album ce soir, avez-vous prévu de quoi de spécial?

[ALEX] Pas vraiment honnêtement (rires). Non… On va juste jouer des tounes pis on va rocker.

[FRED] Souvent les critiques/les fans de métal vont dire y’a trop de breakdown, ceux de hardcore vont dire que les voix sont trop métal. Qu’est-ce que tu penses de tout ça? Est-ce que c’est quelque chose qui vous agace jusqu'à un certain point, qu’on essaye de vous catégoriser dans un des deux genres?

[ALEX] Ben check ça. Quand on a commencé, c’est sûr que ça m’affectait plus. Mais à c’t’heure, j’vois plus ça comme… r’garde, moi j’aime pas tous les groupes qui existent, fait que j’m’attends pas à ce que tout le monde aime mon groupe non plus. Avant, j’lisais une critique négative, pis j’tais comme « Ah man… » Sauf que d’une façon générale, notre nouvel album surtout, c’est assez positif. Les gros médias métal ou metalcore ou death metal ou whatever, c’est assez positif. Mais aussi, j’ai entendu des commentaires comme tu viens de dire tant des medias que des kids aussi. Mais aussi, à l’inverse, des fois y’a du monde, y’a des métalleux, qui vont venir me voir pis qui vont m’dire : « Heille, vous êtes le seul band hardcore que j’aime. » Après ça, on va faire des shows dans scène hardcore pis les kids vont dire : « Ah, vous êtes le seul band métal qu’on aime. » Fait que tsé, c’est l’fun. On a eu l’opportunité de tourer avec des pionniers de la scène death metal comme DEICIDE, SUFFOCATION, MORBID ANGEL, pis des groupes un p’tit peu plus récents comme BEHEMOTH, DECAPITATED, ABORTED tout ça, pis on a joué avec des bands straight-up hardcore comme HATEBREED ou FIRST BLOOD ou tout ça, pis là on est avec des groupes comme ALL SHALL PERISH ou THROUGH THE EYES OF THE DEAD qui sont un petit peu plus mélodiques, pis on a tourné avec BLACK DAHLIA MURDER. Fait que tsé, ça t’montres un peu c’qu’on est musicalement. On prône la diversité, pis n’importe qui qui est assez ouvert d’esprit pour accepter ça, ben tant mieux. Pis si tu l’es pas, ben c’pas plus grave… J’aime juste pas ça quand le monde deviennent comme des nazis d’musique. Genre que tout c’qui est pas, qui s’rapproche pas, d’un style spécifique, c’est d’la marde. Pis après, y se font un plaisir fou de t’haïr tsé. J’catch pas ça… Heille, c’est juste d’la musique! En toute franchise là, surtout pour le nouvel album là, j’lis même pu les review qu’on a ou les entrevues qu’on fait juste parce que… Tsé, j’ai fait des entrevues ou comme c’que j’ai dit a été mal rapporté. Mettons j’ai une question genre : « Qu’est-ce que tu penses du deathcore? » Tsé, parce que c’t’un terme qu’on entend de plus en plus… R’garde, nous on faisait c’qu’on faisait ben avant c’te mode là - parce que c’style-la ça commence à pogner tsé -, on faisait ça avant qu’ça pogne dans l’temps. Genre tous les hardcore kids y nous donnait d’la marde parce qu’on avait des gros vocales gras, pis « ah, c’pas bon, gnan gnan gnan », « des blastbeats c’pas bon. » À c’t’heure, toute la scène metalcore, c’est rendu ça qui est cool. Pis plus tard, si ça d’vient pu cool, ben on va quand même faire c’qu’on fait en ce moment parce que c’est la musique qui nous fait tripper tsé. Pis moi j’ai dit ça dans une couple d’entrevues, pis y’en a qui m’ont mal quoté pis qui disent : « Ah, DESPISED y s’en calissent d’la scène, nan nan nan. » Heille, qu’est-ce c’est qui s’passe là?? Fait que de façon générale j’me préoccupe… tsé, j’apprécie vraiment que on fait ça en ce moment, mais tsé, j’essaye d’avoir une vie personnelle tsé… chiller avec mes amis pis ma blonde à place. Mais de façon générale, tout ce qui est drama/scene dramafuck that, j’m’en fous.

[FRED] Nos entrevues sont intégrales sur le site, fait que t’as pas besoin de t’inquiéter (rires)

[ALEX] Ok! J’peux tu dire tabarnak, calisse, ou tu vas me censurer?

[FRED] J’te censure pas…

[ALEX] Ok, parce que ça fait genre un mois que j’parle en anglais, fait que ça fait du bien là… Notre Saint-Jean-Baptiste là, c’tait à Chiçago, fait que c’tait vraiment plate!

[FRED] Ben à soir c’est l’temps!

[ALEX] Ouin, c’est ça, on va se r’prendre a soir!

[FRED] Parlons un peu de la tournée. Vous êtes avec THE RED CHORD pis un paquet d’autres groupes. Comment elle s’est organisée?

[ALEX] C’est des groupes que… Tous les groupes sur c’te tournée-ci, on a fait des shows avec eux par-ci par-là dans l’passé. C’est tous des groupes que j’capote dessus. Moi personnellement, on a fait - j’sais pas - une douzaine de tournées en deux ans, pis ça c’est ma tournée préférée parce que musicalement, c’est des bands qui sont dans mon top 20 ou 50 ou whatever. C’est des groupes que j’affectionne beaucoup, mais c’est tous des bons dude aussi! Pas d’têtes enflées. On a fait des tournées avec des gros groupes que j’mentionnerai pas, pis y s’la crée ben trop là! Tsé, nous on fait ça pour le fun avant tout, fait que les égos là, tu fous ça par la fenêtre là! Bref, des bons bands, des bons gars, du bon temps. Ça se résume à ça. Ça fait un mois qu’on est en tournée, pis j’trouve ça plate que ça achève. Après aujourd’hui, on s’en va aux States pour trois autres shows, pis après ça, c’est fini déjà.

[FRED] Comment ça se passe pour vous autres en tournée, une journée typique.

[ALEX] Ben c’te tournée-là est un peu courte pour nous autres. On est habitué de faire, de partir pendant un mois et demi à la fois. Ou même, comme là, juste avant ça, on a fait Canada pis Europe back-to-back. On est allé avec JOB FOR COWBOY, pis UNEARTH. Pis j’te dirais, on a fait le Canada pis trois jours après notre dernier show, on était au U.K. en train d’faire le premier show d’la tournée. Ça c’tait quasiment deux mois d’temps d’affilée. Bref, on est content que ça commence à nous rapporter financièrement parce que veut veut pas, notre nouvelle réalité c’est que - c’est un p’tit peu une job aussi là - t’es parti pendant six mois dans une année; t’as quand même des bills, ton appart à payer, des dettes - que ça soit étudiantes, ou ton char, ou whatever. Fait que ça pas l’choix de rapporter sinon on n’aura pas l’choix d’tuer l’band. C’est moi qui grandit pis qui habite pu chez ses parents ou whatever. Mais c’est vraiment l’fun. Mais on dirait qui a du monde tsé… la motivation première c’est parce que c’est l’fun, parce que c’est notre passion, c’parce que depuis qu’on est kid qu’on rêve de faire ça, pis on a enfin l’opportunité de l’faire pis on a un paquet de monde - que ça soit notre agence de booking, notre publicist ou notre label - qui nous supportent tsé, pis qui crachent du cash pour qu’on fasse ça. Fait que moi j’vis un rêve en ce moment, pis j’veux pas qu’ça s’termine. Tsé, j’me vois pas faire ça à quarante ans non plus là, mais c’est le temps que je le vive là, sinon j’vais avoir des regrets pour le restant d’ma vie pis c’est la même chose pour tout l’monde dans l’groupe. Mais, en même temps, on dirait que l’monde réalise pas que c’est quand même d’la job tsé. Toutes les jours, on va se réveiller à 6-7-8h du matin - dépendamment de notre drive - pis après ça on va conduire de trois à dix heures par jour. Des fois, on n’a pas le choix de conduire de nuit tellement que les villes sont espacées tsé. Fait que mettons pour te décrire la tournée en ce moment, sur un mois, on a deux day off. Tout le restant, c’est continuel tsé. Que tu sois malade, que tu sois fatigué parce qu’on dort pas beaucoup, que tu manges mal parce que y’a juste des fast-food aux States, t’as une job a faire tsé. Juste conduire, ça peut être éprouvant. Là t’arrives au club, faut que tu fasses un paquet d’affaires que t’as à faire : setuper la merch, tes instruments, soundchecker, tout ça. C’est quand même du boulot. Mais, c’est la seule affaire qui nous fait tripper, pis on est nos propres boss en même temps. Mais on dirait le monde pense que c’est juste le fun, que c’est un party continuel, pis – tsé ça l’est un peu – mais t’as des responsabilités a travers tout ça aussi là.

[FRED] Qu’est-ce qui joue dans votre van comme musique ces temps-ci?

[ALEX] On est une gang de poils, mais on fait des shows d’poils à tous les soirs fait que tsé souvent on va écouter des affaires plus smooth que ça soit le dernier THRICE, RADIOHEAD, COLDPLAY. Tsé, ça c’est genre notre setlist, genre chill. On va écouter du rap, surtout Steve pis moi. J’te dirais que la majorité du band déteste le rap par exemple, fait que pas trop souvent. J’te dirais les bands death metal qu’on écoute le plus ces temps-ci ça serait ABORTED, DECAPITATED. Tsé, on écoute pas mal… souvent on va écouter des succès québécois genre parce que la majorité de nos tournées c’est tout le temps en sol étranger - c’est tout le temps aux States ou dans le Canada Anglais ou comme là on vient d’aller en Europe tsé - fait qu’on écoute du québécois. On écoute des niaiseries genre François Pérusse – moi j’aime pas François Pérusse, mais les autres y’aiment ben ça -, Passe-Partout, on écoute les CHICK’N SWELL. On a une tv dans van fait qu’on en profite, on écoute les CHICK’N SWELL.

[FRED] Pis sur la tv, c’est quoi qui joue?

[ALEX] Ben là, ça m’fait chier parce qu’y jouent toujours à leur maudits jeux vidéos! J’veux pas paraitre mature, mais moi j’trippe plus les jeux vidéos old school, pis eux autres c’est tout l’temps soit la lutte ou ben San Andreas. Fait que moi, après c’te tournée-ci - enfin on fait un p’tit peu d’cash - fait que j’vais pouvoir me payer un iPod video, pis j’vais juste m’isoler pis « Allez tout chier, moi j’écoute mes vidéos sur mon iPod », pis ça va être ça tsé (rires). Mais, j’te dirais le climat dans l’band c’est pas mal un climat de compréhension pis de concessions, maintenant plus que jamais. Avant, on faisait des shows de fin de semaine ou on jammait, fait qu’on était ensemble pour genre un à trois shows à shot tsé. Là, on est ensemble pour un à deux mois à shot. Tsé c’est comme, tous les p’tits vices de tout le monde, les p’tits tics, les p’tites manies d’tout le monde, faut qu’t’apprennes à vivre avec tsé. Mais à c’t’heure, on s’engueule presque jamais (rires). Mais c’est comme une relation d’couple tsé, si tu t’engueules pas, c’est que tu t’dis pas les vrais affaires pis y’a des choses qui clochent… En tout cas, moi j’pense là.

[FRED] Trouves-tu ça plus difficile d’être en studio ou en tournée?

[ALEX] J’trouve ça plus plate être en studio parce que j’nous considère plus comme un live band. Tsé c’qu’on veut faire nous autres, c’est d’la tournée. Mais tsé r’garde, en cinq ans d’existence, on a sorti cinq recordings; trois albums pis deux split. Fait qu’en même temps on trippe à enregistrer pis composer aussi sauf que faire d’la tournée j’pense que c’est c’qu’on aime le mieux. Composer un album c’est ben d’la job ça aussi. T’as d’la pression tsé. Tu veux plaire aux autres, mais avant tout tu veux te plaire à toi-même, tu veux être satisfait de c’que tu fais, pis t’es jamais satisfait a 100%. Mais j’te dirais qu’avec c’t’album-ci, plus que n’importe quoi d’autre qu’on a fait dans le passé, ça se rapproche plus de notre 100%. Tsé, j’veux dire, juste du côté sonore, c’est Andy Sneap, pis juste avant nous, y venait de faire MEGADETH tsé… J’comprends même pas. Y prend juste une couple de bands par année, pis y’a dit oui à nous autre, fait que j’trouve ça ben l’fun. Sauf que, l’autre affaire qui a pas rapport avec c’qu’on parle, c’est qu’on collabore beaucoup avec du monde pour notre vidéo, notre pochette, nos design de t-shirt, pis j’en passe, pis c’est presque 100% du « Made in Québec ». Notre vidéo, c’est fait par un d’mes chums qui habite à Montréal. La pochette pis nos designs de t-shirt, c’est un d’mes chum de Québec. Pis on a enregistré l’album à Rouyn, au beau milieu d’nulle part par mon chum Yannick, fait que ça reste dans famille tsé.

[FRED] Tu parles du clip, est-ce que c’est quelque chose que vous trippez à faire ou c’est plus pour le marketing?

[ALEX] On n’a juste fait deux. Notre clip précédent y’a passé à MTV, y’a passé à Musique Plus sur Destroy, y’a passé à Much Music Loud. Tsé, y’a été numéro un pendant presque deux mois à Musique Plus sur c’t’émission-là pis ça m’fait chier parce que dans c’temps là, j’avais pas l’câble, fait que j’l’ai jamais vu a tv tsé. Mais c’est sûr que c’est un bon outil promotionnel pis on paye pas pour, fait que pourquoi pas! Mais c’t’une expérience de vie, c’est l’fun à faire, pis ça aide justement à promouvoir notre musique, fait que pourquoi pas! Notre nouveau vidéo, j’suis vraiment satisfait du résultat. C’est l’même gars qui a fait notre premier qui a fait notre deuxième. On a laissé carte blanche, on a dit tu fais c’que tu veux. On l’a shooté fin février au milieu d’nulle part a Québec…

[FRED] Est-ce qui faisait aussi froid qui en a l’air dans l’clip??

[ALEX] Ça pris deux jours à partir du moment qu’on arrive là pis qu’on monte toute, pis qu’on démonte pis qu’on shoot. C’tait dans un bunker abandonné pis y faisait aussi frette dans l’bunker, sinon plus frette dans l’bunker que pour les shots du début où tu vois dehors où c’est pas mal enneigé. C’est au Mont Radar. Juste pour te dire, on est resté pogné dans un banc d’neige en s’rendant là, pis après on avait une méga côte à monter qu’on n’a pas eu l’choix de tout vider notre gear dans un cube parce que notre van a pouvait pas monter la côte! Pis y’a fait moins vingt-quelque pendant deux journées d’affilées, pis on avait aucune source de chaleur… Fait que c’tait vraiment à chier à faire tsé (rires). Mais on est vraiment content du résultat. Pis tant le crew que le reste du band on a vraiment travaillé fort.

[FRED] En finissant, après les trois shows pour finir cette tournée-là, vous avez quoi de prévue pour le reste de l’année?

[ALEX] Ben on a pris juillet off. On fait juste un show à Quévillion, c’est le Quévillion Metal Fest avec ANONYMUS, MARTYR, nous autres, ION, BENEATH THE MASSACRE – Bênète on les appelle (rires). Pis en juillet, on shoot notre nouveau vidéo, on fait un deuxième vidéo pour le nouvel album qui est la deuxième toune de l’album, Furtive Monologue. Pis n’importe qui qui lis ça, allez voter pour notre vidéo a Musique Plus, ça serait vraiment nice! Tsé, supportez les bands d’icitte. Ça tentes-tu dire quelque chose de drôle Alex?

[ALEX PELLETIER (batteur)] Grind forever! That’s my word… (rires)

[ALEX] Bon, c’est son commentaire… Grind forever. Ouin… on marche par inside, pis tout le monde on a comme vingt surnoms différents qui sont super méchants et affectueux à la fois (rires). Pis au mois d’août, on r’tourne aux States pour un mois avec A LIFE ONCE LOST, FACELESS, JOB FOR COWBOY. Pis après ça, j’me croise les doigts - c’t’en train de s’solidifier - la tournée canadienne Exclaim! au mois d’novembre. Fait que j’ai hâte d’avoir des dates pis que tous les groupes se confirment. On va r’tourner en Europe une autre fois d’ici la fin de l’année, on est en train de travailler là-dessus. Pis possiblement une autre tournée américaine aussi. Fait qu’on va être à la maison un mois sur deux sinon moins que ça, mais comme j’te dis, on trippe à l’faire.

[FRED] Justement, l’année passée, vous étiez pas là quand vous avez gagné le prix GAMIQ.

[ALEX] Non man, pis ça m’fait chier ça…

[FRED] Vous étiez en tournée avec HATEBREED je pense…

[ALEX] Ouais, c’est ça. Sauf que c’t’année, le nouveau gala, j’pense c’est le 16 septembre, pis on va jouer une toune.

[FRED] Cool! Pis vous êtes encore en nomination c’t’annee aussi.

[ALEX] Ouin, on est parmi la liste de vingt-trente kids, mais j’ai oublié de dire au monde qui nous écoute d’aller voter pour nous pour qu’on fasse le cut final là…

[FRED] Ouin, ben c’est l’temps!

[ALEX] Faites-les si ça vous tente, pas d’stress là (rires). C’t’un peu chiant, j’pense faut qu’tu donnes ton email pour voter, mais si ça vous tente de nous supporter, faites-le. Pis j’espère qu’on va être encore en nomination c’t’année, on a gagné l’prix l’année passée. On est tout l’temps un p’tit peu sketch pour ces affaires là, on devrait l’annoncer sur notre site web pour une fois de peut-être inciter les jeunes à voter pour nous.

[FRED] Ouais, parce que c’est un cool gala qui est différent des autres…

[ALEX] Ouais, c’est ça. Moi j’aime ben ça parce que j’vais dire honnêtement les MIMI y snobent complètement la scène hardcore pis la scène métal, pis y’a tellement d’groupes qui font d’quoi icitte. Fait que j’pense que là, y se sont associés avec GAMIQ, pis j’pense que y s’ouvrent plus les yeux, pis y’ont comme catcher qu’est-ce qui s’passe tsé. Ça va bien la scène ici tsé. Comme notre dernier album, on a vendu vingt milles copies worldwide, comme celui-là y vient juste d’en vendre sept mille aux U.S., pis j’sais même pas combien on n’a vendu icitte ou en Europe. Mais là, pour la première fois, c’est vraiment l’fun, notre album y’est licencié en Russie, en Australie, en Thaïlande, au Mexique, en plus de l’Europe pis du U.K. tout ça. J’suis comme ayoye, c’est vraiment spécial!

[FRED] C’tu des places que vous planifiez aller?

[ALEX] À long terme, ouais. Comme là, on essaye d’aller en Australie aussi, ça sera peut-être pas c’t’année. On va prendre ça une étape à fois. Tsé, on a commencé notre première tournée au début, c’tait juste Québec et Ontario, pis après ça on a fait tout le Canada, après ça on a commencé à faire les States, pis là, maintenant qu’on était prêt, on a fait l’Europe pour la première fois. On veut r’tourner pis… heille, j’visite le monde là – ben une partie du monde en tout cas tsé –, j’tais à plage pendant qu’vous autres… ah non, ça fait frais-chier ça (rires). En tout cas, j’tais à plage pis j’en profite tsé, c’est l’métal qui m’a amené là. Tsé, notre dernière tournée, j’ai vu la Tour Eiffel, j’ai vu l’Big Ben à Londres - qui est vraiment p’tit finalement - j’ai vu l’London Bridge, j’ai vu… tsé genre un des pays qui j’trippe le plus c’est l’Autriche point de vue juste architecture, esthétique, tout le kit. C’est vraiment beau à voir, c’est un dépaysement qui est agréable pis j’trouve ça spécial. J’pensais pas que jouer de la musique ça m’amènerait là, fait que j’vais en profiter pendant qu’ça passe…

[FRED] C’est cool. Ben j’te remercie beaucoup!

[ALEX] Merci man!


Merci à Alex de DESPISED ICON d’avoir pris un peu de temps pour nous parler et à Jeremy Shum de Stereo Dynamite pour l’organisation.



En savoir plus Entrevues les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire