Indicedoktane (24 novembre 2007)


Entrevue de Max Wingender avec Martin, Pat, Nic, Yan

Lors du Posa 2007, nous avons eu la chance de s’entretenir avec INDICEDOKTANE, un groupe qui est en plein émergence sur la scène punk québécoise. Posa est un événement annuel mis sur pied par l’organisme d’aide aux jeunes à but non lucratif Porte ouverte sur l’avenir. Celui-ci offre, parmi ses activités, un spectacle punk rock de calibre. Cette année, les groupes présents étaient LA VERMINE, FIXSELF et DOWN. En tête d’affiche, INDICE DOKTANE qui ont donné une prestation des plus appréciées. Originaire de la région de Granby, le groupe formé de Martin (guitare/voix), Pat (guitare/voix), Nicolas (basse/voix), Yan (batterie) a eu l’amabilité de s’entretenir avec nous. INDICE DOKTANE nous parle entre autres de son nouveau clip, Canon - le troisième qui tourne à MusiquePlus - ainsi que leur album intitulé Tiens Ça Mort. Voici un bilan de cette entrevue.

[MAX] Comment INDICE DOKTANE à commencer?

[MARTIN] INDICE DOKTANE, ça commencer dans une ancienne écurie, qui est devenue un poulailler, au deuxième étage, on a transformé ça en local pis c’est la que ça partie : de la mousse des cochons en bas. Ouin c’est ça, bin la ce n’est pas une porcherie mais en tout cas. C’était dans ferme. Il y avait ta mère dans le fond [rires]. C’est dur d’avoir des locaux dans notre coin pis ça prend ça pour avoir de quoi de sérieux. Pis ça c’est passé là. Alors, on s’est pogné toute la gang ensemble, ça fait trois quatre ans de ça. Pis je trouve que c’est une belle façon de dire comment ça l’a commencé parce que c’était dans une ferme.

[NIC] On est né dans marde.

[MAX] Est-ce que votre groupe est rendu une job? … a temps plein?

[INDICEDOKTANE] Je te dirais que non, pas encore. On essaie mais c’est bien dure parce que on peut dire ça en chiffre, on est peut être un trente-cinq pourcent. C’est aussi gros qu’une job mais ça ne paye pas autant. C’est un sideline de bénévolat.

[MAX] En 2007, vous avez sorti votre premier album complet intitulé Tiens ça mort. D'ou vient le titre?

[INDICEDOKTANE] C’est tiens ça Mart. [rires] On a dit, en niaisant en Anglais, on disait tiens ça Mart faque on va appeler ça Tiens ça Mart. [rires]

[MAX] Ouin, moi je garde ça de même. Vous avez choisi de sortir votre album sur Lost City Industries. Pouvez-vous dire en quelques mots pourquoi avoir choisi ce nouveau Label qui promeuve des groupes plutôt hardcore?

[YAN] C’est des amis. Moi je jouais dans un band avec le gars qui a le label...

[MAX] ...avec Luc ?

[YAN] oui Luc, donc ça a été assez facile. Tu le connais ?

[MAX] Oui.

[YAN] Ça fait qu'on a joué avec A PERFECT MURDER ensemble et quand il a parti son label ça a donc été facile.

[INDICEDOKTANE] Genre, "Signe mon band pis c’est toute". Sinon on y cassait la yeule. [rires]

[MAX] Comment décririez vous votre album?

[INDICEDOKTANE] Il est coloré, il a bien de la couleur. [rires] Pis c’est ça!!

[MAX] De quels sujets traités vous dans vos pièces? Est-ce que les paroles sont importantes pour vous?

[INDICEDOKTANE] Les mères, les mères de nos chums ça c’est important, les filles, la masturbation, les filles qu’on les aiment ou pas la mais les filles. J’ai tu dit ta mère??? [rires] Faq c’est pas mal ça, on déconne tout le long. On essaie que cas soit drôle, mais il faut quand même être capable de lire entres les lignes à des places. Il y a des affaires qu’il ne faut pas prendre au sérieux et d’autres oui. C’est sur que c’est dur de jouer dans ça mais c’est quand même ça qui se passe.

[MAX] Avez-vous une chanson préférée sur votre album ?

[NICOLAS] T’en rappelles–tu?

[YAN] Moi je dirais peut-être Gentlemen.

[MARTIN] Ta mère.

[PAT] Tout le contraire.

[MAX] [à une passante au kiosque de vente d’INDICE DOKTANE] Et toi Jess?

[JESS] A euh! Moi euh!!! INDICE DOKTANE c’est malade !!! [rires]

[MAX] Sentez-vous une évolution entre votre démo de quatre chansons, dont un videoclip (Mal Informé) a eu un certain impact, et votre album?

[INDICEDOKTANE] Ah! C’est sur. De toute façon on a changé de drummeur donc ça a changé bien gros la façon de composer, la chimie. On a déjà la moitié du prochain album déjà de prêt.

[MAX] Habituellement comment composez vous vos chansons?

[INDICEDOKTANE] Tout le monde arrive avec ses petits trucs pis on compose tout ensemble, c’est ben hot. Mart amène pas mal tout le temps des paroles. Nous autres on arrive toujours avec des beats, des riffs. On joue ensemble et on check tout ça… on se masturbe beaucoup depuis que Yann est arrivé dans le groupe. On se masturbait déjà pas mal avant mais depuis que Yann est arrivé, c’est fou. Il y a un high. [rires]

[MAX] D’où tirez-vous vos textes?

[MART] Moi je vais te dire que ça viens pas mal de la coke!! [rires] Ouin pas mal la coke, le PC pure, je met des lunettes de soleil pis j’allume toutes les lumières possibles dans maison pis je me débrouille bien en esti. [rires]

[MAX] La scène punk francophone commence à avoir une certaine ampleur au Québec et prend même de l'expansion ailleurs. Chanter en français est important pour vous?

[INDICEDOKTANE] Oui, parce qu’au début, on chantait en anglais avec d’autres groupes qu’on a eu pis je trouve qu’on a fait le bon move de faire ça en français. Justement, il y a bien des groupes qui ont de l’exposure de plus en plus. Ca devient, … peut être pas pris plus au sérieux qu’avant, mais c’est plus respecté. … ce n’est plus de la marde le français …

[MAX] Comment trouvez vous la scène québécoise? Autant point de vue foule que point de vue groupes?

[INDICEDOKTANE] Très rough ma te dire, il y a pas grands bands qui l’ont facile. C’est dur pour tout le monde. Très rough.

[MAX] ... et la chimie entre les bands?

[INDICEDOKTANE] Ah! C’est la chimie entre les bands, quand ils font pas chier, c’est cool. [rires] Non. Habituellement ça va bien. Habituellement, on vie la même affaire que les autres groupes à quelque part, donc on joue une heure avec un autre band, et après une heure on est des chums. On se connais un peu parce qu’on vit un peu la même affaire. Et s'il y a de la rivalité, bien tant mieux. [rires] Qu’on les pète pis qu'ils saignent, esti.

[MAX] Vous êtes rendus à votre troisième clip intitulé Canon. Avec qui avez-vous travaillé?

[INDICEDOKTANE] Oui, c’est le deuzième clip qui va sortir de notre album, le premier c’était un clip de notre demo. On a faite notre demo pis on a fait un clip quasiment toute suite après. Après ça, on a fait l’album pis on a sorti Tout le Contraire qu’on a fait avec pas mal nos moyens. Là, on a pas eu de budget pour ça trop trop. On a pas mal mis ça de nos poches. Là, on a eu une subvention de VidéoFAX et on a fait Canon.

[MAX] Qui est le réalisateur?

[INDICEDOKTANE] Gabriel Allard.

[MAX] Il a travaillé sur quels autres vidéoclips?

[INDICEDOKTANE] Il a fait LE VOLUME ÉTAIT AU MAXIMUM, PASACLE PICARD, LES FRÈRES CHEMINEAU, il en a fait pas mal.

[MAX] Et comment trouvez-vous l'expérience de faire un clip!!

[INDICEDOKTANE] Ah! C’est débile, nous autres on retombe en enfance. Quand je fais mon rôle, je tombe dans mon rôle à mort. Tout le monde dans le band c’est pareil. Pour nous autres, c’est du gros acting, on trippe.

[MAX] Grâce au groupe GUERILLA POUBELLE, vous avez fait un split avec ERIC PANIC qui est distribué en France. Décrivez comment cela est arrivé.

[INDICEDOKTANE] C’est que GUÉRILLA POUBELLE avait fait un show… quand les VULGAIRES MACHINS ont été joué en Europe, ils ont connu le groupe, qui s’appelait anciennement les BETTERAVES, qui est devenu GUÉRILLA POUBELLE. Ils ont fait un show ensemble, et ils ont voulu venir au Québec. Ça fait déjà deux ans de ça déjà et les VULGAIRES MACHINS étaient en break de l’album Aimer le Mal et ils ont pris un break de show. Alors, ce qui est arrivé, le lien s’est faite là. Guillaume [Beauregard, des VULGAIRES MACHINS] m’a appelé et il m’a dit, j’ai des potes de France qui descendent et ils ont de la misère à se booker des shows par ici. Il faudrait faire un ou deux shows. Ils avaient appelé une coupe de monde de dehors pour faire une belle tournée au Québec et c’est ça qu’on a fait. On a faite un deux shows avec eux autres: un à Bromont et un à Montréal. Ça a cliqué tout de suite. Eux y on aimé ça et nous on a aimé leurs affaires. Tout ça s’est bien passé et c’est la même affaire avec ERIC PANIC, mais de l’autre bord de tout ça. Eux autres aussi les ont aidé. Pis c’est pas mal les deux bands qu'ils ont aimé par ici. Ils ont fait un split avec nous deux là bas.

[MAX] Est-ce que le marché européen est une aventure qui vous intéresse?

[INDICEDOKTANE] On s’arrange pour y aller un jour. On attend que nos probations finissent. [rires] Après ça, on saute sul bateau.

[MAX] Est-ce que INDICE DOKTANE est un groupe de studio ou de spectacle???

[INDICEDOKTANE] Je te dirais les deux. En studio on a bien du fun à aller faire les tracks, mais c’est sur que sur le stage, c’est là que ça se passe. C’est là que le monde comprennent d’habitude. Tu peux pas dire qu’on a passé notre guit à quelqu’un d’autre pour jouer notre toune, t’arrive pis que c’est pas le fun. On capote sur le stage pis on trippe en studio, c’est de la bombe.

[MAX] Vous jouez aujourd'hui pour l'événement POSA qui est un programme d'aide aux jeunes ados et adultes. Etes-vous un groupe à implication sociale?

[INDICEDOKTANE] Je te dirais pas tellement, mais c’est que, pourquoi pas. On n’est pas contre ça non plus mais ce n’est juste pas notre mandat. Y a tellement de bands qui font ça, qui essaient de trop en mettre, de trop vouloir s’impliquer que regarde, on fait 'ok vous autres là, faites le ça …' Nous on va tripper pis ça fini là.

[MAX] Alors, vous êtes un peu là pour faire le party?

[INDICEDOKTANE] Nous autres on préfère ça pour faire le party. Tsé!! On changera pas le monde là, ça fait que… tout le monde sait que changer le monde ça peut prendre au moins…

[YAN] Une heure! [rires]

[INDICEDOKTANE] Peut être même plus… ça fait que c’est trop long pour nous autres.

[MAX] Quelle chanson joue dans votre radio en ce moment ?

[INDICEDOKTANE] Notre van n’a pas de radio. Je dirais que la dernière toune qui a joué la dedans ça doit être… Sûrement dans les années 1990. Sûrement, RHYTHM IS A DANCER??? Non c’était pas plutôt ACE OF BASE? Mais Pat y aime bin ça quand qui se touche du NICKELBACK. Yé beau le chanteur.

[NIC] Moi c’est Jonas de c’est temps-ci.

[MART] Ah! Oui moi j’aime ça un homme bouclé !!!

[NIC] Il me fait rêver. [rires]

[PAT] Moi j’ai sorti mes quarante-cinq tours d’Édith Piaf, je trippe.

[INDICEDOKTANE] Édith est cochonne, a t’a un sale rack de plomb. A dit tout le temps regarde, met ton sperme icitte. [rires]

[MAX] Qu’est-ce qui se passe pour fin 2007- 2008 pour INDICE DOKTANE? Avez-vous des projets?

[INDICEDOKTANE] On essaie de faire pas mal de shows pis on tourne l’album dans le fond parce que après ça, on va être rendu à en faire un autre d’ici un an.

[NIC] Moi je dirais plus que ça va être la fin du monde.

[INDICEDOKTANE] On fait bien des shows tout l’automne, tout l’hiver, pis on va faire un autre clip bientôt - fin de l’automne. Un clip après l’autre, on lâche pas, ça trippe fort.

[MAX] Dernière question, qu'est-ce que vous faites après le show???

[INDICEDOKTANE] On va voir des geurda.[rires]

[MAX] Alors c’est tout merci les gars et bonne chance !!!!

[INDICEDOKTANE] Merci Max.



En savoir plus Entrevues les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire