Beneath The Massacre (30 septembre 2009)


Entrevue de Jonathan avec Elliot

La formation montréalaise fait un rare spectacle en tant que headliner dans sa ville natale et nous avons saisi l’occasion pour poser quelques questions à ELLIOT. Voici un récit honnête de ces nouvelles étoiles de la musique underground.

[JOS] : Comment vous vous sentez à l'approche de votre premier show complet comme groupe principale à Montréal depuis 2 ANS?

[ELLIOT] :
C’est toujours weird de faire un show lorsqu’on est pas en tour. On a notre vie normale lorsqu’on est pas en tournée et on est peut être même rouillé de la scène un peu. Le fait que ce soi un headline change pas grand-chose à part que ce sera dans une plus petite salle que ce qu’on a fait les deux dernières années. On a aussi invité de bons groupes montréalais qui eux aussi devraient attirer beaucoup de monde donc ça devrait être vraiment cool comme soirée.

[JOS] : Le spectacle se donnera au Underworld. Cela va être très intime. Avez-vous une relation particulière avec vos fans montréalais?

[ELLIOT] :
Je sais pas comment expliquer ça mais des fois j’ai l’impression qu’on a pas assez fait de show à Montreal. On aime vraiment jouer à MTL et on est extrêmement fière de notre ville mais on est venu avec certains tours et le monde avaient l’air surpris qu’on venait de MTL !?! On a pris ça comme un message claire qu’Il fallait faire plus de concerts à MTL, sans être sur une tournée mais juste nous avec d’autres band de MTL.

[JOS] : Vous finissez votre tournée à Montréal. Comment s'est passé votre tournée mondiale depuis la sortie de votre dernier album Dystopia?

[ELLIOT] :
On a vraiment passé beaucoup de temps sur la route depuis la sortie de Dystopia; 5 tournées des US, 3 fois en Eurioe, 1 tournée canadienne et nos premières fois en Finlande et en Russie. Mais le plus fou c’est qu’on a pas vraiment fini. On retourne pour une tournée américaine en novembre et une dernière tournée européenne en mars et ensuite je pense qu’on pourra passer au travail studio et au prochain album. On aime vraiment la route, ya pas de doute mais trop c’est comme pas assez. Quand ça fait trop longtemps que tu es trop loin de chez vous, tu finis par perdre le sens de tout ça, qui est de jouer de la musique. On est donc très content d’être à la maison pour quelques semaines consécutives et de prendre ça smooth haha.

[JOS] : Pouvez-vous nous donnez une bonne anecdote juteuse pour vos fans qui liront cette entrevue?

[ELLIOT] :
Il y a simplement trop d’histoires à conter mais je peux malheureusement pas dire la moitié de ce qui ce passe sur la route…ça se raconte juste pas…

[JOS] : Lorsque vous faites une tournée, est-ce que vous préférez faire des festivals ou des shows individuels?

[ELLIOT] :
Ca dépend vraiment de quel festival on parle. Les fest mal organisés, même si on sait que c’est compliqué à monter un fest, sont les shows les plus plates à jouer mais des fests comme Party San en Allemagne ou Brutal Assault en République Tchèque, avec des dizaines de milliers de personnes….c’est juste autres choses.

[JOS] : C'était votre première présence en Russie. Il y a eu un spectacle à Moscou et un à St. Petersburg. Comment s'est passé votre expérience russe?

[ELLIOT] :
C’était vraiment quelque chose de gros pour moi d’aller jouer en Russie. Il y a pas si longtemps que ça nos pays était en guerre froide et j’ai grandi avec les images de propagandes américaines qui laissaient sous entendre que les russes étaient les méchants communistes haha. On savait pas à quoi s’attendre de la part du crowd russe et je pense qu’Ils nous ont pris par surprise en connaissant les chansons par cœur, les paroles…même nos noms haha. Il y avait 200 personnes à St-Petersburg et plus de 300 à Moscou. C’est pas tant le nombre de personnes mais l’intensité du crowd que j’ai trouvé impressionnant.

[JOS] : Est-ce que justement, jouer dans un pays jamais exploré, cela vous incite ou vous pousse à performer un peu plus?

[ELLIOT] :
Je pense pas. Sérieusement je pense que peu importe où on est ou pour combien de gens on joue, on jouera toujours de la même façon et avec le même niveau d’énergie ou du moins c’est ce qu’on essaie de faire. On joue nos chansons d’une manière assez égoïste dans le sens qu’on joue pour qu’on ait du fun en premier et on a rien à prouver à personne.

[JOS] : Je crois que votre nom réflète vraiment bien votre musique. Il y a une recherche musicale profonde en dessous du massacre! Comment se passe le processus créatif dans l'univers de Beneath the Massacre?

[ELLIOT] :
C’est un processus incompréhensible. On peut travailler sur une tune pendant des mois et jamais la considérer finie et une autre peut prendre une soirée. En ce moment, on essaie de fonctionner d’une nouvelle manière pour le nouvel album; tout le monde a commencé des tunes de leurs côté et on partage ensuite les idées. C’est très différent des derniers albums où on montait une tune à la fois.

[JOS] : Vous avez connu un succès planétaire depuis la sortie de votre premier album Mechanics of Dysfunction en 2007. Comment avez-vous gérer cela dans vos vies respectives?

[ELLIOT] :
C’est pas vraiment gérable si tu me demandes d’être honnête. Il faut bien comprendre que si on nous connait partout c’est qu’on est allé partout et que c’est vraiment pas simple de faire 200 concerts par années dans la scène underground avec peu ou pas de garanties de succès et encore moins d’argent. Si on a réussit c’est parce qu’on suit nos pulsions, on sacrifie beaucoup d’aspects de nos vies personnelles, professionnelles et académiques.

[JOS] : Quel est le groupe qui vous as le plus impressionné avec qui vous avez fait de la tournée?

[ELLIOT] :
Ah shit. Les musiciens qu’on rencontre sont en général tous des personnages inimaginable haut en couleur pi tout ce qu’on peut s’imaginer de du monde qui vivent dans une van ou un autobus de tournées. Je peux vraiment pas répondre à cette question sans écrire un roman sur tout ce que j’ai vue et tout les awesome personnes que j’ai rencontré dans des groupes.

[JOS] : Un dernier message pour vos fans montréalais?

[ELLIOT] :
Je veux évidement inviter tout le monde au show du dimanche 4 octobre à l’<>Underworld. On veut le plus de monde possible avec une ambiance friendly; un show qui représente MTL.



En savoir plus Entrevues les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire