Grim Skunk (06 février 2007)


Entrevue de Fred avec Franz, Vincent, Joe.

[Fred] Vous avez décidé de tourner un clip pour America Sucks, est-ce que vous pouvez m’en parler un peu? Est-ce que vous avez choisi la chanson et ensuite une idée pour le clip, ou vous avez choisi la chanson en fonction des vos idées?

[Joe] C’est un petit peu les deux parce que, souvent, t’essayes de pogner une toune que t’aimes beaucoup et faut trouver une que tout le monde est d’accord…

[Franz] Qui veut dire quelque chose aussi…

[Vincent] Que tu peux appliquer des images fortes à ça. Moi je pense que, définitivement, le texte le plus percutant qu’y a sur l’album, c’est America Sucks. C’est comme un gros coup de masse dans télévision pis c’est un peu ça qu’on va mettre en images aujourd’hui; c’est plein d’images du tort que les États-Unis se fait à lui-même plus c’qui fait à d’autres pays du tiers-monde. Donc c’est des images de Katrina, c’est des images de la politique de droite, pis on arrive dans le tas pis on fesse tout ça pis c’est pas subtil pour cinq cennes! Mais en même temps, on parle le même langage qu’eux-autres parce que le gouvernement Bush est définitivement pas subtil dans leurs politiques étrangères et est en train de carrément faire imploser leur pays! C’est plein de télévisions qui garrochent des images très fortes des ouragans pis de tout ce qui se passe aux États-Unis pis on joue au milieu de ça; on est un peu victime. On parle pas juste des États, on parle du Canada, pis du monde occidental en général, pis le point de vue qu’on impose sur la planète. Fait qu’on en fait un peu parti tsé; on n’est pas au-dessus de tout ça, définitivement pas! Ça fait que être entouré des TVs, ça image bien le fait qu’on est carrément dedans, mais on exprime notre mécontentement en pétant ces TVs là, en disant qu’on en a assez. C’qui est trop rare encore… Les médias sont carrément dans la poche arrière des gouvernements, fait qu’on a de l’information complètement biaisée par la télévision américaine, y’endorment les gens à l’année longue. Un moment donné, c’est cool pour un band rock d’avoir la liberté de s’exprimer et de dire ce qu’on pense de ça sans aucune censure.

[Fred] Qui a eu l’idée du concept pour le clip?

[Joe] Pour le clip, on travaille avec une compagnie. Eux-autres y’ont une gang de huit ou neuf réalisateurs pis y’en a cinq qui avaient des gros flashs avec les paroles pis qui aimaient la chanson. Fait qu’ils nous ont proposé des idées de base pis une fois qu’on a pris l’idée de base qu’on aimait le plus, on a travaillé avec l’idée de base pour arriver au concept du clip. On voulait un clip qui montrait le band live, on voulait que l’énergie qu’on dégage sur la scène, que cette énergie là se traduise dans le clip. Parce qu’on est quand même un band de scène, pas juste un band qui fait des albums, mais un band qui aime faire des shows, fait qu’on voulait l’attitude live du band. Pis on voulait que ça aille avec les paroles, fait qu’on a les télévisions, comme Vincent disait, qui montre les effets néfastes de la culture occidentale dans le monde, l’hypocrisie de la culture occidentale dans le monde. Tsé on dit que tout le monde est égal, mais nous on est plus égal que les autres, fait qu’on essaye de montrer ça dans le vidéo avec des images sur les télévisions pis à la fin on rentre des coups de masse dans les télévisions, on détruit ça, pis on se fâche! C’est pour dire que notre culture y’a encore moyen de l’améliorer. Un des gros problèmes qu’on a dans notre culture, c’est que depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, le capitaliste et la démocratie, comme on l’appelle, c’est supposé d’être vraiment le sauveur du monde pis c’est le malheur dans le monde. Pis y’a encore manière de l’améliorer sans nécessairement virer communiste Castro ou communiste russe ou sans virer dictateur comme en Corée du Nord. Tsé, on est là pis on dit : « La démocratie! La démocratie! La démocratie! » Aidez donc les palestiniens. Ah, les palestiniens votent pour le Hamas, ça c’est démocratique. Ah, ben là, y’ont voté pour eux-autres, c’pas bon ça, c’pas ça qu’on voulait, mais on voulait que ça soit démocratique…

[Fred] Pour vous, est-ce que le clip c’est plus un moyen de promotion, de passer un message ou plus d’avoir du fun?

[Franz] Ben faire le vidéo, on a du fun. Tantôt on faisait full jokes, on s’amuse. Tsé, on a moins de stress que quand on avait quinze ans pis on faisait nos premiers albums, nos premiers vidéos; on était plus stressés, on était plus paranos : on va tu avoir l’air d’une gang d’imbéciles? J’pense qu’on a passé le stade d’être stressé fait qu’on a comme plus de fun à le faire. Pis j’pense que y’a des concepts qui sont très cool pour le vidéo, mais qui sont plates à tourner… Comme dans le vidéo de Silverhead, y’a une des filles du Cirque du Soleil habillée en espèce de folle qu’a l’a mis une botte sur la tête à Joe. Ben tsé, Joe y’avait la botte sa tête pendant quarante-cinq minutes sans arrêt… Mais y’a des bouts qui sont pas mal cool : jouer live, marcher dans un corridor détruit, smasher des télévisions…

[Vincent] C’est libérateur! (rires)

[Joe] C’est un petit peu de tout quand même. On est des musiciens, fait qu’on veut vendre des albums, on veut que le public, si y’a un potentiel de monde qui vont aimer notre band, on veut qu’ils aient accès à notre band. Fait qu’on fait un vidéo pour ça. Pis en même temps, tu veux faire un vidéo qui représente bien ton image de band, pas juste nous autres en train de jouer nos instruments en avant d’un écran blanc… C’est un petit peu les trois. Pis là, ça fait un mois et demi qu’on est en break, fait qu’on s’est pas vu ensemble toute la gang depuis un mois, pis c’est vrai qu’on est content d’être ensemble, c’est l’fun de se retrouver.

[Franz] Ce vidéo là, c’est sûr que c’est un contexte un peu particulier; c’est un des vidéos peut-être les plus engagés ou critiques socialement qu’on aille fait. Fait que en quelque part, c’es sûr que oui, on veut passer un message. On essaye d’éviter de prêcher aux gens, mais peut-être que, en ce moment, avec ce qui se passe dans le monde - pis pas juste la polémique, mais la rhétorique qu’on entend, le côté vraiment un peu « fasho » qui commence à prendre le dessus, même ici - c’est rendu au point où j’pense qu’on est obligé de s’lever pis arrêter d’être polis, arrêter d’être dociles, pis fesser fort pour qu’on revienne à quelque chose qui est tolérant, raisonnable. Pis ce vidéo là, y cherche pas à faire plaisir ou être gentil avec personne; y cherche à crisser des images violentes, troublantes et choquantes dans face du monde pour que le monde se réveille!

[Fred] Est-ce que vous êtes obligés de faire des compromis pour les clips, justement pour que ça joue à la télé?

[Joe] Ben y peut avoir des images très fortes que t’as pas le droit de mettre parce que c’est à la télévision. On vient tous ici pendant toute une journée, pis on va faire du post-visionnement du vidéo, c’est quand même trois ou quatre jours de travail pis deux semaines de travail pour l’équipe… Fait qu’on va pas mettre tout l’argent pis tout le temps pour un vidéo qui a aucune manière de se faire passer, sauf peut-être par l’internet et même là, ça peut être bannit. Fait que y’a des paramètres qui faut respecter dans tes vidéos. Alors, le challenge c’est d’être dans les paramètres pis faire passer ton message très puissant.

[Franz] C’est sûr qu’on essaye de repousser la limite, on essaye de la pousser le plus loin possible avec la toune et avec le vidéo. Sans exagérations, mais on essaye de pousser la limite de ce qu’on est habitué de voir. Comme y disait tantôt, chez les medias où on censure, on met une seconde et demi d’un truc super important parce qu’ils ont pas envie d’en parler, pis tu suite après y vont parler du même sujet, mais quelque chose qui les arranges plus. C’est vraiment de la manipulation que les médias font en ce moment, c’est devenu pas mal de la propagande. Pis dans ce sens-là, nous autres, avec le peu de media opportunity qu’on a avec le vidéo, ben on va essayer d’y aller dans le maximum, de l’anti-« tout le reste ».

[Fred] Parlant de repousser les limites, avez-vous vu le clip Grim Park sur YouTube? Est-ce que c’est vous autres qui avez fait ça?

[Franz] J’pense que c’est un fan qui a fait ça…

[Vincent] Mais moi je l’ai vu tantôt pour la première fois, et j’ai trouvé ça très drôle, très bien fait, pis moi je l’endosse à 100%. J’trouve ça hilarant même, que quelqu’un ait pris le temps de faire ça. C’est extrêmement cru, mais moi j’ai aucun problème avec ça…

[Fred] Est-ce que ca vous dérange que ce clip soit associé à vous?

[Franz] J’pense que c’est important d’accepter la liberté d’expression des autres. C’est super important pour nous d’exprimer ce qu’on pense, c’qu’on croit, c’qu’on feel, c’qui important pour nous. Mais ensuite, l’interprétation que les gens en font, c’est à eux de la faire, pis c’est pas à nous d’aller dire : « Ah, ça c’pas correct, c’pas ce sens là qu’on voulait mettre dans la toune. » Si on fait ca, on tombe dans le même piège qu’on critique dans le fond. Quand on a sorti la toune, on a reçu plein d’emails de Marines américains super pissed off, nous accusant d’être les pires affaires de la planète… « Come to America, I dare you and I’ll fucking kill you! » Mais c’est correct parce qu’ensuite j’réécris aux gars, pis après y’en a qui m’ont encore envoyé chier, pis y’en a d’autres, qui au bout de trois ou quatre emails, qui m’ont dit : « Moi aussi j’d’accord avec toi, j’déteste l’administration Bush. » T’es obligé d’accepter que des gens vont prendre ce que tu fais pis qui vont partir avec à leur manière, pis c’est correct. Bon, c’est sûr que c’est un peu cru ce qui a été fait, mais en même temps, c’est l’interprétation que cette personne là a fait sur ce que lui trouve qui est poche dans le gouvernement Harper, ou le gouvernement Bush, pis dans ce sens-là, moi j’suis d’accord avec lui où je trouve que c’est deux gouvernements pathétiques pis mangeux d’marde affreux.

[Fred] Est-ce que vous avez déjà des idées pour un prochain clip?

[Vincent] Ben là on va se concentrer sur lui, mais j’sais qu’on fait Vive Le Québec Libre le prochain. Alors on replonge pour des idées là-dessus…

[Franz] (rires) On va r’tomber dans un autre vidéo heavy

[Vincent] Ouin, c’est vrai, dans le fond, ca revient un peu au même, mais plus local, va falloir trouver des idées. C’est tout les moyens techniques que nous on connait moins : la lumière, l’ombrage, le style de grain que tu donnes… Ça on laisse ça aux experts, des gens comme NuFilm, qui ont des idées. Nous on peut amener des idées de scenario, d’images qu’on voit, mais c’est comme une collectivité d’idées ensemble qui fait qu’un vidéo marche. Mais on s’occupe pas de tout c’qui s’passe techniquement, c’est leur job ça. Pis ils nous expliquent clairement ce qu’ils voient pis nous on approuve ou pas. Pis on s’pitch des idées comme ça, pis c’est ça le truc de faire un bon clip; c’est qu’à la base, tu sais vraiment où tu t’en vas, que la journée du clip tu sais exactement où tu t’en vas. Surtout vu qu’on a très peu de temps pour tourner des clips ici au Québec; ça coute très très cher faire des clips, on peut pas se permettre de faire ça pendant trois jours. J’trouve ça très louable c’qui font comme job les équipes de vidéo, c’est de la grosse job, vraiment difficile. Tu mets des lumières pis tu prépares des décors pendant des heures pour quarante-cinq secondes de shooting pis tu te déplaces dans un autre lieu, pis c’est vraiment difficile comme job.

[Franz] Y’ont pas quatre jours comme les vidéos des gros bands US…

[Vincent] Non, c’est ça, y partent à six heures du matin pis y vont finir a quatre ou cinq heures du matin. C’t’une histoire de vingt-quatre heures pis ce monde là, ça dort pas gros. Pis des fois y’ont un autre clip le lendemain, c’est tough comme job… Alors nous notre job c’est d’être prêt pis de donner le meilleur de nous-mêmes au niveau musical, au niveau de faire du bon lipsync…

[Fred] Donc vous ne chantez pas vraiment pendant le tournage?

[Vincent] Ben on chante… Moi j’essaye de faire ça le plus réalistiquement possible. Comme aujourd’hui j’vais l’chanter parce que ça paraît dans ta face quand tu l’chantes pas. Quand tu chantes fort, ta face est plus crispée, pis moi je l’vois tout suite quand c’est du mauvais lipsync à Musique Plus, ça paraît tu suite. Quand tu l’chantes pour de vrai, ca paraît moins. La seule raison de pas chanter, c’est que des fois le playback est pas assez fort; la musique est pas assez forte. Fait que des fois tu chantes plus fort que la musique, fait que tu finis par te désynchroniser. Mais d’habitude on demande des playback très très fort, parce que même Alain, au drum, va vouloir jouer, va faire bouger ses cymbales pour avoir le réalisme le plus parfait possible. Moi j’aime beaucoup le chanter, comme je le chanterais live si tu veux.

[Fred] Après le tournage, c’est quoi les projets pour les prochains mois?

[Joe] On fait quatre ou cinq shows ici et là au Québec pis en Ontario. On va jouer à Sorel, à Plessisville…

[Vincent] …pis en Ontario. Pis après ça, on décolle en Europe mon gars, une bonne partie du mois d’avril…

[Franz] Pis on va au Southwest aussi…

[Vincent] Ouin, on s’en va au Texas pour le plus gros showcase rock qui a aux États-Unis qui s’appelle South By Southwest, c’est à Austin au Texas. On a été accepté là…

[Vincent] Fait que GRIM SKUNK va y aller au mois de mars pis après en Europe pour trois semaines/un mois…

[Franz] Faire une tournée avec SUICIDAL TENDENCIES, pis aussi d’autres shows sans eux. On va revenir faire une couple de shows ici, au Québec, au Canada. On va repartir faire un autre festival qui s’appelle The Great Escape à Brighton en Angleterre, pis après on va revenir faire des festivals au Canada. Pis j’pense que ce point là, on va surement retourner en Europe ou en Asie cet automne, mais ça reste à voir.

[Fred] Donc la prochaine année, c’est des shows en masse…

[Vincent] Ca va être beaucoup de shows pis c’est l’fun parce que l’album est bien reçu pis ya des bon turn up. Les SKUNK sont allés en Europe maintes et maintes fois pis y’ont gardé des bons contacts avec les gens avec qui y travaillaient à l’époque qui sont encore dans le milieu, et même qui ont des positions encore plus enviables qu’à l’époque. Pis l’album est bien accepté, fait qu’on part pu à zéro dans le fond. Fait que j’pense que c’est très positif ce qui se passe en ce moment, la réaction est très bonne!



En savoir plus Entrevues les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire