Major Lee (26 juin 2008)


Entrevue de Dave avec Antoni

La formation québécoise MAJOR LEE se donne en spectacle depuis maintenant bien des années et elle lançait au mois de mai dernier son tout nouvel album Envers et contre tous. Discussion avec Antoni sur les aléas du groupe depuis sa création.

[DAVID]: Pour ceux qui ne connaissent pas le groupe, pouvez-nous parler un peu de l’historique du groupe?

[ANTONI]:
L’histoire débute avec 4 gars de Victoriaville qui firent un démo en 2001 sous le nom de NUCLÉIK et le répandirent un peu partout en attendant que le téléphone sonne. Il sonna à l’été 2004. Le nom changea et MAJOR LEE lança son 1er album Ça passe ou ça casse en avril 2005 sous l’étiquette des Disques NewRock. S’en suivit trois clips, six extraits radios et une centaine de spectacles. MAJOR LEE prit une pause en 2007 pour recharger les batteries et enregistrer le 2e album. Envers et contre tous fut lancé au Théâtre Impérial de Québec le 9 mai dernier. Le groupe vient tout juste de terminer la Tournée NewRock 2008, constituée d’une douzaine de dates à travers le Québec en compagnie des PISTOLETS ROSES et LONGUE DISTANCE.

[DAVID]: Pouvez-vous résumer MAJOR LEE en 5 mots?

[ANTONI]:
Punk, Énergie, Positivisme, Québec, Francophone,

[DAVID]: En 2005, vous participiez à des concours musicaux. Qu’est-ce qui vous avait poussé à y participer?

[ANTONI]:
MAJOR LEE n’a jamais participé à aucun concours. Le seul concours en rapport avec le groupe a été mis en branle pour trouver un nouveau nom au groupe. Le premier extrait radio a commencé à jouer annonçant le GROUPE SANS NOM. Le concours était ouvert aux demoiselles qui devaient nous soumettre leurs idées de noms. La gagnante se voyait octroyer la malchance de figurer dans notre 1er clip Sors de mon lit. C’est suite aux suggestions que le groupe trouva son nom actuel.

[DAVID]: Durant la même année, vous participiez au Warped Tour en plus d’ouvrir pour de gros groupes américains et canadiens. Comment avez-vous vécu ces moments en tant que groupe? Cela a-t-il été difficile ou cela vous a-t-il rapproché?

[ANTONI]:
Des expériences mémorables..Que du positif. Nous sommes conscients de la chance qu’on a eu à ouvrir pour des noms comme SUM 41, YELLOWCARD, GOOD CHARLOTTE ou GOLDFINGER… C’était très énervant pour moi de pouvoir rencontrer certaines de mes idoles. Certains groupes sont plus abordables que d’autres, mais il faut prendre ce qui passe (et des photos!! Pour que les autres nous croient).

[DAVID]: Est-ce que cela veut dire quelque chose quand un groupe arrive à se hisser aux sommets des palmarès? Était-ce un objectif pour vous quand vous avez commencé?

[ANTONI]:
Les principales raisons pour lesquelles nous avons signé avec NewRock, étaient de pouvoir au moins une fois dans notre vie entendre une de nos chanson à la radio, faire un vidéoclip et jouer devant plus que 50 personnes. Se hisser dans les palmarès ne doit pas être un objectif car la déception sera grande si la chanson ne suscite pas de réaction de la part des médias. Si ça arrive tant mieux, sinon tant pis. Mais je ne cacherai pas que ce sont les palmarès qui décident le nombre de spectacles et de festivals auxquels le groupe participera l’été suivant.

[DAVID]: Trois ans plus tard, vous lancez un nouvel album Envers et contre tous. Que s’est-il passé entre la parution des deux albums?

[ANTONI]:
En fait, il ne devait s’écouler que deux ans entre le 1er et le 2e album. Juste avant d’entrer en studio, Fred – guitariste - a rasé de perdre un doigt suite à un accident de travail. L’enregistrement a été retardé de trimestre en trimestre pour sortir enfin avec un an de retard. Donc la promotion du 1er album a duré 2 ans, une centaine de spectacles, six extraits radio, trois clips, 25 000 km de beaux paysages, 2 875 bières, 435 parties de soccer sur table, etc.. 2007 a été volontairement plus tranquille. Ça nous a permis de revenir chargés à bloc pour la sortie du nouvel album.

[DAVID]: Quelles sont les plus grandes différences entre votre premier et votre deuxième album?

[ANTONI]:
Le titre de l’album, les titres des chansons, les photos..à part ces quelques détails, le deuxième album est la suite logique du premier. Même réalisateur, même studio d’enregistrement. Même recette quoi!

[DAVID]: Quelles ont été vos sources d’inspirations tant musicales que autres (lecture, arts, politique, etc)?

[ANTONI]:
Tous mes textes traitent de mes aventures présentes ou passées. Je parle de ce que je connais. Mes messages sont très subtils. Je ne veux pas dire aux autres quoi penser ou quoi faire. Qui suis-je pour le faire.. Et les critiques qui disent que mes textes sont insignifiant n’ont qu’à venir faire un tour à un de nos spectacles et regarder les 50 personnes qui font la queue après le spectacle pour venir me dire à quel point mes paroles les touchent. Les seuls critiques que j’écoute sont ceux qui sont devant moi en spectacle.

[DAVID]: Est-ce que l’album a beaucoup évolué de sa conception à sa production?

[ANTONI]:
Beaucoup moins que le 1er album. Notre écriture a quelque peu maturée en quelques années. Donc, le réalisateur a eu beaucoup moins à s’arracher les cheveux lors de l’écoute de la maquette du 2e album. On avait retenu ses conseils du 1er album.

[DAVID]: Comment utilisez-vous les nouvelles technologies pour promouvoir votre album et le groupe en général?

[ANTONI]:
Vive internet! J’ai toujours considéré le web comme un incroyable outil de promotion. Et pour pas cher! C’est sûr que tous les artistes se plaignent des sites de téléchargement, mais ce n’est rien de nouveau. Il y a 15 ans, quelqu’un s’achetait un album sur cassette et tout le monde le copiait. Le ruban cassette est devenu le lecteur mp3, mais le concept est le même. Je m’occupe personnellement de notre page Myspace, que je préfère de plus en plus à notre site officiel. Avec Myspace, tout est là à l’intérieur d’une seule page, mp3, vidéos, photos, dates de spectacles, nouvelles, guestbook. C’est rapide et une chose qui est sûre c’est que l’internaute n’a pas de temps à perdre. Ensuite, toutes les invitations aux spectacles se font par internet. Pour ce qui est des clips, les chaînes de télévision qui diffusent des vidéoclips n’ont plus le monopole. Maintenant, même si un clip n’est pas mis en rotation à Musique Plus, tout n’est pas perdu. Avec YouTube, n’importe qui peut regarder le clip qu’il désire et quand il le désire.

[DAVID]: Quels sont les groupes de votre région que nous devrions surveiller?

[ANTONI]:
Major Lee

[DAVID]: Quels sont vos plans pour les prochains mois?

[ANTONI]:
Spectacles, spectacles, entrevues, spectacles, clips, entrevues, spectacles, etc. Le gros du travail a été fait cet hiver maintenant on a hâte de retrouver nos fans.



En savoir plus Entrevues les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire