eXterio (02 novembre 2008)



La formation EXTERIO s’apprête à s’embarquer dans un projet aux proportions immenses: créer un monstre composé de trois albums. Avant de se lancer dans l’aventure, le groupe a accepté de se confier à nous.

[DAVE]: Cela fait maintenant 16 ans que le groupe EXTERIO existe. Est-ce que l’un d’entre vous se rappelle encore comment tout cela a commencé?

[EXTERIO]:
Comment l’oublier! Juin 1992, dans un sous-sol de l’île Bizard. Il faisait un beau gros soleil et le ciel était partiellement dégagé. Jess, Dan ainsi que deux autres ex-extériens ont décidé d’officialiser le groupe sous le nom de RED SKY. Après le show du 13 février 1993, le nom a changé pour EXTERIO.

[DAVE]: Vous avez écrit 80 chansons pour ensuite choisir la crème de la crème. Pourquoi créer autant de chansons?

[EXTERIO]:
Sur les 80, y’en a une couple qui n’ont jamais franchi l’étape de s’asseoir les quatre pour les travailler! C’est justement pour cette raison qu’il faut en faire plus que pas assez. Composer 13 chansons et sortir un album avec ça, on n’y croit pas. Selon nous, il faut faire une sélection minutieuse qui permettra la création d’un album plus complet et réussi.

[DAVE]: Il me semble que le groupe s’apprête à prendre son envol vers un prochain niveau avec le projet de l’Album Monstre. Qui a eu l’idée de partir une telle entreprise?

[EXTERIO]:
Jess et une nuit blanche. En fait, sur une cinquantaine d’idées bien potables, il fallait faire un choix pour un album. Mais même après des après-midi d’écoute et de réécoute, on n’a pas pu descendre plus bas que 35. On ne voulait pas faire un album avec 18 chansons comme Le Délire Du Savant Fou. Un chiffre de 11 ou 12 chansons nous semblait raisonnable. Mais encore là, couper de 35 à 12 était une tâche quasi impossible pour nous. Après 2 ou 3 semaines de creuse méninges pour trouver une solution, Jess nous a envoyé l’idée de répartir les 35 chansons sur trois disques. Tout le monde trouvait l’idée géniale. C’est donc à ce moment que le monstre est né!

[DAVE]: Est-ce que toutes les chansons des trois projets sont déjà enregistrées?

[EXTERIO]:
Oui.

[DAVE]: À quoi ressemblent les 11 premières pièces du projet? Quelle est la différence avec les pièces de Le Délire Du Savant Fou?

[EXTERIO]:
Le son est plus lourd que sur Le Délire, la musique est un peu plus complexe. Nous avons aussi exploré quelques nouveaux styles musicaux, sans toutefois perdre ce qu’est EXTERIO. On a gardé notre bon gros rock francophone et dilué quelques styles au travers. Comme tout artiste qui sort du nouveau matériel, on trouve que c’est le meilleur projet que nous ayons fait depuis le tout début. En tout cas, c’est certainement le plus gros!

[DAVE]: Quelle est l’évolution tant au niveau de la musique que des paroles sur les trois albums?

[EXTERIO]:
Des chansons un peu plus sérieuses, quelques fois plus longues, avec des solos. On a prit davantage notre temps, ça paraît. Et on a vieilli!

[DAVE]: Quels sont les grands thèmes des paroles sur ces albums?

[EXTERIO]:
On ne peut pas dire de grands thèmes. On n’aborde pas vraiment de thèmes généraux pour faire des textes sur l’amour, la mort ou la politique. On vise souvent quelque chose de plus précis. Disons qu’il risque d’y avoir de bonnes discussions face à certaines chansons telles que Le Complot et Le Seigneur des Agneaux.

[DAVE]: Est-ce que l’on peut avoir une idée de ce qui se retrouvera sur ce fameux site web V.I.P. ou est-ce que cela est encore Top Secret?

[EXTERIO]:
C’est tellement Top Secret que même nous on se demande ce qu’on va y trouver… Mais disons que sur 16 ans, on a en masse de stock à montrer! Des chansons, des photos, des vidéos jamais montrées au public. Nous y sommes davantage mis à nu. Et l’expression se prête plutôt bien à la situation. Bref, pour tout savoir, il faut se procurer la clé USB qui donne accès au site…

[DAVE]: Quelle est la place de la musique numérique dans le monde musical d’aujourd’hui? Êtes-vous prêts à enterrer le format du CD?

[EXTERIO]:
Prêts à les détruire comme Claude Rajotte le faisait si bien! Non sérieusement, c’est difficile à dire. L’industrie est encore en période de transition. C’est le consommateur qui l’enterrera à notre place. Nous, on s’occupe de faire de la musique et de la rendre accessible, quel qu’en soit le format.

[DAVE]: Pourquoi lancer une version vinyle d’un des albums?

[EXTERIO]:
Pourquoi faire ça simple quand on peut rendre les choses compliquées?!

[DAVE]: Quels sont vos plans de tournée pour promouvoir cet album?

[EXTERIO]:
Sexe, drogue et rock n’ roll, mais sans le rock!



En savoir plus Entrevues les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire