CETTE SEMAINE ON DÉCOUVRE MOUTH OF THE ARCHITECT

Semaine du 08 Novembre 2006

Se présenter pour la première partie d’un spectacle, c’est un peu comme un pari; des fois on perd et le groupe est horrible, mais des fois on gagne et on découvre quelque chose d’incroyable. C’est exactement ce qui est arrivé le 28 octobre dernier au Petit Campus alors que j’ai assisté à la prestation du groupe MOUTH OF THE ARCHITECT. L’unique chanson que j’avais entendu avant de me rendre au show m’avait intrigué, mais sans plus. Cependant, dès la première note, j’ai su qu’on aurait droit à tout un show! Un métal d’ambiance à la fois technique et un peu macabre, parfait en cette soirée de party d’Halloween costumé un étage plus haut... Les pièces sont principalement instrumentales et relativement longues, de huit à quinze minutes. Je dis principalement parce qu’il y a aussi deux chanteurs. Ils se font discrets, mais quand le moment vient, croyez-moi, ils sont là. Deux voix graves plutôt intenses qui cadrent parfaitement avec l’atmosphère musicale créée par MOTA.

Alors qu’ils ont quelques élans qui rappellent EXPLOSIONS IN THE SKY, leur métal lourd et lent agrémenté de clavier (pour l’ambiance) se rapproche davantage de ce que font NEUROSIS, ISIS et MARE. Justement, MARE est sur la même étiquette que MOTA: Translation Loss Records. Ce label, surement méconnu de plusieurs, continue de s’imposer avec des solides parutions comme ROSETTA, AMERICAN HERITAGE et MOUTH OF THE ARCHITECT. Si vous êtes à la recherche de quelque chose de différent, le genre de musique qu’on écoute en travaillant ou étendu sur le divan avec une bonne paire d’écouteurs (mais qui fera déguerpir la visite pendant un souper), je vous conseille fortement d’aller visiter la section média de Translation Loss Records.


En savoir plus Cette semaineSemaine précédenteSemaine suivanteLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire