Bombshell - To Hell With Motives (Indianola Records)


Auteur: Raph (11 avril 2007)
En magasin le: 25 avril 2006
Cote: 7/10

Vous vous rappelez probablement tous de la vague d’intérêt sans précèdent pour le Emocore qui a déferlée sur le public il n’y a pas très longtemps. Une scène très méconnue jusque là fait surface en un clin d’œil projetant plusieurs groupes dans la veine des FROM FIRST TO LAST, THE USED, SILVERSTEIN, UNDEROATH et autres à des sommets de popularité presque monstrueux. Heureusement diront certains, car il ne faut pas se le cacher, le Emocore est un genre presque tabou désormais dans le monde de la musique et cette vague a semblé se calmer il y a quelque temps. Dans le cas de ces protagonistes d’Indianola Records, c’est dommage car BOMBSHELL est de ce type de groupe qui colle parfaitement au modèle d’un groupe Emocore que l’on adore ou déteste avec une frénésie conjointe. Après quelques années sous les projecteurs locaux de leur Caroline du Sud natale, le groupe lance son premier long-jeu: To Hell With Motives sur la même étiquette que l’on fait aussi EVERGREEN TERRACE, CASEY JONES ou encore YOUR EYES MY DREAMS il n’y a pas si longtemps.

Dès l’introduction (For Days), le disque démontre un bon potentiel d’album Emocore à tendance assez métal bien fignolé, bref l’album type pour accrocher un fan du genre. Comme d’autres avant eux, BOMBSHELL semble tout miser sur le mixte entre la férocité du hardcore métal et l’harmonie, l’agrément du Emo, avec des pistes de guitares mélodieuses bourrées d’arpèges et de tout ce qui s’en suit, mais aussi plus brutales voir assez métal par moments avec plusieurs breakdowns plus ou moins camouflés, une batterie jamais vraiment constante au niveau de l’intensité avec une utilisation de pédale double qui est toute sauf restreinte. Comme le style nous y a habitué, l’alternance entre des cris agressifs et des voix beaucoup plus paisibles. Le petit côté accrocheur du groupe semble bien réparti au niveau de tout l’album, mais certaines pièces nous restent plus en tête que d’autres (HXC, BOM) ou encore 221 par exemple semblent avoir un petit quelque chose de plus que le reste du lot. Tout de même, pour ce qui est de la recette du groupe Emocore à succès, BOMBSHELL n’ont rien à envier aux têtes d’affiche. À noter que beaucoup de chansons sont aussi agrémentées de clavier sur différents effets dans les passages plus Emo, mais aussi dans ceux plus punk et même dans les plus violents. BOMSHELL nous offrent même une pièce acoustique à la fin de leur album. Tout de même, on peut affirmer qu’ils ont parfaitement mis le doigt sur les éléments qui font d’un groupe emocore, un bon groupe emocore.

Si vous êtes vraiment tannés de cet engouement pour le mixe entre hardcore métal et emo, abstenez-vous d’accorder un minimum d’intérêt pour ce disque car To Hell With Motives ne sera probablement pas un pont vers ce style pour ceux qui n’ont jamais trouvé qu’il possédait une grande substance. Cependant, les fanatiques du genre seront très bien servis. Avec des paroles du genre : You hold my heart and tear it out of my chest., on peut s’attendre à ce que BOMBSHELL ne révolutionne pas vraiment le domaine, mais il est probable qu’ils soient tout de même assez appréciés et qui peut les blâmer? Une passion reste une passion.

+ : Du emocore technique et bien dosé.
- : Progéniture lassante d’une mode sur le déclin.

Pour les fans de : FROM FIRST TO LAST, SILVERSTEIN et UNDEROATH

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire