Mercury Switch - Time To Shine (Indianola Records)


Auteur: PUNKMEUP (25 mai 2005)
En magasin le: 10 mai 2005
Cote: 6/10

Enregistré aux réputés Zing Studios (As I Lay Dying, Norma Jean, Killswitch Engage, etc.) avec Jim Fogarty, Time To Shine est le deuxième album de Mercury Switch. Généralement catégorisé comme du hardcore-metal solide qui mélange les breakdown lourds aux rythmes complètement débridés, incluant hurlements gutturaux, guitares abrasives et drums percutants, l’album s’ouvre sur Valley Of Vengeance. J’avoue avoir bien apprécié cette pièce, mais j’ai rapidement été troublée. Plus on progresse, plus le disque est agrémenté d’élans à la GNR (voir Getting To Know A Shadow) qui font tout simplement peur – disons que je ne suis pas du tout fan des haïr bands des années 80, ni des cris aigus et encore moins des solos de guitare qui me rappellent les Scorpions.

Comme si ce n’était pas assez, on n’échappe pas ici non plus à l’incontournable chanson acoustique... Disons que c’est quelque peu déconcertant d’entendre cette tendre ballade après le chaos métalcore qui précède. Le disque se termine sur une note étrange, Standing On The Edge Of Reason, chanson que je ne sais pas trop comment décrire. La pièce est très longue, et on s’attend constamment à ce qu’elle explose en un tourbillon de destruction, mais… ne retenez pas votre souffle, car ce moment n’arrivera malheureusement jamais. On vous a déjà dit notre opinion sur la musique punk et les synthétiseurs, non? La combinaison n’est tout simplement pas gagnante! Que dire quand on rajoute des « samples » par dessus le tout? Yep. Certes, on se doit de leur donner le crédit d’avoir les couilles de produire quelque chose qui défie la norme et qui fait quelques vagues dans une scène metalcore qui souffre du syndrome aigu de quantité vs qualité. Mais disons que c’est pas pour moi.

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire