Vanna - The Search Party Never Came (Epitaph)


Auteur: Cath B. (14 août 2006)
En magasin le: 06 juin 2006
Cote: 7.5/10

Tout jeune band de chez Epitaph (le label de PENNYWISE, BAD RELIGION, CONVERGE, THE DILLIGER ESCAPE PLANetc.), VANNA nous arrive tout droit de Nouvelle-Angleterre. Ils ont joué, travaillé fort et tenté de percer pendant environ un an avant d’être pris sous l’aile d’Epitaph, ce qui, avouons le, n’est pas mal du tout après une si courte période d’existence! The Search Party Never Came constitue leur premier long jeu, et leur second opus (si jamais ils en sortent un second), sera sûrement très attendu!

Pour le style de l’album en général, le groupe se glisse bien dans les mouvements metalcore et screamo pesant qui prévalent en ce moment. Si vous êtes un très gros fan de ces deux styles, vous risquez de trouver ça très intéressant, sinon, tendez l’oreille, ça en vaut la peine!

Il y a une chose particulièrement intéressante sur l’album qu’on ne voit pas souvent. Le « screamer » chante en duo avec un autre membre du groupe aux « backvocals », mais celui-ci utilise un chant clair. Habituellement, c’est le contraire que l’on voit, chant clair au premier plan et cris en arrière plan. Ça amène donc une nouveauté sonore assez intéressante. Quand le leader chante seul, il y va de toutes les tonalités, du chant clair, plaintif et mélodique au « screaming » rauque, gras, profond et sale digne d’un band death métal, le tout en l’espace d’un court instant. La musique va aussi selon ces alternances. Du gros son lourd au presque emo mélodique et triste, tout en effectuant des changements aussi rapides que le chant.

On y retrouve un hardcore somme toute aux allures de la vieille école, aux coupures de son fréquentes, saccadées, avec les cymbales qui gardent le rythme. On ressent un besoin de hurler sa peine ou je ne sais quoi de la part du chanteur, mais un désir viscéral de hurler, de faire sortir le méchant! Et quel « screamer »! On est loin des tentatives de crachat de boules de poil que certains groupes amateurs possèdent.

La fin est peut-être un peu raide au bout des vingt-deux minutes du disque… La sixième pièce se termine, coupe drastiquement, et c’est fini…un peu sec comme finale. Ça laisse un peu sur la faim…

+ : Le mélange de chant clair en backvocal, en duo avec le « screamer ».
- : L’espèce de chorale sur la pièce I am the wind, you are the feather.

Pour fans de : ALEXISONFIRE, UNDEROATH, EVERYTIME I DIE, NORMA JEAN

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire