Crane - The Fall Of Time (Freedumb Records)


Auteur: PUNKMEUP (19 mai 2005)
En magasin le: 01 avril 2005
Cote: 9/10

La première fois que j'ai vu Crane en show, j’avoue que leur performance avait laissé sa marque dans ma petite tête qui refusait presque d’en croire ses yeux et oreilles. Disons que ça faisait un méchant bout que j’avais pas eu l’honneur d’assister à un bon show punk rock *local*. Non mais, vraiment, qu’est-ce qui se passe par chez nous de ces temps-ci?! Où sont passés tous les putains de bands punk rock? Ils sont tous chez le coiffeur en train de se faire donner un p’tite coupe de cheveux emo-style?! J’ai rien contre ça (ben…), mais disons que ça s’en vient répétitif un peu…
Fort heureusement pour la santé de notre scène locale, Crane lançait, il y a un peu plus d’un mois, son premier long jeu, The Fall Of Time, enregistré aux Arnyard Studios (Toronto) avec nul autre que Ziad "Zee" Al Hillal (Simple Plan, Danko Jones, River City High). Pour un groupe relativement jeune, Crane a vraiment son propre son et compose déjà des chansons fort accrocheuses, comme Kerosene, Wreckless Institute, The Fall Of Time et Integrity pour ne nommer que celles-là. Les guitares sont tout simplement malades, le drum est toujours en train d’enchaîner un rythme différent, la basse supporte le tout subtilement mais sans qu’on ne la perde de vue - chaque instrument trouve sa place dans chaque chanson. Les paroles sont d’égale qualité, plutôt du côté personnel qu’autre chose, et on a ici une preuve que la simplicité a bien meilleur goût. Mon highlight du disque est définitivement Integrity, que je comparerais a un mix de Saves The Day (dans le bon vieux temps) vs Full Count. Pour le reste, on note des influences à la Ten Foot Pole, Pridebowl, Rise Against, mais agrémenté d’une touche d’émotion bien calculée. Malgré leur sensibilité pop évidente, Crane est capable de rocker plus intense, que ça soit sur des beats punk rock ou dans les breakdowns qui bûchent d’avantage.
Le professionnalisme est frappant dès les premières notes de l’album. La cohésion du tout est d’ailleurs impressionnante. La production est tout simplement impeccable, le son est très « clean » sans paraître trop liché – recette qui colle parfaitement avec la musique de Crane. Les oreilles les mieux aiguisées ne manqueront pas de remarquer la contribution d’Aaron Goulding (Pridebowl) et d’Étienne Dionne (MUTE) sur la chanson Six Six Six. La pochette est à l’image de la musique du groupe – un style simple et sans prétention, qui raconte l’histoire de façon efficace et originale mais surtout qui laisse une impression sans prendre plus de place que la musique elle-même. Il n’y a pas de temps morts, mais un seul point négatif : la chanson cachée, que j’ai pas mal de misère à avaler… Mais disons qu’en tout et pour tout, The Fall Of Time se mérite bien d’aplomb une place de choix dans mon rac à cd! (Freedumb Records)

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire