The Unseen - State Of Discontent (Hellcat Records)


Auteur: PUNKMEUP (31 mai 2005)
En magasin le: 10 mai 2005
Cote: 8.7/10

« We are all that we have
No matter what they say
We are all that we have
And they can’t take that away»

Bien que le groupe n’aime pas l’étiquette, The Unseen jouent du street punk. Dans la même veine que ce que produisent les Casualties ou Anti-Flag, mais en donnant à leur musique une touche mélodiquement furieuse. Je ne mentirai pas, j’ai un peu de misère avec le genre en général. C’est pourquoi je trouve ça un peu injuste de catégoriser le groupe de la sorte. Mais bon, ils jouent quand même pas du ska, donc c’est le mieux que je peux faire! Alors pour tous ceux qui, comme moi, frémissent à ces simples mots, eh bien je vous conseille de donner une chance à un album comme State Of Discontent car vous pourriez être très surpris.

L’expérience, le budget - tout devient un facteur ici, mais certainement pas autant que la qualité de la musique comme telle. The Unseen est un groupe qui demeure assez low profile malgré leur potentiel. Peut-être que leur nouveau partenariat avec HellCat les fera exploser, qui sait… Ce qui me plait vraiment chez le groupe c’est qu’ils construisent coup après coup des chansons déchaînées qui misent cent fois plus sur le côté brutal de la musique que sur ce je-ne-sais-quoi qui me fait ni chaud ni froid quand j’entends milles pas mal n’importe quel autre band de la sorte. Les guitares sont tout aussi décapantes que les voix et la batterie bats sans cesse des rythmes à tout casser. La pochette et le artwork en général sont tout à fait caractéristique du groupe, en plus d’être en règle avec le titre du disque.

Produit par Ken Casey de Dropkick Murphys, avec Brett Gurewitz de Bad religion au mixage, State Of Discontent est le cinquième album pour le groupe et leur premier pour HellCat Records. Bien qu’un album très court (à peine plus de trente minutes) le groupe continue, plus de dix ans après sa formation, à hurler l’injustice sur de nouveaux thèmes. L’album s’ouvre sur On The Other Side et on ne ralentit pas la machine avant les dernières notes de l’excellente reprise de Paint It Black (avec contribution de Dicky Barrett). Certaines chansons se démarquent un peu des autres, comme Waste Of Time, l’excellente Scream Out, We Are All That We Have (avec contribution de Lars Fredericksen) ou encore Final Execution (Armageddon).

Visitez notre section « entrevues » pour une entrevue avec Mark!!

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire