Saves The Day - Sound The Alarm (Vagrant)


Auteur: Cath (11 avril 2006)
En magasin le: 11 avril 2006
Cote: 8.2/10

The feeling in my heart is not the same
So what's to say?
The pictures of the past are on the wall
They'll hang there in the dark until they fall
Forever I've been lost in long ago
- Dying Day


Il y a de ces groupes avec qui on parvient à grandir sans jamais décrocher, leurs expérimentations et autres détours musicaux étant des plus bienvenus.

Et il y en a d'autres qui vous démolissent complètement quand ils sortent un album intitulé In Reverie, le chemin devenant déjà un peu plus difficile à fouler sur Stay What You Are.

Sound The Alarm est la première véritable parution du groupe en trois ans. Pour SAVES THE DAY, chaque album a été une progression musicale définitive, et celui-ci n'est pas une exception. Compte tenu la déception générale (et oh si profonde) qui avait entouré leur dernier opus, l'anticipation était à son comble pour ce petit nouveau – surtout après qu'on se soit fait casser les oreilles avec cette rumeur qui voulait que Sound The Alarm soit un “véritable retour aux sources”, circa Can't Slow Down.

Oui, c'est un retour aux sources, mais davantage dans le sens ou SAVES THE DAY se détachent, exception faite de Dying Day, de cette approche infiniment plus pop de leurs deux derniers albums. Ils se lancent ici dans quelque chose de beaucoup plus sombre et débordant d'agressivité musicale qui justifie peut-être, à ce sujet, les comparaisons à Can't Slow Down. Mais ne vous méprenez pas, on est toujours à des lieues de leurs premiers; on reste dans l'univers rock bien davantage que l'on replonge dans le punk à proprement parler.

Le coup de foudre pourrait ne pas être immédiat avec cet album; pourtant, son intensité grandit d'écoute en écoute, la déception initiale étant majoritairement liée à ce que le résultat n'est pas à la hauteur de la promesse qu'on ne cessait d'entendre à son sujet. Mais comme c'en est l'habitude, c'est ce genre d'album qui sait vous surprendre de plus en plus avec un peu de recul. Le plus déboussolant est sans contredit la qualité de la voix, qui a certainement changé au fil des ans mais d'autant plus avec Sound The Alarm. Le ton pleurnichard peut devenir sensiblement énervant mais, chose étrange, on s'y habitue à la longue. Quand on parvient à passer à côté de ça et qu'on fait le ménage dans les préjugés qui venaient à première écoute biaiser notre opinion, la première chose à remarquer est que, inévitablement, avec près de dix ans de collaboration, le groupe revisite certaines allées musicales, et que cet album est à la fois un éloignement ET un retour aux sources. SAVES THE DAY sont certainement descendus de sur leur nuage depuis quelques temps.

Des pièces comme Say You'll Never Leave, Head For The Hills, Delusional et The End sont, dans la mesure du possible, un retour au bon vieux temps, s'apparentant davantage au genre de matériel dont on aurait pu s'attendre de la part du groupe quelque part entre Can't Slow Down et Through Being Cool, malgré leurs structures beaucoup plus raffinées que les dynamiques élémentaires qui favaient fait le succès des Shoulder To The Wheel et Always Ten Feet Tall. D'un autre côté, on en retrouve d'autres comme Bones et Diseased, qui sont en quelque sorte le pont qui fait le lien entre In Reverie et ce plus récent opus; une ballade comme Don't Know Why, qui brille déjà dans sa simplicité, pourrait être des plus invitantes en versions acoustiques; le groupe utilise la mélodie de façon brillante sur Eulogy, et la production impeccable signée Steve Evetts (qui avait produit les deux premiers albums du groupe) vient donner le tonus nécéssaire à plusieurs pièces comme Shattered.

Malgré la panoplie de thèmes aussi troublants et sombres que ce que laisse parfois entrevoir la musique – diffficile de ne pas percevoir certaines allusions au décès de Sean McGrath, leur bassiste de la première heure – Sound The Alarm insuffle un véritable regain d'énergie dans le catalogue du groupe. Si vous faites partie des puristes qui, après avoir tant chéri leurs premières parutions, aviez littéralement renié le groupe après In Reverie, prenez sérieusement la peine de bien faire l'écoute de ce nouvel opus. Vous risquez fort de vous réconcilier avec SAVES THE DAY.

+ : Say You'll Never Leave, une chanson pleine de drive qui est aussi excellente que d'autres de leurs classiques

- : de long en large, des paroles extrêmement sombres (oui, on était déjà habitué à cela, mais disons que ça prend une nouvelle tournure) qui portent à s'inquiéter légèrement au sujet de l'équilibre psychologique de Chris Conley...



En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire