Dear And The Headlight - Small Steps Heavy Hooves (Equal Vision)


Auteur: Cath B. (01 mai 2007)
En magasin le: 06 février 2007
Cote: 8.5/10

Small Steps, Heavy Hooves, le nouvel album de DEAR AND THE HEADLIGHTS, sorti sous Equal Vision Records, est arrivé sur nos tablettes depuis le début du mois de février 2007. Enregistré par Bob Hoag (THE FORMAT, SCARY KIDS SCARING KIDS, VERSUS THE MIRROR), c’est un album qui en épatera sûrement plus d’un. Cependant, à l’écoute, on dit que leur musique se prête beaucoup mieux à la température printanière à laquelle nous avons commencé à goûter récemment qu’à la grisaille hivernale et glaciale dans laquelle l’album a vu le jour.

Ce sont toutes de belles chansons, des pièces douces, très agréables à l’écoute, quoiqu’un peu tristes à la longue. C’est vraiment tout doux, chanté légèrement, sur fond de guitare et de batterie n’essayant pas d’arracher le visage de quelqu'un au passage. Ça fait du bien, c’est frais, un peu inattendu, et ça donne du baume à l’âme comme musique, un peu comme la toute première écoute de El Rancho des YESTERDAY’S RING. On en retrouve d’ailleurs quelques traces, sur tout dans l’énergie et l’intensité que dégage cette musique pleine d’émotions… C’est apaisant, sans sombrer dans le sirupeux-écoeurant-collant-rose-bonbon. Ce qui décrirait mieux leur son serait une comparaison avec JOHN RALSTON, ARCADE FIRE, THE CRIBS, THE KING OF FRANCE ou DAMIEN RICE. Les titres des différentes pièces vont aussi dans la vague heureuse générale de l’album, avec des noms comme Sweet Talk, Hallelujah, Mother Make Me Gold, etc. On a donc droit à une douzaine de morceaux de bonheur, de douceur, et à presqu’une heure de musique. C’est vraiment un disque à écouter pour une journée au soleil à relaxer, ou pour se coller sur quelqu'un sous une couverture par un jour de pluie ou encore comme fond sonore pour une longue séance de travaux scolaires ou universitaires, comme ce fut mon cas.

Le seul bémol que je mettrais est qu’à la longue, cette douceur et la certaine mélancolie qui s’installe de plus en plus, vers la fin de l’album, finit par rendre un peu triste et mélancolique, mais si on fait abstraction de ce fait, on en retire la satisfaction d’avoir entre les mains un album qui se réécoute plusieurs fois très aisément. Vous pourrez aussi les retrouver sur le web, mais leur site Internet est en reconstruction, alors leur page My Space est la meilleure solution pour le moment.

+ : c’est un style agréable à l’écoute
- : ça fait un peu homogène comme ensemble final

Pour les fans de : JOHN RALSTON, DAMIEN RICE, ARCADE FIRE

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire