Rise Against - Siren Song Of The Counter Culture (Geffen)


Auteur: PUNKMEUP (09 septembre 2004)
En magasin le: 10 septembre 2004
Cote: 8.5/10

Rise Against n’ont certes pas réinventé la roue du punk rock. Mais ils ont au moins le mérite d’écrire des chansons au goût hardcore qui ne se frottent aucunement aux clichés musicaux auxquels font appel beaucoup trop de groupes de nos jours, vous savez… les ptites tounes emo-core typiques, ou le gros hardcore ultra-pesant avec les bouts avec la voix clean… Pas qu’il y ait un problème quelconque avec ce genre, mais disons que ces formules commencent à perdre du piquant. En ce sens, Rise Against me rappelle la sincérité et le droit-au-but à la The Movielife ou Good Riddance, dont la musique est basée tout d’abord sur le bon vieux punk rock. Siren Song Of The Counter Culture s’ouvre sur State Of The Union, un morceau qui est assez peu représentatif de l'album en arborant un son hardcore qu l’on ne retrouve à ce degré sur aucune des autres pièces, ce qui est fort dommage. Quelques deux minutes à s’époumoner la frustration générée par l’empire américain, thème que nous sommes tous tannés d’entendre mais qui est fait de façon imagée et presque poétique. Il est à noter que les paroles de Rise Against sortent d’un mode qui est mi-intelligent, mi-poétique, état que bien des groupes tentent d’atteindre sans nécessairement réussir. The First Drop et A Life Less Frightening nous entraînent dans une veine punk rock avec quelques bouts plus hardcore, mais en rien comme sur la première chanson. Paper Wings ramène à la surface le côté plus mélodique du groupe sur tempo moins furieux, ce qui donne un côté plus emo à la chanson tout en évitant de tomber dans le remâché. Un excellent sing-along. Blood To Bleed apporte une nouvelle émotion à l’album avec son tempo beaucoup plus lent sans toutefois perdre de sa hargne. C’est peut-être une des seules chansons où on entend vraiment Tim gueuler à fond. La chanson m’attire beaucoup moins que les autres, mais la fin offre un build-up vraiment excellent avec geulage intense et des back–ups style ooo oooo ooooooooo … De retour à la brutalité avec To Them The Streets Belong, qui combine vraiment bien tous les différents éléments qui caractérise le son du groupe, du plus lourd au plus mélodique, des tempos rapides aux plus lents. Tout de même, cette chanson me semble moins intéressante que d’autres et manque un peu de substance parmi sa saveur un peu éclectique. On retrouve sur Tip The Scales les refrains avec des ooo oooo ooooooooo , un beat assez rapide, et des éclipses de guitare qui ravivent le punch qu’on avait perdu sur les chansons précédentes. Celle-ci est une autre de mes favorites, qui mélange des bouts mélodiques à d'autres plus hardcore de façon tout à fait brillante. Anywhere But Here est une autre excellente chanson, du bon vieux punk rock à tempo ultra-rapide parsemé de breakdowns et de changements de beat très efficaces. Ça me rappelle peut-être Strung Out avec une touche plus sombre. On retrouve des influences à la Good Riddance sur Give It All, avec les shout-outs, la voix et la guitare râpeuse clairsemée de ooooo oooooo oooooooo durant les refrains. Dancing For Rain est une autre chanson tout à fait excellente où le groupe incorpore une panoplie d’éléments différents, tout en y ajoutant des parties de guitare acoustique qui ouvrent la voix à Swing Life Away. Complètement inattendue, voici que le groupe nous offre une chanson acoustique. À vrai dire si quelqu’un m’aurait fait entendre ça je n’aurais jamais deviné que c’était Rise Against. Définitivement une chansons un peu plus personnelle au niveau des paroles, qui dévoile un côté un peu plus mou du groupe. Un bonne chanson, tout de même, mais tout simplement incomparable à celle qui suit. Rumors Of My Demise Have Been Greatly Exaggerated vient clôturer l’album de façon magistrale. Une chanson avec un côté plus sincère et plus intense, dans laquelle les changements de tempos n’ont jamais été aussi bien executés nul part sur le disque, et où le contraste entre les bouts plus hardcore et les bouts de mélodie pure sont tout simplement de toute beauté. De loin la chanson qui rock le plus de l'album, et de loin ma chanson préférée. Les paroles de Rise Against témoignent bien sur de frustration par rapport à la société contemporaine, mais ne s’éternisent pas toujours sur le sujet et laissent souvent place à des histoires plus personnelles. On ressent chez le groupe une certaine incertitude et un besoin de pouvoir croire à quelque chose de vrai. Il est évident que Rise Against ont porté énormément d’attention à la séquence des chansons pour créer un disque qui offre une progression musicale évidente et homogène. Je vous avoue être agréablement surprise par ce disque, disons que je ne m‘attendais pas à une qualité pareille de la part de Rise Against.

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire