Guerilla Poubelle - Punk = Existentialisme (Slam Disques)


Auteur: Dave (28 avril 2008)
En magasin le: 01 avril 2008
Cote: 9/10

GUERILLA POUBELLE lançait au mois d'avril son album intitulé Punk = Existentialisme. Origianire de France, la formation a acquis au cours des sept dernières années un prestige et une reconnaissance peu communs dans le monde du punk. À chacun des spectacles, ce sont de 600 à 1000 personnes qui paient pour être présentes. On les compare souvent aux VULGAURES MACHINS au Québec. Voyons-voir si la comparaison est justifiée.

Au niveau musical, on voit tout de suite que cet album n'est pas tout à fait différent du précédent. On perçoit quand même un côté moins liché, plus juvénile dans la production. Cela est peut-être dû à la présence de vieilles reprises de démos. Le groupe parle de cet album en le décrivant comme plus direct et c'est exactement ce que je perçois. Du punk rock aux allures mélodiques, à la batterie tonitruante et aux guitares rapides et puissantes. Le tempo est rapide et intense à l'image de l'énergie qui se dégage de chacune des compositions. On ressent vraiment que le groupe a beaucoup d'émotion à évacuer et on le ressent du début à la fin.

Ces émotions passent aussi à travers des textes simples mais efficaces. GUERILLA POUBELLE est reconnu pour ses paroles dures mais songées. Pas question ici de descendre gratuitement un style ou une idéologie. C'est plutôt l'occasion d'amener un point de vue différent et original et de l'offrir en guise de réflexion à l'auditeur. Le groupe prend d'ailleurs la peine d'expliquer au début du livret d'où vient le titre de l'album et met en garde le lecteur contre l'acceptation trop facile de dogmes peu importe d'où ils viennent. Le terme de la responsabilité se retrouve aussi au coeur des paroles. Nous serions tous responsables de nos actes et il serait futile de blâmer des aspects innés de notre personnalité pour nos gestes. Je vous laisse le soin de décider par vous-même si vous êtes d'accord. Je tiens aussi à noter que chaque chanson est accompagnée d'un petit texte explicatif. Cela donne une couleur additionnelle aux chansons et permet au chanteur Till d'avancer encore plus profondément dans un sujet au lieu d'être limité par la sonorité de certains mots et les rimes.

J'ai bien aimé l'air bon enfant de L'école de la rue, pièce joyeuse et dynamique qui parlent de tous ces apprentissages que l'on fait à l'extérieur de l'école. La phrase J'ai cru que j'étais un animal donc j'ai appris à aboyer m'a d'ailleurs assez accroché. Un éléphant dans une porcherie, avec ses cris déchirants, nous en donne pour notre argent du côté de l'intensité. Y a pire ailleurs est une autre pièce qui se démarque des autres. On alterne admirablement bien entre les refrains plus punk et les versets plus doux. Et il est toujours bon de se rappeller qu'en effet, se plaindre ne nous mène nulle part et qu'il faut mieux se retrousser les manches.

Lorsqu'on met tout cela ensemble, on se retrouve avec une petite bombe de 19 pistes toutes aussi explosives les unes que les autres. Franchement libre, GUERILLA POUBELLE essaie à travers cet album de nous libérer de nos vieux préjugés. Tout est fait si simplement dans ce CD que le message passe admirablement bien. Punk = Existentialisme représente un cliché de où le groupe en est rendu dans son cheminement personnel. Et cela nous donne goût de voir le prochain cliché...

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire