Propagandhi - Potemkin City Limits (G7 Welcoming Committee)


Auteur: Dave (25 octobre 2005)
En magasin le: 18 octobre 2005
Cote: 10/10

Sur ce dernier opus, PROPAGANDHI ne cède pas ne serait-ce qu’un seul pouce à la paresse ou au conformisme. Ceux qui connaissent le groupe pour How To Clean Everything seront peut-être un peu déçus s’ils s’attendent à quelque chose de similaire. PROPAG fait beaucoup plus dans le punk/alt-folk/country que dans le punk léger comme avant. Je tiens à préciser cependant que leurs paroles ne vont pas en s’allégeant et le groupe nous réserve quelques surprises bien senties comme :

I hear this year’s Warped Tour is going green
I guess they heard that money grows on trees
Hope they ship all those shitty bands overseas like the did to the factories

L’album est plus sombre, plus lugubre que les albums précédents et cela reflètent dans les entrevues que le groupe donne (voir le RADZINE de cet automne). Cependant, PROPAGANDHI est encore plus pertinent maintenant qu’il y a dix années. Ce sont eux qui brisent les conventions. Ce sont eux qui amènent le punk plus loin. Ce sont eux qui dénoncent les puissantes, les injustices, les abus, et ce, avec une portée et une verve inégalée. Je pense que cet album est un cri d’alarme sur ce qui se passe dans le monde punk actuel. Il y a ceux qui veulent percer dans le monde et ceux qui n’ont pas perdu de vue la philosophie derrière la musique et qui pensent que tous les moyens ne sont pas bons pour arriver à leur fin. Je pourrais vous citer plus de 1,000 passages de ce CD qui bousculent ma façon de penser et de concevoir le monde. Rarement est-ce que j’ai entendu une musique qui collait tant aux paroles. On dirait que les deux font vraiment un. Cet album a pris des années et des années à être produit, mais je ne regrette pas tout le temps passé à attendre.

Le groupe atteint un statut d’icône avec cet album et toute personne qui aime le punk se doit de se procurer cet album (je sais que la liste augmente, mais qui a dit qu’il n’y avait plus de groupes en 2005 ?).

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire