Since By Man - Pictures From The Hotel Apocalypse (Revelation Records)


Auteur: Cath (12 novembre 2005)
En magasin le: 25 octobre 2005
Cote: 8.7/10

Whoa! Ici, la panique désordonnée dans sa forme la plus urgente ressemble quand même à quelque chose dans lequel on parvient à faire un certain sens... ça doit être SINCEBYMAN! Je dis que ça fait du sens, mais ça m'a tout de même pris quelques écoutes avant de m'assurer de bien pouvoir faire ce genre de déclaration à l'égard de Pictures From The Hotel Apocalypse. Bien que je sois une inconditionelle de groupes comme AN ALBATROSS, BOTCH ou REFUSED, ça ne fut pas chose automatique que de démeler cette nouvelle parution de SINCEBYMAN pour une raison ou une autre.

Le groupe de Milwaukee avait déja surpris avec son premier long jeu en 2003 et emboîtait le pas d'une facon étonnante avec le EP suivant. Mais sur Pictures From The Hotel Apocalypse, SINCEBYMAN sont certains de prouver qu'ils ont véritablement mûri en tant que groupe depuis leurs débuts. Ils progressent d'une très belle facon depuis le EP A Love Hate Relationship, qui était leur premiere parution suite au départ de Brian Jerabek et Justin Kaye et de l'arrivée de Eric Alonso et Brad Clifford en 2003. Avec Pictures, SBM nous présente ici un disque qui en fait presque pâlir quelques uns des plus respectés dans la grande famille du hardcore. Le groupe s'est fié au savoir-faire du producteur Dave Gardner (CHARIOTS, HOT SNAKES, MELVINS, ROCKET FROM THE CRYPT) pour rehausser une esthétique musicale dont on n'avait qu'un apercu via leurs oeuvres précédentes, surtout au niveau des échantillons électroniques (voir Binary Heart Attack). Des rafales tourbillonantes de guitares écrasantes, les accents style métal qui sont constamment présents, un Sam Macon qui s'époumonne comme jamais sur on ton bien râpeux... Ce chaos musical fiévreux ne ralentit seulement que le temps des quatres minutes d'Insider Lines et d'un intermède intitulé Invocation. On remarque la contribution vocale d'Ashley Chapman (RED KNIFE LOTTERY) sur les pièces Quid Pro Quo Motherfucker et Photographer Ex Post Facto. Bien qu'on note un regain de mélodie sur Match On Actions, Pictures est un album qui demeure plus frénétique, furieux et technique, et moins mélodique, structuré et moins abordable que leurs parutions antérieures.

J'adore les pochettes de disques, alors vous imaginerez le chatouillement qui s'ensuivit quand je suis tombée sur un livret tellement épais que j'ai eu de la misère à le sortir de la petite boîte de plastique. Si la fin du monde ne figurait pas assez à travers les paroles, et ce à commencer par la pièce d'ouverture Emergency And Me (It's the end. Push start please. All that was is nothing. Static Lives Move Before Me. Headlines read emergency emergency motherfucking emergency), l'aspect visuel qui prédomine vient lui aussi souligner le concept création-destruction invoqué par le titre de l'album. On y retrouve une poignée de clichés du respecté Mark Dawursk qui me laissent sur une drôle d'impression. Pour ce que ça vaut, je vais dire que l'état très statique des images s'accorde à merveille avec l'attente troublante et la fin inévitable qui approche pour ces personnages, que le tout forme un contraste bien tranchant avec la musique du groupe et que la qualité est superbe. C'est plus l'interprétation de l'idée qui me tracasse. SBM sont un de ces groupes qui prennent très au sérieux le produit final qu'ils apportent autre la simple musique et, bien que je puisse apprécier l'effort mis a refléter le concept sous tous les angles possibles, là c'est un peu trop pour moi. Disons que je n'avais pas besoin d'un mec mort dans une baignoire remplie de poissons rouges, ou de spectres avec la bouche et la poitrine barbouillées de sang qui apparaissent à l'arrière-plan d'un portrait de famille...

+: Binary Heart Attack, Quid Pro Quo Motherfucker
-: La pochette

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire