Fall Of Troy - Manipulator (Equal Vision)


Auteur: Max W. (25 octobre 2007)
En magasin le: 01 mai 2007
Cote: 7.5/10

Quiconque parle de dichotomie entre la brutalité et la douceur, entre la cacophonie et la mélodie pourrait très bien évoquer THE FALL OF TROY. C’est exactement ce que nous offre ce jeune trio anticonformiste dans son tout récent album Manipulator composé de douze pièces. Il n’y a en effet aucune loi musicale existante pour ce groupe originaire de Mukilteo, ville située près de Seattle. C’est d’ailleurs cet aspect qui ressort lors de l’écoute de Manipulator. À la sortie de ce troisième album, la formation constituée de Thomas Erak à la voix et à la guitare, de Tim Ward à la basse ainsi que de Andrew Forsman à la batterie n’avait pas encore l’âge légal de sortir dans les bars. Puis, fait cocasse, le père du chanteur a déjà été un musicien de session pour le groupe THE EAGLES. C’est peut être ces quelques raisons qui ont poussé THE FALL OF TROY à exploiter l’univers infini de la musique. Par conséquent, on retrouve certes passion et quête du dépassement dans cet album signé Equal Vision Records.

Ces talentueux musiciens avaient déjà fait tabac avec leur album précédent paru en 2005 intitulé Doppelganger. THE FALL OF TROY a d’ailleurs préservé les recettes enivrantes de cet album pour les transcender dans Manipulator. Cette fois-ci, ces jeunes ont toutefois acquis une certaine maturité. De plus, leur nouvel album fut écrit notamment pendant une période particulièrement sombre dans la vie du chanteur Thomas Erak. Puis, il faut souligner le fait que le groupe a travaillé avec le réalisateur Matt Bayles (ISIS, THE BLOOD BROTHERS, PLANES MISTAKEN FOR STARS). Notons d’abord que les titres des pièces sont assez originaux. Ce n’est pas tous les jours que nous voyons des noms tels que Shhh!!! If You're Quiet, I'll Show You a Dinosaur. Soulignons également la chanson intitulée A Man A Plan A Canal Panama qui se lit de la même manière à l’endroit qu’à l’envers. Autre aspect intéressant, c’est que la représentation frontispice de ce nouvel album a été effectuée par le bassiste du groupe Tim Ward.

Pour ce qui est du point de vue musical, Manipulator peut se définir comme étant mystérieux, varié, énergique, agressif, progressif et expérimental. Il existe notamment par-dessus cet amalgame une certaine influence pop-rock. Nous remarquons rapidement que ce trio n’écoute pas qu’un seul style de musique. Nous retrouvons particulièrement au travers l’album une bonne dose de punk, de métal, de rock et ce, fréquemment au cours de la même chanson. Décidément, l’accent de ce long jeu est mis sur le côté musical et celui-ci est hors du commun. Il y a entre autres, dans les pièces de Manipulator, une pléthore de contretemps et d’harmonies autant forts complexes que variées. L’album débute en force avec Cut Down all the Trees and Name the Streets After Them qui est une pièce agressive qui représente bien la direction générale de Manipulator. Tout au long de ce disque, chaque musicien se laisse aller sans interdiction musicale et ce, incluant le côté vocal. En outre, THE FALL OF TROY ne se limite pas à la construction habituelle d’une chanson ou d’un album, et cet aspect peut d’ailleurs en surprendre quelques uns. C’est en effet un mélange à la fois cacophonique et mélodique qui ne suit aucun trait linéaire. Certaines pièces sont notamment intéressantes comme les titres The Dark Trail et Problem!?. Avec celles-ci, le chanteur étonne en empruntant une voix un peu calquée à la tendance vieux rock. Pour leur part, la pièce intitulée Oh! The Casino présente un mélange de pop-punk intégrant un couplet pittoresque alors que Caught Up dévoile une facette plutôt rock et plus calme de la formation.

Pour conclure, THE FALL OF TROY nous amène définitivement dans une autre dimension musicale. Ce nouvel album propose une musique énergique qui défit les lois musicales. Malgré le talent incontestable des musiciens, il arrive de se demander si les pièces ne sont pas parfois un assemblage de différents airs rattachés ensemble, mais sans lien qui les unis en un tout commun. Cet aspect qui se retrouve en permanence tout au long de l’album peut être apprécié par certains ou pourrait être irritant pour d’autres. Il reste que pour les adeptes de ce genre de musique, THE FALL OF TROY contribue certainement à l’évolution de la musique punk/rock/progressive. Pour les fans de musique plus mélodique, il se peut que ce trio soit moins accessible à la première écoute.

+ : le talent des musiciens et l’originalité des pièces.
- : le manque de cohésion musical au niveau des harmonies dans les pièces.

Pour les fans de : PROTEST THE HERO, DILINGER ESCAPE PLAN, HE IS LEGEND

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire