Zox - Line In The Sand (Side One Dummy Records)


Auteur: Phil (23 mars 2008)
En magasin le: 22 janvier 2008
Cote: 7/10

Ayant depuis quelque temps rejoint les rangs de la très respectable étiquette californienne Side One Dummy, la formation ZOX nous arrive avec son troisième album intitulé Line in the Sand. Le quatuor du Rhode Island a collaboré avec le producteur John Goodmanson, qu’on connaît pour avoir travaillé avec une intéressante brochette d’artistes dont les gars du populaire groupe DEATH CAB FOR CUTIE. Sera-t-il en mesure de pousser ZOX à un niveau semblable? Sans qualifier Line in the Sand d’œuvre complètement innovatrice, on peut affirmer que les musiciens qui se cachent derrière celle-ci semblent avoir trouvé un son bien à eux. Un son léché et travaillé qui s’équilibre bien avec la simplicité de l’instrumentation. Le fait qu’ils comptent le violoniste Spencer Swain parmi eux y est certainement pour quelque chose. Il amène plus souvent qu’autrement une touche subtile de son instrument qui complète très bien l’ensemble.

Après avoir écouté les deux premier titres du disque (Line in the Sand et When the Rain Comes Down Again), qui soit dit en passant coule très bien, je croyais bien avoir mis le doigt sur le genre d’album qui m’attendait, c’est-à-dire un enchaînement de chansons bien rythmés qui se ressemblent autant au niveau du tempo et de la structure qu’au choix des effets de guitare. À ma surprise, la troisième piste (Goodnight) est une balade acoustique un peu sirupeuse sans toutefois être de mauvais goût. Il y a donc un petit quelque chose pour tout le monde sur le disque, autant pour les fans de groupes indie britanniques de nos jours (ex : THE KOOKS, BLOC PARTY) que pour les fans de pop et même à la limite de la musique expérimentale. On se rend vite compte que les gars tirent leurs influences d’une multitude de styles musicaux. Ce qui revient cependant sur presque chaque chanson, c’est le côté personnel des textes du très solide parolier d’Eli Miller. Paradoxalement, un de mes coups de cœurs sur l’album est la pièce Another Attack dont le texte a été écrit par le bassiste Dan Edinberg. Bien que la chanson débute par une intro à la limite du supportable, le tout se tient très bien et dégage un groove des plus intéressants, surtout en ce qui a trait aux vocales. ZOX m’a également épaté sur Towards Los Angeles, dans laquelle on retrouve un refrain digne des grandes années de BRAND NEW. Une ressemblance avec un autre groupe qui m’a parue évidente est le ton de voix de Miller qui par moments nous rappel étrangement celui de Dave Matthews.

Somme toute, l’album passe très bien à la première écoute, la répartition des morceaux est bien réfléchie, mais les plus critiques auront beaucoup de difficultés à croire en la durabilité de l’œuvre. Je ne crois pas que l’on fait face à un groupe qui traversera les époques ou encore qui réussira à se bâtir un réseau solide de fans puisqu’on se lasse un peu trop rapidement de plusieurs pièces. On doit cependant faire une mention honorable au travail qui s’est effectué en studio. On pourrait prédire à l’aide des astres que la bande du Rhode Island à passé beaucoup de temps au Carriage house Studios ainsi qu’au Robert Lang Studios, qui précisons-le, n’appartient pas à l’attaquant Tchèque des Blackhawks de Chicago.

+ : travail soigné en studio
- : on se tanne vite de certaines chansons

Pour fans de : DAVE MATTHEWS, BRAND NEW, BLOC PARTY.

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire