Whiskey & Co. - Leaving The Nightlife (No Idea Records)


Auteur: Cath (31 mai 2006)
En magasin le: 18 avril 2006
Cote: 8/10

Jusqu'à il n'y a pas si longtemps, la simple évocation du fatidique mot 'country' me faisait lever le poil des bras tout engendrant des images de Shania Twain ardemment à l'oeuvre à détruire la réputation du Canada sur la scène musicale mondiale. C'est grâce à tous les YESTERDAY'S RING de ce monde et aux accents southern rock qui s'infiltrent à gauche et à droite dans plus d'un album punk rock qu'on arrive à y prendre goût, et qu'on en est venu à anticiper cette nouvelle parution de WHISKEY & CO. qui arrivait dans les bacs en mars dernier.

Le groupe entame sur Leaving The Nightlife huit compositions country-folk dont les thèmes nous surprennent guère – les références à l'alcool, l'amour perdu, et autres moments désespérés de fins de soirées bien arrosées abondent. On espère grandement que le titre n'invoque nullement une référence véridique, car ils risquent de tomber en panne d'inspiration, et vite! Le groupe parvient à éviter les clichés musicaux qui donnent une connotation négative au genre, exception faite de la pièce de clôture, A Drink For You, qui devient la typique chanson de cowboy débauche un peu ridicule sur les bords, avec violon et tout le tra la la.

À en écouter les guitares et mélodies au son typiquement du Sud, on ne croirait jamais avoir affaire au mêmes Darren Kucera et Brian Johnson de BURNMAN et ASSHOLE PARADE. N'allez tout de même pas penser qu'on a affaire à un vieux EP de country poche comme ce que votre grand oncle de l'Abitibi laisse crachotter de la radio de son vieux pick-up rouillé. How I Wish appartient à un monde qui se tient quelque part entre la ballade folk et le country; Nightlife est le genre de chanson qui passerait bien en duo avec AGAINST ME! Le groupe reste fidèle à ses racines en incluant une reprise de Clocks & Spoons de John Prine, un compositeur country-folk américain des années 70. Avec une attitude punk rock, un tempo bien soutenu et la voix de Kim Helm, dont le timbre velouté et rempli d’émotion a largement évolué depuis leur première parution, le feeling général sur cet album est beaucoup plus accompli. La batterie soutient le tout de façon plus cohésive, et ces compositions captivantes vous changeront définitivement de l'ordinaire même si vous n'êtes pas fan du genre.

Un album qui sera définitivement apprécié des amateurs de punk rock plus boueux, aux fans de YESTERDAY’S RING, RUMBLESEAT, LUCERO, DEFIANCE OHIO, BILLY REESE PETERS, THE TIM VERSION ou autres projets acoustiques.

- : l'album est, dans les fondements des guitares, un peu standard et manque parfois d'imagination au niveau des arrangements.

+ : Nightlife; ça reste simple, on abuse pas de rien, de la musique franche et droit au but qui fait changement de la routine.

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire