Headlights - Kill Them With Kindness (Polyvinyl Records)


Auteur: Cath (16 août 2006)
En magasin le: 22 août 2006
Cote: 8.5/10

Provenant de la prolifique région de Champaign-Urbana, HEADLIGHTS aboutit à son premier long jeu après avoir mis ses cartes sur la table grâce à quelques splits et autres sept pouces depuis 2004. La formation lancera Kill Them With Kindness la semaine prochaine, soit moins d’un an après la parution du EP Enemies.

On a droit à une introduction sous la forme d’un instrumental de violons qui ne prépare aucunement pour ce qui s’en vient : les mélodies les plus prévisibles mais les plus douces et accrocheuses à la fois, quelque chose de très accessible mais qui témoigne d’une vision musicale et d’un sens inné dont seulement certains groupes indie-pop sont dotés. Le clavier vient envelopper le reste des instruments, et le trio gagne à ne pas simplement se reléguer au titre de formation rock mais plutôt à jouer sur ses différents alter-égos, dont ce petit penchant pour l’esthétique shoegazer. La complémentarité des voix d’Erin Fein et de Tristan Wraight est tout simplement sublime, surtout dans la mesure où leurs tonalités ne rivalisent jamais l’une avec l’autre et selon la façon où la mélodie flotte sur le glockenspiel, créant un genre de souffle doux comme en étaient capable THE ANNIVERSARY.

On passe de compositions rock grandioses et nerveuses (TV, Lullabies) à certaines beaucoup plus électro mais conservant de forts penchants pop (Owl Eyes, Lions), jusqu’à d’autres tout simplement délicates et désespérées (Pity City, I Love, You Laugh). Le groupe sait jouer autant sur ses racines (Words Make You Tired rappelle certains penchants pour ces incontournables des années 80 avec lesquels les comparaisons sont inévitables à cause de leur utilisation des agréments électroniques) que sur des sons complètement contemporains (Hi-Ya!).

Si HEADLIGHTS avaient à donner une leçon à certains, elle porterait sur les secrets de l’utilisation d’un clavier dont ils sont maintenant devenus maîtres incontestés, mais un chapitre important serait dédié à l’art de juxtaposer des guitares croustillantes au reste. La formation parvient à créer de belles ambiances grâce à la richesse de ses instrumentations, le tout reposant sur un fond de sensibilité joviale et une chimie palpable entre les membres (et qui existe déjà depuis longtemps par l’entremise de leurs collaborations passées) – quelque chose qu’on ressent d’un bout à l’autre de Kill Them With Kindness.

+ : Put Us Back Together Right, Owl Eyes, I Love, You Laugh; une belle diversité, pas une seule chanson qui ressemble à une autre et un sens de la mélodie tout simplement unique

- : à part le fait qu’il faut avoir le goût d’écouter ce genre de truc pour pleinement apprécier la valeur de leur musique, il n’y a pas grand-chose de négatif à raconter au sujet du groupe (à l’exception de leur tournée intégrale des USA qui fait fi de ce qui peut bien exister au nord du 45e parallèle)

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire