Unearth - III: In The Eyes Of Fire (Metal Blade)


Auteur: Fred (30 août 2006)
En magasin le: 08 août 2006
Cote: 9/10

Dans une marée de groupes de qualité pour le moins douteuse, qui se disent metalcore, UNEARTH a toujours su se démarquer et ce depuis le temps où on pouvait les voir à l’X nous jouer My Desire. Ces temps sont révolus, le groupe est maintenant un gros nom et a enregistré ses deux derniers albums sur le légendaire label Metal Blade. Même si il a refusé tout compromis pour plaire à la masse avec The Oncoming Storm, qui fut d’ailleurs très bien reçu, The Stings Of Conscience est demeuré leur meilleur album. C’est pourquoi, lorsque j’ai acheté III: In The Eyes Of Fire à sa sortie le 8 août dernier, j’avais peur d’être à la fois satisfait (The Oncoming Storm est loin d’être mauvais) et déçu.

III: In The Eyes Of Fire est un retour au métal où les guitaristes Ken Susi et Buz McGrath exécutent de puissants et rapides riffs du début à la fin tout en donnant de multiples occasions de « break it down » comme on dit. La pièce Giles en est d’ailleurs un excellent exemple: combinaison bien balancée de bons breakdowns lourds du hardcore et mélodies rapides du métal. On y retrouve aussi un des meilleurs breakdown que j’ai entendu depuis longtemps: suivez le lien plus bas, allez écouter la chanson et ça se passe à 1:45. Vous me remercierez plus tard. Pour revenir au métal, le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils en ont écouté en composant cet album (ce qu’ils ont d’ailleurs fait en moins de quatre mois!), car on reconnaît plusieurs airs de METALLICA (intro de March Of The Mutes), SLAYER (Sanctity Of Brothers) et IRON MAIDEN (So It Goes et son solo de guitare complètement déchaîné). On trouve aussi une pièce instrumentale (il y a même du piano!), la pièce finale Big Bear And The Hour Of Chaos, qui a aussi des allures plus métal étant plus lente et relax. Une comme ça pour finir, c’est parfait, mais faudra pas abuser… Un beau contraste avec Bled Dry qui précède, un des morceaux les plus lourds de l’album avec une finale à-la HATEBREED.

Le superbe travail des deux guitaristes ne place toutefois pas celui de Trevor (le chanteur) dans l’ombre. On ne pourrait pas demander mieux pour sa voix, clairement appropriée et même caractéristique à la musique de UNEARTH. Pour les paroles, plusieurs chansons sont à saveur politique, mais d’autres attaquent des sujets plus personnels comme la maladie (l’excellente pièce This Time Was Mine) ou les vices et la dépendance (le premier morceau This Glorious Nightmare). Pour compléter le tout, mentionnons le superbe design de la pochette qui symbolise bien l’importance du bon vieux métal sur l’album.

III: In The Eyes Of Fire est aussi heavy que rapide et représente possiblement le meilleur produit de UNEARTH à ce jour. Il combine les meilleurs éléments des deux premiers albums avec le retour du son typique de leurs guitares qu’on retrouvait sur The Stings Of Conscience et qui, à mon avis, manquait à The Oncoming Storm. Bref, du metalcore comme il se doit!

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire