Angels & Airwaves - I-Empire (Geffen)


Auteur: Julien (11 novembre 2007)
En magasin le: 06 novembre 2007
Cote: 4/10

Bien peu de gens croyaient que les membres de BLINK 182 auraient poussés leur carrière encore plus loin après l’annonce déchirante de leur séparation. Pendant que Mark et Travis se pavane avec + 44, Tom lance maintenant son deuxième album avec la formation ANGELS AND AIRWAVES. Le premier opus du groupe, We Don’t Need To Whisper, a connu un succès monstre en se retrouvant même à un certain moment au numéro quatre du fameux palmarès Billboard aux États-Unis. Avec le temps, l’album a même été certifié or totalisant des ventes très impressionnantes pour un groupe qui venait tout juste de voir le jour. Chose certaine, il était très difficile de manquer leur arrivée dans le monde musicale puisque Tom a passé la majeure partie de son temps à dire à qui bon voulait bien l’entendre en entrevue que sa nouvelle formation allait changer le monde du rock. Malheureusement, le rock ne s’est pas transformé avec la sortie de We Don’t Need To Whisper, mais il est de mise que ce n’était que partie remise et que c’est avec leur nouvel opus I-Empire que tout allait changer.

Premièrement, il est juste impossible de passer sous silence la pochette de ce disque. Il est vraiment à se demander comment un être humain peut arriver à créer quelque chose d’aussi ridicule tout en se prenant au sérieux! On a l’impression que les gars de AVA avaient écouté Star Wars avant l’enregistrement puisque c’est une copie conforme de ce qui se faisait il y a environ trente ans. Ce n’est pas des farces, on n’a qu’a enlever les visages de Tom, Atom, David et Matt pour les remplacer par ceux de Luke Skywalker, Darth Vader, Yoda et Chewbacca et on se retrouve maintenant dans un monde second de combats d’épées intergalactiques. Pathétique…Brève de plaisanteries, concentrons-nous sur ce qui se retrouve sur cet opus. On a droit à une continuité très prévisible de leur premier disque, c’est-à-dire une musique planante, sombre et qui semble vouloir explorer beaucoup de terrain. On ne retrouve en rien avec AVA des refrains accrocheurs ou encore de pièces dites très commerciales qui pourraient passer sur les ondes de CKOI, ce qui, à première vue, pourrait paraître intéressant. Cependant, on a l’impression de se perdre à l’écoute des nombreuses pièces qui se ressemblent terriblement et qui ne se distinguent pas vraiment d’un titre à l’autre. Le matériel que nous présente AVA est loin d’être ridicule, puisqu’on le veuille ou non, la voix de Tom Delonge est splendide et les nombreuses années d’expérience combinées de tous les membres du groupe amène le projet à avoir une certaine crédibilité. La musique est bien rôdée et les instruments sonnent comme une tonne de briques, mais avec la voie presque expérimentale que prend certaines pièces, il est très difficile de suivre le rythme amorcée par Tom et sa bande.

Le problème est qu’on dirait qu’ils ont de la difficulté à transmettre leurs idées sur leur musique et au bout du compte, on se retrouve avec un album qui s’écoute très bien lorsque l’on veut relaxer, mais sans plus. Alors tant qu’à investir pour vous endormir, vous feriez bien mieux de juste passer votre tour!

+ : la voix de Tom Delonge est toujours aussi rafraîchissante
- : il est impossible de suivre le rythme de l’album

Pour fans de : BOX CAR RACER, THE STARTING LINE, JACK’S MANNEQUIN

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire