Sundowner - Four One Five Two (Red Scare)


Auteur: Julien (24 mai 2007)
En magasin le: 13 mars 2007
Cote: 9/10

On dirait qu’il y a une mode qui s’est installée dernièrement qui permet à des membres d’un groupe bien établi de se lancer avec un projet solo. Le succès de certains à pavé la voie à tous ceux qui hésitaient à faire cavalier seul craignant d’être renié par leurs fans puisqu’ils se lançaient dans une direction différente de ce qu’ils produisaient avec leurs groupes respectifs. Les gens doivent comprendre le fait que les artistes aiment se diversifier et que ce n’est pas parce qu’un groupe vous présente du ska par exemple que les membres de ce dernier n’ont pas d’autres inspirations ailleurs. On a donc vu plusieurs artistes faire le saut tels que Dustin Kensrue(THRICE), Matt Skiba (ALKALINE TRIO), Chuck Ragan(HOT WATER MUSIC), et plus récemment, c’est Chris McGaughan (guitariste/chanteur de LAWRENCE ARMS), qui attire notre attention. C’est donc sous le nom de SUNDOWNER que Chris nous présente son premier album solo Four One Five Two par l’entremise de l’étiquette de Chicago Red Scare Records. À quoi s’attendre de cet opus? Allons voir…

Et bien c’est un son acoustique que l’on retrouve sur ce premier effort du guitariste de LAWRENCE ARMS. Oui oui, un autre vous me direz, mais ce dernier se démarque grandement de la tonne d’albums acoustiques qui a vu le jour ces dernières années. Premièrement, il faut absolument parler de la voix de Chris puisque c’est cette dernière qui donne à cet album un côté croustillant. C’est le genre de style que l’on aime ou que l’on déteste. Si vous êtes un fan de LAWRENCE ARMS, vous tomberez sous le charme de Chris sans aucun problème, mais si vous n’êtes pas familier avec leur matériel, sachez que Chris possède une voix plutôt douce et aigue tout en gardant une facette brute qui pourrait peut-être vous repousser. Mis à part cet élément, SUNDOWNER présente des compositions acoustiques fantastiques, qui sortent de l’ordinaire et surtout variées. Il est facile dans ce genre de disques de tomber dans la redondance avec des rythmes souvent similaires qui nous amènent à nous endormir après la deuxième pièce, et c’est en plein ce que la formation a su éviter. Les chansons offertes sont différentes d’une à l’autre grâce à des vitesses d’exécution différentes, à plusieurs tons de voix et à l’énergie incroyable qui se dégage des paroles. Ces dernières sont fidèles à ce que Chris nous a habitués avec THE LAWRENCE ARMS puisqu’elles s’éloignent des clichés traditionnels que l’on entend à Musique Plus grâce à des phrases intelligentes où l’on retrouve même parfois quelques subtiles métaphores.

Certaines compositions ressortent du lot comme Steal Your Words, This War Is Noise et Audio Geography avec des refrains accrocheurs qui vous donneront clairement envie de sortir votre guitare acoustique et de vous allumer un feu. Mais la cerise sur le sundae est le fait que SUNDOWNER a choisi de reprendre deux classiques de THE LAWRENCE ARMS. Le premier est My Boatless Booze Cruise qui se retrouve sur l’album Apathy And Exhaustion et le deuxième 100 Hundred Resolutions, prenait place sur Cocktails And Dreams. Ces deux chansons sont tout simplement incroyables et il n’y a pas de mots pour vous dire comment elles sont arrivées à me toucher. Chris est un musicien talentueux et il a su donner à ces reprises un autre cachet qui les détachent grandement de leurs versions originales.

Chapeau à monsieur McGaughan qui a osé enregistrer des pièces qui traînaient dans sa tête depuis quelques années. Si vous aimez ce qui se fait à la guitare acoustique, cet opus est fait pour vous puisqu’il est de loin le meilleur de ce genre à avoir vu le jour à égalité avec le split de Joey Cape et Tony Sly.

+ : variété des pièces, les reprises de LAWRENCE ARMS - : la voix de Chris peut être difficile à apprivoiser Pour fans de : JOEY CAPE, BAD ASTRONAUT, DASHBOARD CONFESSIONAL

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire