Anti-Flag - For Blood And Empire (RCA Records)


Auteur: Dave (15 mars 2006)
En magasin le: 21 mars 2006
Cote: 9/10

Personne ne savait vraiment à quoi s'attendre du dernier opus de ANTI-FLAG, For Blood And Empire. Pour ce nouveau CD, le groupe a choisi de s'associer à un major label, choix qui contraste fortement avec l'éthique et les actions du groupe de par le passé. Je ne suis pas quelqu'un qui accepte facilement ce type de changements mais je donne toujours la chance au coureur. Et cette fois-ci, force est d'admettre que s'il y a eu des compromis de fait pour plaire à la compagnie de disques, ils sont plutôt mineurs. Les paroles du groupe sont aussi vindicatives que d'habitudes. Le language s'inscrit dans la même lignée que Terror State et les pièces comme The W.T.O. Kills Farmers prouvent que rien ne saura faire taire ANTi-FLaG lorsqu'il décide de dénoncer les injustices de ce monde. Plusieurs textes et essais seront d'ailleurs ajoutés au livret et sur un site web spécial pour donner plus d'information sur le contexte de chacune des chansons. Du point de vue des paroles, la pièce One Trillion Dollars est de loin la plus frappante. Comme vous vous en doutiez, c'est le montant dépensé chaque année dans le monde pour de l'armement. Quand Justin nous dit : One trillion dollars could buy some bad-ass drugs, one trillion dollars makes me want to kill myself, on ne peut que chanter avec lui de tout notre coeur! Cela faisait longtemps que je n'avais pas été interpellé de la sorte - et cela fait du bien!

Côté musique, on retrouve du bon vieux ANTI-FLAG bien que les chansons soient plus mélodiques, à l'exception de State Funeral. On a même droit à de la trompette, une innovation sur un album de ANTI-FLAG à ma conaissance. Sans tomber dans trop de distortion, l'énergie qui se dégage des guitares nous propulse hors de notre siège et si les paroles ne suffisaient pas pour nous faire lever notre poing dans les airs, les riffs auront sûrement cet effet! La pièce Confessions Of An Economic Hitman avec sa basse massive et pleine d'attitude et ses guitares punk rock à souhait sont un pure délice. Le CD contient une belle diversité avec des chansons plus sombres et d'autres plus rapides et pleines d'espoir. Dans cette dernière catégorie on retrouve Cities Burn
S'il n'en dépendait que de moi, cet album serait rangé dans la section des drogues dures! Une seule écoute suffit à rendre n'importe quel vieux fan de ANTI-FLAG retrouver son ancienne flamme. À tous ceux qui n'étaient pas là pour Die For The Government, préparez-vous à être sàrieusement secoué par ce tout nouvel album du groupe. Peut-être que l'équipe derrière le groupe et la façon de gérer le groupe a changé, mais la foi est toujours très présente et elle n'est pas prête à céder un seul pouce aux capitalistes de ce monde. Il est vrai que le message véhiculé est souvent simple mais on part de si loin avec une bonne partie de la population que si elle adhère à seulement quelques-unes des idées du CD, ce sera déjà un énorme pas en avant!

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire