Dashboard Confessional - Dusk And Summer (Vagrant)


Auteur: Math L. (03 août 2006)
En magasin le: 27 juin 2006
Cote: 8.5/10

Qui n’a jamais vu ou entendu ce charismatique Chris Carrabba gratter sa guitare avec aplomb à l’aide de ses deux bras complètement tatoués tout en chantant et en se laissant dépasser par les cris de la foule au moindre petit riff ou refrain accrocheur ? On n’a qu’à penser à MTV Unplugged, ce merveilleux enregistrement, pour comprendre tout l’engouement que peut susciter Carrabba et sa troupe. DASHBOARD CONFESSIONAL est le groupe qui évolue autour de ce chanteur unique. Ils étaient d’ailleurs de passage à Montréal au mois de juin dernier au Quai Jacques Cartier pour nous présenter leur tout nouvel album intitulé Dusk And Summer. Pour ceux qui ne connaissent pas DASHBOARD, les gens s’amusent souvent à dire que le chanteur chante durant la moitié de leur spectacle, et que l’autre moitié, c’est la foule et les fans endiablés qui prennent le micro. Leurs chansons sont un mélange d’amour, de passion, d’histoire, de souvenirs, de défoulements lyriques et d’un charme que seul Carrabba peut nous transmettre. Personne ne résiste à chanter à tue-tête leurs refrains accrocheurs.

Dusk And Summer nous apparaît cette année comme un disque beaucoup plus rock pour DASHBOARD. Étant habitué auparavant à un son plutôt acoustique, parfois très tranquille ou animé, les guitares se font tout aussi présentes mais avec un son plus rock. Rassurez-vous par contre, la tangente du groupe ne dévie pas exagérément sur Dusk And Summer et nous avons droit à un album bien rempli autant en émotion qu’en satisfaction.

L’album s’ouvre sur le méga tube Don’t Wait, excellente en spectacle, comme ce fut le cas lors de leur passage au Vieux-Port de Montréal avec The lights will flash and fade away - The days will pass you by - Don't wait . Le quatuor emo pop nous amène par la suite plusieurs chansons non pas totalement originales, ni complètement différentes, mais tout de même efficaces et intéressantes. Surtout composé à la guitare, on retrouve tout de même un peu de nouveauté avec So Long, So Long, sixième titre sur l’abum, une pièce calme et attachante au piano accompagné de « back-vocals » des autres membres du groupe.

L’avant dernière pièce de cet ouvrage, portant le même titre que l’album, c’est-à-dire Dusk And Summer, se trouve à être LA chanson de ce nouvel opus. Certains trouveront cette magnifique ballade acoustique un peu trop clichée, mais n’empêche qu’elle est d’une beauté et d’une simplicité brillante. La voix de Chris devient alors très intime, prenante, sur une triste chanson d’amour, avec une mélodie calme qui nous rappelle certains merveilleux souvenirs d’une chaude journée d’été : But you've already lost when you only have barely enough of her to hang on.

Avant de terminer, mentionnons qu’avec Dusk And Summer on retrouve un son différent d’auparavant, mais on y retrouve tout de même des bases solides de Carrabba et sa gang qui nous donne un album bien rempli, intense et attachant. Chris nous avait même mentionné il y a plusieurs mois que cet album aurait quelque chose de vraiment nouveau et inhabituel pour DASHBOARD, mais je crois bien que ce n’est pas nécessairement le cas. Un album pour les fans oui, mais qui peut aussi amener d’autres fans, toujours très nombreux, sous le charme de Carrabba.

+ : Dusk And Summer, le titre de l’album et la chanson, à écouter par une belle journée d’été

-: Seulement dix chansons, et pas assez de morceaux acoustiques comme nous les aimons.

Sonne comme : SOMETHING CORPORATE, SAVES THE DAY, THE STARTING LINE

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire