Death From Above 1979 - Death From Above 1979 (Vice Recordings)


Auteur: PUNKMEUP (06 novembre 2004)
En magasin le: 07 novembre 2004
Cote: 6.5/10

Je pensais qu’on leur avait dit d’arrêter ça, non? Sans blague, quelqu’un veut encore entendre des “Well somebody told me, you had a boyfriend who looks like a girlfriend…” ou n’importe quelle autre toune de disco-punk? Si oui, amenez-le-moi maintenant, on va se parler… Donc voici, j’ai écouté le dernier album de Death From Above 1979 intitulé You’re a Woman, I’m a Machine. DFA est un duo de Toronto qui est constitué de Sebastien (batteur/chanteur) et Jesse qui s’occupe de la batterie et du synthétiseur. Imaginez-vous un peu le son qu’on peut obtenir avec ces instruments, et c’est exactement ce que DFA vous offre. Par moments, on croit écouter du White Stripes (Sexy Results, Black History Month) mélangé avec la voix de Marilyn Manson. J’avais pensé commencer cette critique par « Confusion dans les rangs!! » en raison des deux premières chansons de l’album, Turn It Out et Romantic Rights. Turn It Out est probablement la meilleure pièce de l’album en raison de sa rapidité et de la dimension intéressante qu’elle donne de la basse sur un rythme qui donne le ton au CD. Ensuite, Romantic Rights semble donner une autre démonstration des sons qu’on peut produire avec une basse, mais c’est là que commence le petit beat disco qui rappelle trop bien The Killers... Et malheureusement, les neuf chansons suivantes n’échappent pas vraiment à cette influence disco. Sans compter la basse qui devient rapidement redondante et l’abus du hi-hat (style tambourine) qui nous tombe vite sur les nerfs. Je suis un peu déçu, car certaines chansons ont du potentiel (Turn it out et Go Home, Get Down) quand DFA arrive à s’éloigner un peu du son disco. Je ne vais pas juger le style, malgré que je ne l’aime pas, cependant je pense que DFA aurait pu faire mieux. Un peu de crédit aussi, car ils ne sont que deux, mais c’est insuffisant pour avoir une note décente.

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire