Slowride - C/S (Deep Elm Records)


Auteur: Cath (19 mars 2006)
En magasin le: 07 février 2006
Cote: 7.5/10

Depuis son split avec leurs potes RED ANIMAL WAR, le groupe de Dallas se sculpte un son qui rentre bien au poste sans tomber dans quelque chose qui devienne lourd ou inaccessible.

Avec un bon trois ans depuis leur denière parution, les compositions du groupe ont eu le temps de mûrir et on a droit sur ce nouvel album à onze titres qui ont un son sérieux mais qui parviennent tout de même à inspirer une atmostphère de party. Définitivement moins accrocheur et s'éloignant un peu du tempo plus punk de leur ancien matériel, on continue la même progression que ce qui différenciait As I Survive The Suicide Bomber (2002) de Building A Building (2003) en cheminant vers un son plus garage.

Le terrain musical du groupe se situe quelque part entre le punk, le rock et le power pop. C'est avec un fuzz brouillé et lo-fi à la NIRVANA des premières heures, rempli de teintes semi-dépressives à la JAWBREAKER, une nonchalence de premier ordre et une honnêteté crue qui rappelle le premier disque des FOO FIGHTERS que SLOWRIDE lancent C/S, leur troisième long jeu et quatrième enregistrement pour Deep Elm. Produit par Stuart Sikes (WHITE STRIPES, THE WALKMEN, JETS TO BRAZIL), c'est un album (qui veut en fait dire “con safos”... ou “you can't fuck with this” si vous aimez mieux) qu'on aime de plus en plus avec chaque écoute, pour sa simplicité et pour son rock pur et dur. Avec en prime une chanson folk-country comme 30 East en clôture (qui ne peut faire autrement que de rappeler One Foot In The Grave de BECK), il y a assez de matériel ici pour vous ramener directement à cette époque ou le grunge état roi.

Visuellement parlant, on a droit à quelque chose qui sert de rappel à ce qu'un album n'est pas réellement un album sans ces quelques pages qui lui donnent un premier ton. Un point de plus parce que le tout a été réalisé par leur chanteur-guitariste Dan.

www.slowride.net
MySpace

+: The Year Of The Snake, Rust Killer, Elouisa
- : Le départ de leur batteur Steve, deux jours avant la parution de l'album.

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire