Joey Cape - Bridge (Suburban Home)


Auteur: Isa (15 janvier 2009)
En magasin le: 21 octobre 2008
Cote: 7/10


L’intérêt pour de nombreux artistes de faire découvrir leur propre talent avec des projets solos a augmenté de façon considérable dans un cours laps de temps. Prenons en exemple TOM GABEL (AGAINST ME!), GREG GRAFFIN (BAD RELIGION), DUSTIN KENSRUE (THRICE) qui sont récemment sorti de l’ombre de leur groupe respectif. C’en est de même pour Joey Cape. En 2004, accompagné de Tony Sly de NO USE FOR A NAME, il monte un projet acoustique et lance un album qui aura pour simple nom, Acoustic. Ça serait peu dire de parler de Joey Cape comme un homme aux multiples talents. Il a la tête occupée à divers endroits à la fois, rappelons nous LAGWAGON, ME FIRST & THE GIMME GIMMES, BAD ASTRONAUT et plus récemment THE PLAYING FAVORITES . Tout ça sans oublier de faire mention de son statut de réalisateur au sein de Suburban Home Records et sa carrière en solo qui se voit de plus en plus grandisssante. C'est ce qui s’appelle avoir une vie remplie et beaucoup d’ambition. C’est sans doute cette dernière qui l’a poussé à créer son premier album intitulé Bridge et à en faire la sortie le 21 octobre dernier.

C’est très certainement un album empreint de mélancolie et réfléchit que Joey Cape nous a laissé entre les mains. Un livre ouvert sur sa réalité et sa vie, son entourage et sa perception des choses. Cette fois, tout cela exprimé avec beaucoup plus de profondeur qu’il l’a précedemment démontré avec LAGWAGON et c’est probablement un pont entre ses deux projets principaux. Pas totalement différent de LAGWAGON à la base, mais développé sur un côté qui l’a sûrement entraîné à faire cavalier seul. L’album en général n’est pas très surprenant et c’est de ce qu’on s’attend d’un album acoustique en général. Je crois ce qui fait que cet ouvrage sort de l’ordinaire est que ça étale l'auteur-compositeur d’une toute autre façon. Je dirais que les pièces sont simples mais pas simplistes. Une espèce de complexité accrocheuse qui n’a aucune réserve. Pour les chansons qui se démarquent le plus, il y a Canoe, une pièce apaisante ou Violet, la petite fille de Joey, met sa touche personelle, Non Sequitur me semble être sur une tonalité plus joyeuse et est musicalement plus développée et il y a The Ramones Are Dead car c’est la plus rapide et a un côté plus humoristique sur un sujet qui n’est pas très drôle en soi. Pour ce qui est des autres titres, ils sont assez banals et même un peu redondants. Il y en a même que j’irais jusqu’à dire qu’ils sont sur un ton maussade et il me semble qu’il en résulde ni vie ni émotions valant la peine d’être enregistrées sur un album. C’est donc là un résultat contradictoire mais toutefois intéressant.

Un tout partagé entre bonnes mélodies, paroles satisfaisantes, un enviable talent de musicien et quelques faux pas. Il est sans doute un album qui pique la curiosité mais qui ne laisse pas sans voix. Pas extraordinaire mais appréciable. Il n’est pas mémorable et ne sera pas un classique du genre mais je vous conseille d’y jeter un coup d’oeil, car il est toujours fascinant de voir ce qu’un artiste peut faire sans le reste de ses compagnons habituels.


+: Nouvelle facette de l'artiste
-: Ressemblance de nombreuses pièces

Chanson préférée: Canoe

Genre musical: Folk/acoustique

Pour fans de: CITY & COLOUR, TONY SLY, TOM GABEL

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (1)Ajouter un commentaire