Anadivine - Anadivine (Side Echo Records)


Auteur: PUNKMEUP (22 novembre 2004)
En magasin le: 23 novembre 2004
Cote: 10/10

Pour résumer Anadivine en deux secondes, je dirais Coheed & Cambria meets Thee Anniversary meets Hawthorne Heights. Et pour résumer ce EP en deux mots, je dirais This rocks! En toute honnêteté, c’est rare que je ne trouve absolument rien de négatif à dire sur un disque. Dans le cas de Anadivine, je ne peux que me désoler du fait que ce EP ne comporte seulement que huit chansons, dont une qui n’est que du bruit… disons donc sept compositions véritablement croustillantes et toutes aussi délectables les unes que les autres. Les pièces du EP sont imbibées d’une sensibilité pop à laquelle vient s’ajouter des traces de rock progressif et des breakdown intenses qui sont juste assez présents pour qu’on ne puisse pas inclure Anadivine dans la catégorie du pop punk. Agrémenté de la présence vocale de Claudio Sanchez (CO&CA) et d’un sens de la mélodie sans précédent qui témoigne d’une passion à confectionner des chansons où tout à sa place bien précise et où chaque note est calculée, le tout me rappelle le temps où le terme emo n’était pas un terme utilisé seulement de façon péjorative. Rafraîchissant d’entendre un groupe qui sait rafistoler son punk rock en utilisant avec sagesse les éléments de recettes magiques surutilisés qui finissent par détruire la musique de certains autres. Après le EP Anadivine, le groupe a quitté Sidecho pour sortir son premier long jeu, Zoo, sur l’étiquette The Militia Group l’an dernier. On retrouve d’ailleurs sur ce disque la chanson Alcohol And Oxygen, elle-même tirée du EP et sans contredit une des meilleures de la batch. Elle combine avec brio tous les éléments qu’on retrouve séparément sur d’autres pièces, avec ses riffs accrocheurs et l’émotion brute qui s’en dégagent, incluant des breakdown violents comme je n’en ai pas entendu depuis Sometimes Friends Fight de Piebald. Le EP donne un excellent aperçu du son d’Anadivine : certaines pièces sont cent pour cent pop rock comme Emily avec ses guitares rythmées à la Coheed & Cambria, d’autres plus noires, punk et furieuses comme Fill The Lungs (Of This Dead Machine); on n’oublie certainement pas le petit côté progressif un peu plus expérimental qui perce de toute évidence sur l’instrumentale The Refusal To Negociate With…, ou encore la délicatesse des mélodies de …The Frequency Hostage. Le mélange de voix douces et furieuses passe trop bien; encore une fois on remarque la construction des chansons qui est hautement structurée et attentionnée. Le groupe est présentement en train de savourer un repos bien mérité qui leur permet entre autres de retourner aux études et de se reposer des dix dernières années passées à rocker soir après soir… Ce temps d’arrêt sera tout de même utilisé de façon productive, car quelques membres du groupe ont déjà planifié d’entreprendre un side-project qui leur permettra d’explorer d’autres allées musicales. Avis aux intéressés, Anadivine est à la recherche d’un chanteur pour ce projet. Visitez www.anadivine.com pour plus d’infos!

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire