Sick Of It All - A Tribute To SOIA (Abacus)


Auteur: Raph (08 août 2007)
En magasin le: 08 mai 2006
Cote: 7.5/10

S’il existe un groupe dans le Hardcore qui n’a pas besoin qu’on le présente une fois de plus, c’est bien SICK OF IT ALL. Après des années de protestations envenimées et de musique sans compromis, les membres de cette formation se sont tissés une place de choix, pour ne pas dire légendaire dans le monde musical qui brille par son absence aux yeux du grand public. Vingt ans après que le premier fil de Pete se soit branché dans un amplificateur à bout de souffle et que la première goutte de bave de Lou ait traversé le grillage d’un micro qu’on aurait dû jeter bien avant, SICK OF IT ALL a réussi à mettre la main sur la planète bleue toute entière et se fait aujourd’hui récompenser d’être et d’avoir été pour plusieurs, la définition même du terme « Hardcore ».

Our Impact Will Be Felt est une compilation des meilleurs succès du groupe repris par d’autres bands qu’il a influencé grandement. En lisant le nom de l’album et en regardant en l’endos de la pochette, on découvre que l’impact de SICK OF IT ALL est probablement déjà ressenti lorsqu’on voit que des groupes aussi populaires que RISE AGAINST, HATEBREED et PENNYWISE ont mit la main à la pâte pour leur offrir un hommage digne de ce nom. L’album débute sur une note magistrale avec une reprise de Built to Last par nul autre que Rise Against qui fait une pierre deux coup en offrant, non seulement, une version géniale de la pièce, mais en rappelant aux fans de la première heure leur côté plus violent laissé un peu sur la touche ces temps-ci. On poursuit l’écoute avec un groupe qui nous offre une version plus métal de Clobberin Time/What’s Going On . En effet, UNEARTH restent fidèles à eux-mêmes tout en livrant bien toute la férocité avec laquelle les membres de SICK OF IT ALL ont écrit cette chansons. Pour les deux pièces qui suivent, deux gros noms du Hardcore (HATEBREED et MADBALL) nous offrent des versions assez semblables de, respectivement, Rat Pack et Give Respect alors que pour la cinquième chanson, on a droit à une interprétation brutale de We Want The Truth par BLEEDING THROUGH. Les COMEBACK KID sont les prochains en liste avec leur interprétation qui aurait pu avoir plus de punch de Step Down. Avec ce qu’on a vu d’eux assez récemment sur Broadcasting, il est étonnant que le groupe manque autant de mordant ici, la chanson est toutefois très bien fignolée. Lorsqu’on passe à la septième chanson, la voix fière et brûlante de Zoli Teglas d’IGNITE nous impressionne en donnant un son tout nouveau à Cease Fire. Il faut dire que la façon que Lou a adopté pour utiliser ses cordes vocales est bien différente de l’approche du chanteur de ce groupe Hardcore/Punk de plus en plus reconnu. Le Punk trône en maître lors des deux pièces qui suivent avec une reprise quoique surprenante de Good Lookin’ Out par BOUNCING SOULS et une version sur vitaminée de My Life par PENNYWISE. On fait ensuite un voyage dans le temps avec KILL YOUR IDOLS et leur interprétation vieille école de Friends Like You et on se brasse la tête en dingue sur celle très Thrash de Scratch The Surface par . Maintenant dépassé la moitié de notre chemin à travers la compilation hommage à SICK OF IT ALL, sommes-nous rassasiés? J’espère que non puisque pour la douzième, HIMSA est là avec un mur de brique peinturé aux couleurs de Maladjusted et qu’en treizième MOST PRECIOUS BLOOD nous traîne au front avec une Alone à tout casser. Après cet assaut très Métal, on a droit à un petit répit si on peut appeler ça ainsi avec FIRST BLOOD et une reprise de Just Look Around à leurs couleurs Hardcore très conventionnelles. Les meilleures surprises sont à venir pour la dernière partie de l’album avec une version très Punk de Busted par STRETCH ARM STRONG, une reprise étonnamment très entraînante et accrocheuse de Us Vs. Them par WALLS OF JERICHO qui ont décidés de s’éloigner grandement de leur style habituel. Les SUICIDE MACHINES, reconnus dans les dernières années pour leur virage beaucoup plus accentué sur leur côté Hardcore que Ska, nous prouvent qu’ils maîtrisent bien ce style avec leur version intense de Goatless, mais ce n’est rien comparé à l’intensité dont BANE font part avec leur reprise de We Stand Alone. Connus pour livrer des pièces d’un Hardcore aussi accrocheur qu’enflammé, BANE offre ici un bel hommage à leurs maîtres. La fin de l’album est tout de même assez étrange avec No REDDEMING SOCIAL V, les potes de New York du groupe qui offrent une version un peu trop ressemblante de World Full Of Hate et une reprise de Who Sets The Rules par les légendes du Grindcore NAPALM DEATH!

En somme, si vous écoutez de la musique jugé marginale, ne pas posséder cet album pourrait très bien être une erreur. Il s’agit d’un petit bijou pour les fans de SICK OF IT ALL, mais aussi, au nombre de groupes et de styles différents qui s’y retrouvent, cet album possède au moins une chanson pour tout le monde. Bien sûr, il s’agit à la base de chansons de Hardcore assez corsé et pour auditeurs avertis et avec un matériel de base de ce genre, il est difficile de transformer une pièce tout en conservant sa nature première, alors oui, il s’agit encore de pièces pour auditeurs plus avertis. Cependant, on ne peut rien dire sur la qualité des reprises, elles sont toutes impeccables! Si cette critique vous a mis l’eau à la bouche, courez chez le disquaire le plus proche et rendez vous aussi hommage aux dragons de New York.

+: Une grande variété de groupes qui se mettent ensemble pour offrir un hommage à une légende du Hardcore, que demandez de plus?
-: Certains succès ne sont pas là et certaines reprises manquent un peu d’attrait.

Pour les fans de : SICK OF IT ALL!

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire