Please Feed Me - A Punk Vegan Cookbook (AK Press)


Auteur: Dave (27 décembre 2005)
En magasin le: 01 janvier 2005
Cote: 10/10

On n’a jamais trop de livres de cuisine. Surtout du genre de Please Feed Me : A Punk Vegan Cookbook. Le livre retrace l’histoire du Hope Collective, d’Irlande. Tout a commencé dans les années 1980 avec Niall McGuirk. Celui-ci s’est lancé dans la promotion de spectacles, mais avec une éthique vraiment spéciale. Les prix à la porte devaient être aussi bas que possible, les spectacles devaient être pour tous autant que possible, tous les groupes devaient être payés pour jouer et personne n’entrait gratuitement dans le spectacle (même les personnes qui travaillaient au spectacle devaient payer pour entrer!). En passant, le prix pour un spectacle était à l’époque de 5$. Et les gens se plaignent que les spectacles sont trop chers maintenant : les prix n’ont pas vraiment changé en 20 ans! Tous les profits, quand il y en avait, allaient à des organismes à but non lucratif. L’objectif était d’amener des groupes de partout pour venir jouer en Irlande. À cette époque, personne ne pensait d’aller faire des tournées là-bas et Niall était un fan de punk. C’est donc pour répondre à ce besoin criant que le collectif fut mis sur pied. Ce livre est en même temps l’histoire du collectif et celle de la scène punk. Niall demandait à chaque groupe qui jouait pour lui de lui laisser une recette végétalienne. Dans le livre, chaque page représente un spectacle du collectif, des anecdotes sur le spectacle et la recette. Bien que l’on retrouve des noms aussi connus que NOFX, GREEN DAY et FUGAZI, la très grande majorité des groupes sont inconnus du grand public, ce qui limite un peu la portée du livre. Les recettes sont par contre succulentes, surtout le bortsch de PET LAMB et le chili non carne de BIS.

Ce qui m’a le plus intéressé dans le livre cependant est la philosophie derrière les actions de Niall. S’il organisait un spectacle, ce n’était pas pour faire de l’argent, mais parce que c’était un spectacle qu’il voulait voir et que personne ne l’organisait. Au travers de son histoire, on peut voir tous les problèmes qui sont liés à garder des petites salles en service, faire de la promotion, motiver les gens à découvrir de nouveaux groupes, etc. C’est incroyable comment la scène irlandaise et la scène locale actuelle vivent les mêmes problématiques et passent par les mêmes étapes. Ce livre fut vraiment une mine d’or d’information sur comment réagir face aux défis à relever. À la fin, Niall décrit très bien comment il a arrêté de faire des spectacles : juste comme ça. Après avoir organisé un spectacle, il a tout simplement arrêté d’en produire parce qu’il avait une famille et d’autres engagements. Il ne s’est jamais dit qu’il organisait son dernier spectacle, c’est tout simplement arrivé comme cela. Tellement de personnes quittent la scène de la sorte, la comparaison est encore une fois frappante.

Une excellente lecture donc à tous ceux qui s’intéressent au monde de la musique, à la cuisine végétalienne et au punk. Ce livre a pris des années à être produit et on ne peut que remercier mille fois Soft Skull Press de l’avoir enfin édité.

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire