Thursday - A City By The Light Divided (Island)


Auteur: Fred (07 mai 2006)
En magasin le: 02 mai 2006
Cote: 8.5/10

Depuis la parution de l’excellent CD Full Collapse en 2001, plusieurs tentent de suivre les traces de THURSDAY, mais très peu ont réussi. Même si War All The Time (2003) n’a pas fait l’unanimité auprès des fans, l’album s’est hissé au 7e rang du billboard américain et le groupe du New-Jersey demeure un des meilleurs à faire du post-hardcore/emo. C’est la semaine dernière que sortait leur quatrième long jeu, A City By The Light Divided, qui devrait satisfaire les fans et possiblement en gagner quelques-uns.

La première chose qui nous frappe est la très grande qualité de la production qui est évidente tant au niveau de la pochette/livret que de la structure de l’album et des chansons. Les excellentes transitions nous donnent l’impression d’écouter une seule pièce de 45 minutes et non onze morceaux indépendants. On alterne, tout en douceur, entre des chansons plus lentes et mélodiques comme Sugar In The Sacrament et d’autres plus agressives, tel que At This Velocity. À travers ce mélange hétéroclite, on retrouve le single très pop/commercial Counting 5-4-3-2-1 ainsi que Arc – Lamps, Signal Flares, A Shower Of White (The Light) , une pause instrumentale au milieu de l’album.

Un autre aspect qui rend l’album intéressant est la présence claire et définie de chacun des instruments; autant la basse que les guitares et la batterie jouent un rôle à chaque instant. On le remarque dans les moments mélodiques de Telegraph Avenue Kiss et The Lovesong Writer ainsi que sur des pièces plus intenses comme Into The Blinding Light, une des meilleures de l’album. Il ne faudrait surtout pas oublier le chanteur Geoff Rickly qui s’adapte à toutes ces situations avec sa voix et ses paroles remplient de détresse. Il réussit encore à composer des textes et trouver des métaphores qui expriment bien ses pensées, mais certains thèmes, comme l’accident d’auto, deviennent un peu redondants.

A City By The Light Divided se termine avec un bijou: Autumn Leaves Revisited. Le charme de cette pièce de sept minutes vient de l’excellent travail fait par la guitare, la voix de Geoff, mais surtout de l’univers musical et la superbe progression qui rappelle GODSPEED YOU! BLACK EMPEROR (une influence qu’on note aussi dans l’intro de Running From The Rain). On ne pourrait pas penser à une meilleure façon de conclure cet album.

the leaves will fall and so will you
when you do bury me under them too
seconds pass, we’ll make it through
eventually we are all going home


+: Excellentes transitions entre les chansons et bonne présence de chaque instrument. Into The Blinding Light et Autumn Leaves Revisited.
-: Les paroles sont très clichées. Un pattern se répète dans plusieurs chansons.

En savoir plusCritiques les plus récentesLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire