Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/punkmeup/punkmeup.com/messageboard/Sources/Load.php(225) : runtime-created function on line 3

Notice: SSI.php was unable to load a session! This may cause problems with logout and other functions - please make sure SSI.php is included before *anything* else in all your scripts! in /home/punkmeup/punkmeup.com/messageboard/SSI.php on line 174
Punk.Me.Up.com // Musique // Critiques

The Brains - Zombie Nation (Stomp)


Auteur: Jeremie (17 juin 2010)
En magasin le: 11 mai 2010
Cote: 8.5/10

Le groupe de zombie montréalais THE BRAINS en est a son 4e long jeu et on peut dire qu'ils n'ont pas freiné la cadence car depuis déjà plusieurs année le groupe nous livre de l'excellent psychobilly peaufiné et sans prétention.

Étant un fan du groupe et connaissant bien leur précédent album pour les avoirs écouté d'innombrable fois, je m'étais déjà fait une idée de ce à quoi pourrait ressembler cette nouvelle œuvre. Heureusement le groupe a réussi à démentir mes idées, car ce nouvel album intitulé Zombie Nation est de loin le meilleur album de THE BRAINS à ce jour. Le groupe a toujours su livrer des albums de qualité mais je trouve que celui-ci est de loin le plus travaillé de tous.

Le tout débute avec la courte introduction R.I.P suivi de la pièce We'll Rise qui immédiatement capte l'attention de l'auditeur jusqu'à la pièce Après Cette Nuit qui comme le laisse transparaître le titre, est en français, une première pour le groupe et un vrai brin de fraicheur pour les auditeurs, mais surtout un plaisir incroyable d'entendre la voix de René de la Muerte chanter dans un français impeccable. Une autre pièce digne de mention est la dernière présentée sur cet album, celle-ci s'intitule Enjoy The Silence, pour certains d'entre vous ce titre vous dit peut-être quelque chose et vous avez vu juste car il s'agit bel et bien d'une reprise du plus grand hit du légendaire groupe DEPECHE MODE. Une autre première pour le groupe et sincèrement, je trouve que cette version plus rock'n'roll est meilleure que l'originale.

Il est très rare de ne pas trouver un bémol à l'écoute d'un album et ce, peu importe le style musical, et THE BRAINS ne fera pas exception à cette règle. Dès leur premier album le groupe a affiché leur style de parole; plusieurs de leurs chansons parlent de zombies mangeurs de cerveau et de divers autre sujets qui reste reliés de loin ou de proche à ce style marginal. Depuis, sur chacun de leurs albums, les textes semblent rester les mêmes et Zombie Nation n'y échappe pas, j'aurais donc apprécié un peu plus de changement à ce niveau. Ceci-dit, tout reste dans le style de THE BRAINS et avec un nom comme celui-ci, parler de mort-vivant est un incontournable.

Pour conclure, THE BRAINS nous a servi sur un plateau sanglant ce nouvel album qui selon moi se démarque plus de ces prédécesseurs et qui arrive juste à point pour l'été. Si l'envie vous prend de voir trois zombies montréalais se déchaîner sur scène, le groupe sera de passage aux Foufounes Électriques le 19 Juin lors de leur tournée Canadienne.

+: Rafraichissant
-: Un peu Homogène

Chanson préférée: Après Cette Nuit

Genre musical: Psychobilly

Pour fans de: TIGER ARMY , THE CREEPSHOW , GUTTER DEMONS

En savoir plusLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire


Flatfoot 56 - Blackthorn (Stomp)


Auteur: Etienne (10 mai 2010)
En magasin le: 17 mars 2010
Cote: 8/10

Allier le punk bien dur, presque hardcore, à la musique traditionnelle irlandaise, c'est la spécialité de FLATFOOT 56. Le cinquième album du groupe de Chicago ne réorientera pas leur façon de faire.

Blackthorn débute en force avec la pièce titre, qui suit une pièce d'introduction, celle-ci démontre bien à quel point les rythmes joués peuvent être lourds tout en s'harmonisant bien avec les mélodies irlandaises. Évidemment, un parallèle se fait facilement avec les DROPKICK MURPHYS, mais il serait malhonnête de dire que FLATFOOT 56 n'est qu'une simple copie.

Si le groupe de Boston donne envie de faire la fête et de s'enivrer, celui de Chicago offre une expérience plus proche du défoulement. Agissant comme une soupape à vapeur, la pièce Smoke Blower permet à l'auditeur de tout faire passer ses tourments et de les oublier. Même les chansons tirant plus vers les hymnes à la fête, comme The Hourglass, ont toujours cette touche de dureté, qui coupe un peu l'ambiance festive et agit plus comme une bougie d'allumage.

Le groupe ne fait pas que dans la haute énergie, Shiny Eyes vient couper l'album en deux avec une douce mélodie, qui laisse les autres pièces respirer et permet de reprendre le tout avec une cadence infernale par la suite.

Pour ce qui est des voix, elles sont assez typiques du style musical. Assez graves, quelquefois éraillées, elles servent bien le style et n'embêteront pas l'amateur de punk. On peut même y entendre l'accent irlandais qui, lui aussi, est essentiel pour le genre.

Blackthorn est un album qui plaira a tous les fans de punk celtique, mais qui satisfera aussi ceux qui trouvent le genre un peu trop mou, il est également un pont qui peut relier le genre avec des styles plus extrêmes comme le hardcore, bien qu'on n'y retrouve aucune voix criarde, l'agressivité de certaines pièces prépare bien l'oreille pour une écoute éventuelle de ce style plus difficilement approchable.

+: Représente bien le style punk celtique
-: Assez limité du côté sonorité

Chanson préférée: Stampede

Genre musical: Punk Celtique

Pour fans de: DROPKICK MURPHYS, FARLER'S FURY, FLOGGING MOLLY,

En savoir plusLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire


Coheed & Cambria - The Year of the Black Rainbow (Columbia)


Auteur: Etienne (01 mai 2010)
En magasin le: 13 avril 2010
Cote: 8/10

Il est enfin arrivé le dernier morceau de cette tétralogie qu'est The Armory Wars. Débuté il y a déjà huit ans avec The Second Stage Turbine Blade, on obtient ici le prélude à toute l'histoire qui nous a été racontée à travers les quatre albums précédents.

Au cours des années, COHEED AND CAMBRIA a su construire une histoire, une ambiance et surtout un son bien à eux. Rares sont les groupes qui auront eu une vision aussi cohérente de leur cheminement artistique. Tout était, et est toujours, formulé dans le but d'alimenter l'univers que Claudio Sanchez, chanteur et guitariste de la formation, a inventé.

The Year of the Black Rainbow s'inscrit dans la lignée rock progressive que le groupe a su développer. Toujours aussi bien produit et réalisé, vous n'y retrouverez aucune imperfection sonore. Chaque instant de l'album est travaillé pour être parfait. Quelques fois, une telle production peut déranger, distançant malheureusement l'auditeur du groupe. Dans le cadre de cette épopée musicale, on l'accepte et cela permet d'accentuer le côté cinématographique aux pièces du groupe.

Musicalement, on peut entendre quelques essais d'expérimentation avec des effets légèrement électroniques, mais en général le groupe se contente de nous offrir la même formule que sur ses précédents efforts. Leur rock progressif, qui veut porter une sensation de grandeur, un côté épique, remplit les attentes, mais laisse sur sa faim pour ce qui est de l'épique.

Les textes sont encore une fois écrits de façon habile par Sanchez. Chaque pièce pouvant facilement être pris individuellement et faire du sens, mais qui une fois rassemblé avec toute l'oeuvre devient encore plus pertinente. L'origine de l'histoire est dévoilée, toujours remplie d'amour, de trahison et de colère.

Au final, COHEED AND CAMBRIA offre un bon album qui conclue bien l'aventure débutée en 2002. Assurément pas leur meilleur produit, mais tout de même satisfaisant pour les fans et encourageant pour ceux qui veulent découvrir le groupe. Une version spéciale de l'album est offerte avec un roman d'environ 350 pages, en anglais seulement, qui raconte la rencontre des deux personnages principaux, c'est plus cher, mais essentiel pour tout fan du groupe.

+: Complète bien la série
-: Peu ambitieux

Chanson préférée: Here We Are Juggernaut

Genre musical: Rock Progressif

Pour fans de: THE MARS VOLTA, 3, THE DEER HUNTER

En savoir plusLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire


Leatherface - The Stormy Petrel (No Idea Records)


Auteur: Maxime (19 avril 2010)
En magasin le: 28 février 2010
Cote: 8/10

The Stormy Petrel est le nouvel album tant attendu de LEATHERFACE , un groupe punk-rock d’origine britannique né en 1988 que l’on pourrait définir comme étant le précurseur de la scène post-punk. LEATHERFACE a influencé des formations telles que HOT WATER MUSIC et ils ont d'ailleurs lancé un split ensemble il y a quelques années.

The Stormy Petrel est distribué en Amérique sous l’étiquette No Idea Records. En Europe, il est distribué par Big Ugly Fish Recordings, soit l’étiquette créée par LEATHERFACE . Si ce nouvel opus est le premier album studio de la formation depuis 2004, force est de constater que l’attente en valait la peine. Les fans de LEATHERFACE ne seront certes pas dessus. Ce nouvel opus offre une charge énergique digne de mention, alors que plusieurs groupes punks perdent, en cours de route, de leur efficacité. LEATHERFACE nous propose ici douze pièces teintées de rythmes envoûtants accompagnés de guitares mélodiques et de la voix rauque - mais aussi mélodique - du chanteur du groupe, Frankie Stubbs.

La première pièce de The Stormy Petrel, intitulée God Is Dead, donne un bon aperçu de ce que l’album nous propose en sonorité. Ensuite les bonnes chansons ne font que s’enchaîner les unes à la suite des autres. Pour sa part, la deuxième pièce, My Worlds End, possède un refrain entraînant et des couplets ressemblant à MOTORHEAD. Never Say Goodbye nous rappelle comment les guitares mélodiques de LEATHERFACE ont influencé la scène post-punk et post-hardcore. Toutefois, c’est Isn’t Life Just Sweet ? qui demeure le meilleur titre de l’album.

Bref, sans être nécessairement innovateur, The Stormy Petrel démontre, encore une fois, le talent sans équivoque de ces vétérans de la scène musicale punk.


+: Très bonnes chansons, refrains accrocheurs, bonnes harmonies de guitares
-: est la continuité des albums précédants, sans être toutefois inovateur

Chanson préférée: Isn’t Life Just Sweet ?

Genre musical: punk rock; post-punk

Pour fans de: HOT WATER MUSIC
, SAMIAM, DILLINGER FOUR


En savoir plusLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire


Sarah Blackwood - Wasting Time (Stomp)


Auteur: Juliette (12 avril 2010)
En magasin le: 13 avril 2010
Cote: 9.5/10

Après plusieurs années de tournée avec THE CREEPSHOW en tant que chanteuse et guitariste, SARAH BLACKWOOD se lance maintenant dans une carrière solo. Son premier album n'est pas passé inaperçu. Le deuxième, intitulé Wasting Time, qui sortira le 13 avril, devrait susciter tout autant d’intérêt. Pour cet album, la reine de l’horreur se convertit en cowgirl. Je ne sais pas si SARAH BLACKWOOD souffre d’un dédoublement de la personnalité mais je peux vous assurer que la transformation se fait en douceur et sans heurt. Il ne faut pas que les fans du groupe partent en peur; la carrière solo de la jeune artiste n’entrave en rien sa contribution à THE CREEPSHOW. Elle mène de front ses deux carrières en nous faisant profiter pleinement de sa versatilité artistique. On pourrait dire que ce second album est country mais dans les faits SARAH BLACKWOOD est tout simplement unique en son genre.

Ce disque est un vrai petit bijou. Composé de onze chansons, Sarah nous entraine, à travers les plages de l’album, dans son monde à elle. On a le goût de se faire prendre par la main et de la suivre dans son univers. Peut-être est-ce à cause des premières notes lancées par l’harmonica dès le début de la première chanson, Wasting time, mais on se rend compte rapidement que chaque pièce musicale a sa propre sonorité, sa propre couleur, sa propre originalité qui créent un tout très mélodieux et franchement sublime. Je me répète mais chaque morceau possède son moment touchant, sa musicalité, comme par exemple, dans la chanson Way Round dont le refrain vient s’imprégner dans le cerveau pour les heures à venir. Et c'est sans oublier Coming Home qui rend hommage à la sensuelle et apaisante voix de SARAH BLACKWOOD.

Sarah est talentueuse et semble si naturelle. En fait, je me permets de faire le parallèle entre elle et Dallas Green. C’est la «CITY AND COLOUR» de THE CREEPSHOW. De plus, sur These Are The Days et I’ll Keep On Waiting on remarque qu’une voix masculine vient joliment s’accorder à celle de Sarah. Ce duo harmonieux sonne à la perfection surtout au moment ou un chœur entame le refrain. J’adore!

Vivement le 13 avril pour que vous puissiez partager mon bonheur! J’attends avec impatience qu’elle vienne enflammer une scène de spectacle dans les environs. Si elle est autant passionnée par sa carrière solo que quand elle performe avec THE CREEPSHOW, ça risque d’être excellent alors si elle nous visite profitons de l’occasion pour aller la voir!

+: on ne s'ennui pas une miette!
-: je n'en ai trouvé aucun!

Chanson préférée: Way Round

Genre musical: country/ acoustique / folk rock

Pour fans de: CITY AND COLOUR, BLACK LUNGS, JONNY CASH

En savoir plusLire les commentaires (0)Ajouter un commentaire